AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les réponses nouvelles sont arrivées !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Lun 6 Nov - 1:09

Bonsoir à tous.

Enfin vous les attendiez et elles sont là : toutes chaudes, toutes belles, vos réponses au sujet 11 de Zhool !!

*roulement de tambour*

Je tiens à rappeler que je vous donnerai les réponses sans leur auteur dans un premier temps : à vous de trouver qui à écrit quoi.

Les réponses de Plaf (qui m'a envoyé un gentil mail) et Amy (qui ne
donne pas de signe de vie, on commence un peu à s'inquiéter, si ça se trouve elle a été dévorée par une sangsue mutante - il faudra vraiment que je vous parle de ce film un jour) devraient arriver dans les jours prochains.

Les participants sont donc :
- Jérôme
- Orlamonde
- Le chat
- Sed
- Romain
- Noun
- Karine
- Papiya
- Zhool alias Tit Vinz

Chacun dans son style a revisité un dicton. Merci à tous.

Un grand merci aussi à C@roline qui ne pouvait participer pour des
raisons toutes personnelles, et qui a écrit elle aussi un gentil mail. Caroline, j'espère que tu auras le temps de lire les textes et que tu pourras participer sur les prochains sujets.

Et maintenant, ladies et gentlemen... les réponses !!!!

*autre roulement de tambour*

*arrêt du tambour, zhool revient sur scène*

Heu, en mettant les réponses, je m'aperçois que certaines mises en page ne sont pas conservées lors du passage sur le forum... je m'en excuse auprès des auteurs. Quand le petit jeu de qui est qui sera terminé, je
vous propose de vous envoyer les versions en ".doc"...


Dernière édition par le Lun 6 Nov - 1:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 1 - Romain   Lun 6 Nov - 1:11

Les Chroniques de Lebster Ends - 1


Aujourd'hui, plus personne n'investirait un dollar à Lebster Ends. Mais à l'époque, ça paraissait pas une si mauvaise idée. ' Faut dire que la crise de 29 était pas encore passée par là, et le moindre trou perdu conservait toutes ses chances.

C'est sans doute ce que s'était dit Craig Shelton. Il avait racheté jusqu'au moindre caillou aux alentours. La seule chose qui l'énervait, Craig, c'est qu'il possédait tout sauf le saloon. C'était d'autant plus dommage que c'était évidemment l'endroit le plus prisé de Lebster. Les Gentlemen farmers y côtoyaient les voleurs de chevaux, et si les soirées n'étaient pas toujours calmes, l'endroit était assez fréquenté pour que personne n'ait envie de chercher des noises à son propriétaire, même s'il était français. Georges Latour, qu'il s'appelait. Monsieur Georges Latour. Ca n'était pas pour autant un de ces établissements classieux comme on pouvait en voir dans les grandes villes. La bière y était tiédasse, les danseuses n'avaient rien des demoiselles françaises, mais on s'y sentait bien, et de toutes façons, côté sorties, à Lebster Ends, c'était ça ou l'église.

Evidemment, Shelton avait voulu racheter l'endroit. Il avait fait plusieurs propositions mais Latour avait toujours refusé. Il parait que Shelton avait utilisé des moyens plus ou moins louches pour le faire céder, mais si on devait croire tout ce qui se dit... Ce qui est sûr c'est que peu après l'incendie raté de l'endroit, il a fait appel à Jebbediah et Bartholomew Moosh.

Jebbediah et Bartholomew étaient des truands, des vrais. Leurs têtes étaient mises à prix dans plusieurs états, 1000 dollars chacun. Pour l'époque, ça faisait une sacrée somme. Quelques chasseurs de primes leur courraient après, mais en général, quand ils les rattrapaient enfin, la rencontre ne tournait jamais à leur avantage. Les frères Moosh avaient la gachette rapide, précise, et n'aimaient pas se poser trop de questions, en général. On n'sait pas trop comment ils ont rencontré Shelton. Ils avaient pas l'air du même monde. Mais bon, est-ce qu'on pouvait arriver à la place de Shelton sans avoir les mains un peu sales ?

Le plan était simple : Jebbediah et Bartholomew devaient entrer dans le saloon, descendre le français et l'affaire serait rêglée.

C'est à partir de maintenant que mon récit peut avoir vraiment de l'intérêt, parceque j'étais là quand Bartholomew est entré dans le saloon. On savait qu'ils étaient en ville, mais ça faisait quand même bizarre de se retrouver en face des types dont la tête était placardée sur la porte du sheriff. Quelques clients sortirent, les filles quittèrent la salle. Moi, j'étais trop loin de la sortie, je voulais pas attirer l'attention. Je regardais ma bière, devinant que les Moosh se rapprochaient de Latour.

C'était surprenant. Latour, il avait pas l'air stressé, il les accueillait un peu comme n'importe quels clients. C'est ça qui a dû les déstabiliser, et ils ont pas su quoi répondre quand il leur a dit, avec son accent français " Qu'est-ce que je vous sers ?". A sa place, moi, j'aurai pas fait le malin. Les Moosh ont braqué leurs colts sur lui quand il s'est abaissé derrière le comptoir. Mais plutôt que de sortir une Winchester, il posa trois verres et une bouteille entre lui et les deux frêres. Du vin. J'me rappelle très bien m'être dit à ce moment que c'était bizarre. J'avais jamais vu de vin au saloon. Pourtant, les français, ça boit du vin, pas vrai ?

Il servit les verres.

-C'est pour la maison, qu'il leur a dit l'air de rien.

Les deux autres, ils se méfiaient, ils lui ont demandé de boire d'abord. Ce qu'il a fait. Alors ils ont goûté, et apparemment, ils ont aimé, parceque y'a pas qu'une bouteille qui y est passée. Le français, il tenait plutôt bien, mais les frères Moosh, on voyait qu'ils avaient pas l'habitude. La seule question qui se posait maintenant était de savoir quand le français allait leur trouer la peau. Pour la prime, l'affiche disait morts ou vifs. Et ils étaient un peu entre les deux quand ils se sont écroulés, ne tenant plus debout. Comme des veaux que le français les a attachés, avant de sortir chercher le sheriff, tranquillement. Moi, je ne pouvais m'empêcher de détacher mon regard de ce couple qui avait terrorisé l'ouest, et qui cuvait lamentablement par terre en attendant qu'on leur passe la corde au cou.

Le sheriff est arrivé. Il a eu l'air un peu embarassé de les retrouver vivants. Vivants, ça voulait dire qu'il allait falloir leur faire un procès, et surtout s'en occuper d'ici là.

-Bon, je vais faire une demande au comté pour que vous receviez au plus vite votre prime. Avec deux mille dollars, vous allez pouvoir redécorer l'établissement, qu'il lui a dit, le sheriff.

-Oh laissez tomber la prime, a répondu le français. Je veux juste qu'on me rembourse mes bouteilles de vin.

Le sheriff, il a eu l'air étonné. Personne crachait sur l'argent, à Lebster Ends, et deux mille dollars, c'était plus d'argent qu'il n'en avait jamais vu d'un coup. Il s'imagianit déjà demander la prime à son nom et rembourser le français.

-Pour combien y'en a , dans ton vin ? demanda t'il...

-Oh, environ deux mille dollars, estima le français, un large sourire au lèvres.

- Deux milles dollars pour quelques bouteilles de vin ?

- Et oui, sheriff, fit le français avant de marquer une petite pause. On n'attrape pas les Moosh avec du vinaigre !


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 2 - Noun   Lun 6 Nov - 1:12

Les Chroniques de Lebster Ends - 2




On saura jamais
comment les frères Moosh avaient fait. Toujours est-il que quand on est
venu pour les pendre, y avait plus personne derrière les barreaux. Ca
nous en a fichu un sacré coup. Y'avait rien d'abîmé dans la cellule
alors on s'demandait qui c'est qui les avait aidés. Nos regards se
portaient sur l'Hacienda de Craig Shelton. Le Sheriff, il a organisé
une battue. On a tous pris nos Winchesters et nos chiens et on a
marché, marché mais rien. Les frères Moosh y zavaient bel et bien
disparu. J'vous laisse imaginer not' surprise quand on les a vus
arriver à cheval trois jours plus tard. Sûr qu'ils venaient pas boire
un verre. On s'est tous dit qu'y allait y avoir du grabuge.


C'était le début de la matinée, y'avait que moi au saloon avec le
français. Lui, il avait l'air détendu et moi je m'suis dit qu'une fois
de plus, valait mieux pas que je me fasse remarquer. Ils prenaient tout
leur temps les frères Moosh. On n'entendait que le claquement de leurs
talons sur le parquet avec le tintement des éperons. Ils se sont
finalement approchés du comptoir que Latour était en train de nettoyer.


« - On a une affaire a régler ? qu'ils lui ont dit les Frères Moosh et ils ont posé leurs colts sous son nez.
- Je savais que vous alliez revenir." qu'il a répondu, Georges.

Bartholomew a alors pointé sa Winchester sur le français et il lui a dit :

« - T'as quelque chose à dire pour ta veuve ?
- J'ai pas de femme mais je veux bien boire un dernier verre. »

Les frères Moosh, ça les a fait sursauter et ils l'ont averti, le français :

« Crois pas que tu vas nous avoir deux fois. Alors, tu te sors un verre, tu bois et après, on te descend.» Ils rigolaient pas les frères Moosh mais le français il leur a dit calmement :
«
Ecoutez, j'comprends que vous vouliez vous débarasser de moi mais
l'autre jour, je voulais pas que ça se passe comme ça. On a à peine
commencé à boire que vous vous êtes écroulés et il a fallut que le
Sheriff passe par là. Pas de ma faute si vous tenez pas l'alcool » qu'il a fait en se servant une rasade.

La remarque les a vexés les frères Moosh. Ils étaient pas venus pour qu'on se paye leurs têtes. J'les ai entendu beugler :

« - Comment ça on tient pas l'alcool ? ?
-
Faut croire que c'est pas de votre faute, même les pires desperados ont
leur point faible : Billy The Kid, c'était son dos; vous, c'est
l'alcool. ? A ce moment, le français il s'est resservi un grand verre
de son tort-boyaux. ?
- Ecoute-moi bien, c'est pas quelques verres qui nous empêcheront de te trouer la peau ! ?
-
C'est pas que j'en doute mais j'aime pas avoir mal. J'aimerai que vous
me descendiez du premier coup, si possible. J'ai pas envie de me
retrouver avec une balle dans la jambe. ? Il vida son verre puis il
ajouta :
- Et puis vous n'avez que douze coups ... »

J'en
revenais pas de ce que j'entendais. Je m'demandais s'il avait perdu la
raison, Georges ou s'il tenait si peu à la vie. En tout cas, c'était
vraiment pas le moment que je me fasse remarquer et si j'avais pu,
j'aurai disparu sous le parquet.

« T'entends ça, Barth' ? » a demandé Jebbediah. Sa voix tremblait de colère.


A ces mots, Bartholomew ne répondit pas. Il attrappa la bouteille, en
bu la moitié au goulot puis la passa à son frère qui fit de même.
Après, je les ai vu attraper leurs colts et se reculer. Latour, il
disait plus rien. Il attendait. Il avait beau être un pied-tendre, il
en imposait le français. Ce fut Jebbediah qui s'ecroula en premier tout
de suite suivi par son frère.

Georges, il est resté calme, il
s'est servi un verre de lait qu'il a vidé d'une traite. Après, il est
venu vers moi en jetant un oeil aux frères Moosh qui ronflaient. Il
avait besoin d'aide pour les charger sur la charrette qui les
emmènerait, à coup sûr cette fois, se faire pendre. On a pas eu besoin
de se parler. Il a pris les pieds, moi les bras bien décidés à
débarasser Lebster Ends de ces deux engeances. Le Sheriff il a été
étonné de revoir Latour avec les frères Moosh. « Encore vous ?» qu'il a dit, « mais comment avez-vous fait ? ». Georges a raconté son histoire et il a ajouté :

« Chez moi, on dit : Qui a bu boira. »


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 3 - Sed   Lun 6 Nov - 1:15

IL NE FAUT PAS METTRE LA CHARRUE AVANT LES BOEUFS

Cette
expression est traditionnellement usitée pour dire qu’il ne faut pas
précipiter les choses et qu’il faut les faire dans l’ordre, un peu
comme un Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué
(1). Cependant sa prime signification est quelque peu autre. On la
trouve pour la première fois attestée sous la plume du sieur Renaud,
intendant de comte de Noytroën, dans une note adressée à son seigneur.


Lequel seigneur, dont les armes étaient de sable à chevron d’argent à
neuf arbres de sinople (2), était féru de bovins et, malheureusement,
de bons vins. Le soir de la naissance de son troisième fils,
Guilherand, il but plus que de raison sur le triple motif, qu’il venait
d’avoir un fils et que les deux empêcheurs de se saouler en (devenir)
rond, à savoir son épouse et son intendant, ne pouvaient le retenir,
l’une étant dans les vapes depuis la naissance et l’autre parti à la
foire de Champagne.

Un idée vient à lui lorsqu’il eut plus de
sang dans son alcool de d’alcool dans le sang : S’il faisait une
charrue qui serait poussée et non tirée par les boeufs. Il fit donc
jeter le maréchal-ferrant dans un baquet d’eau pour le dégriser et le
mit au travail. A l’aube, l’objet était prêt (3).

Dans
l’absolu, il se trouva être parfaitement viable, même si pousser le soc
semblait plus fatigant pour les bovins que d’avoir à le tirer. Mais du
point de vu pratique, l’expérience n’était pas de plus concluante.
Certes l’engin retournait la terre et creusait des sillons mais iceux
disparaissaient immédiatement sous le piétinement des sabots bovidés.


Dégouté par cet échec, le seigneur de Noytroën fut pris d’une violente
migraine (4) et s’effondra sur sa couche, où ses ronflements se firent
entendre à des lieues à la ronde pendant plusieurs jours(5).


Cela laissa tout le temps au sieur Renaud de revenir de la foire.
Icelui, ne voulant pas réveiller son seigneur(6), se contenta de lui
laisser une note relatant son séjour en Champagne, laquelle finissait
par le présent texte :

‘Nous avons appris votre petite
expérience agricole et j’espère que cette fois, vous avez bien compris
qu’il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs.’

Cette phrase laisse présumer que cela ne devait pas être la première fois que le comte avait eu cette idée.


Outre l’apparition de ce proverbe, cette événement eu une autre
conséquence. Cette anecdote est resté fameuse dans la famille de
Noytroën, et c’est, en s’inspirant de son fameux ancêtre, que l’un de
ses descendants, qui, des mouvements de défrichage et la Révolution
étant passé par là entre-temps, se faisait appeler monsieur Citroën,
décida de créer ses propres tractions arrières d’un tout autre genre.

----------


1/ Expression sur laquelle il y aurait beaucoup à dire, entre autre,
concernant un proche de Napoléon qui lui avait déconseiller
d’entreprendre la campagne de Russie.

2/ ou neuf arbres verts ornant un chevron blanc sur un fond noir, pour les non-héraldistes.


3/ et la moitié du château de l’humeur maussade. Ils avaient la gueule
de bois pour la plupart et avaient déjà du mal à supporter le bruit de
la chute d’une plume sur un tas de paille, alors on peut imaginer ce
qu’ils pensaient d’un type qui frappait comme un malade sur une
enclume. Lequel eut une espérance de vie très courte, après cet
événement, puisqu’on le retrouva, le lendemain, parfaite illustration
d’une autre expression, il avait eu la tête entre le marteau et
l’enclume.

4/ D’aucun affirme que c’est la gueule de bois, la
responsable de cet effet, mais cette question reste en suspend et
sujette à de vive polémiques dans les milieu historiques.

5/
Les dicts-ronflements couvrirent même les vagissements du jeune
Guilherand, qui n’eut point une vie plus longue que ses aînés.


6/ Acte de pur prudence. Son prédécesseur avait testé les théories du
seigneur sur l’ascendance aviaire de l’homme, après l’avoir réveillé un
lendemain de cuite et avait découvert que, premièrement, cette théorie
était fausse, l’homme ne sachant pas voler, et secondement, que l’hiver
n’est pas une bonne saison pour être jeter dans les douves via le
chemin de ronde, la glace y est aussi dure que du granite.


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 4 - Orlamonde   Lun 6 Nov - 1:17

Hirondela una primum tempum non facet.


Fussent t’elles cent ?

Les hirondelles le feraient-elles ?

On savait que les hirondelles faisaient leur nid.
On ne savait pas que les hirondelles faisaient le printemps.
Pour que le proverbe retrouve sa logique initiale il faut donc que le printemps soit le nid, le berceau de quelque chose.

Je vous entends déjà me souffler : bon sang (rien ne
sert de s’en faire du mauvais) mais c’est bien sûr : le printemps est le nid,
le berceau de l’amour ! Cette idée m’a comme vous traversée l’esprit, je
serais tentée de m’y fier puisque, comme on dit chez les chti :

Faut toujours s'fier a s'premiere idée surtout si in n'a pas d'aute !

Cependant, étant donné que prudence est mère de sûreté et
que deux avis valent mieux qu’un, je choisis de me tourner un instant vers
nos compatriotes britanniques dont le sérieux et la respectabilité nous
fourniront à coup sûr un élément de réponse des plus fiables :
En anglais printemps se dit « springtime » du
verbe « to spring » : jaillir bondir. « To have spring
fever », « avoir la fièvre du printemps » signifie « être
amoureux »
L’anglais vient donc corroborer notre impression
initiale : au printemps, la sève afflue, les êtres vivants sous
l’effet des rayons du soleil ne tendent que vers un objectif : s’uni(d)r …


(petite pause musicale afin de vous aider à digérer tout
cela :
Elle court, elle court, la fièvre du printemps...
Elle chante, elle chante, la rivière insolente...
)

Mais revenons à notre proverbe :
"Une hirondelle ne fait pas le printemps", se traduirait comme
vous venons de le démontrer à l’instant par :

"Une hirondelle ne fait pas l’amour", ou bien, en insistant
sur l’aspect physique de la chose :

"Une hirondelle ne fait pas la reproduction."

L’insistance sur le ‘une’ de hirondelle, traduit un manque,
une absence de moyen. Grâce à ce « une » la transformation du
« ne fait pas » en « ne suffit pas » est dès lors
tolérée voire expressément recommandée :

"Une (seule) hirondelle ne suffit pas à la reproduction."


Mais que se cache t’il derrière cette hirondelle ?
Déshabillons cette coquine, enlevons lui son couvre-chef
d’hiver, son « hi » et elle devient tout simplement rondelle. Or dans
rondelle, il y a ronde et il y elle. La quintessence de la féminité en somme,
la rondeur de la femme et la douceur du « elle », de Celle qui nous
donnes des ailes.

Derrière le déguisement de l’hirondelle, c’est en vérité de
la femme qu’il s’agit !


Dès lors, notre proverbe devient l’équivalent de ceci :

"Une seule femme ne suffit pas à la reproduction."

Pas possible !…
Derrière ce proverbe apparemment sympathique, se planquerait un putain de pamphlet pro polygamique ?!
Si tu es un type, et d’autant plus au printemps, en pleine période de reproduction, penses à t’accoupler à multiples reprises. Pour avoir la paix en ta conscience, la « P » en ton nid, il faut
mettre ton « P »nis un peu partout.

STOP !

HALTE AUX Pets.


Pulvérisons un soupçon de parfum et de poésie là dessus et
reprenons au départ :

" Une seule femme ne fait pas le nid de l’amour."
que l’on pourrait simplifier ainsi :
" Une seule femme ne fait pas un nid. "


….


-> "C’est après avoir été un peu volage et voyagé d’ailes en
elles que tu trouveras finalement l’oiseau rare avec qui prendre ton envol mais aussi redescendre pour faire ton nid."


Voilà une interprétation qui semble tout à coup bien plus
recommandable.
Après nous être égarés un bref instant, nous venons à coup
sûr de retrouver la signification exacte de ce proverbe.

(D’ailleurs les deux proverbes « Il faut que jeunesse se
passe » et « C’est petit à petit que l’oiseau fait son nid »
vont dans le même sens et confirment mon interprétation.)



PS : Je viens de découvrir à l’instant dans mon dictionnaire Larousse que
l’expression « Une hirondelle ne fait pas le printemps » est traduite
par : « On ne peut rien conclure d’un seul cas, d’un seul fait », je vous laisse juger de leur incompétence !
Peut-être devrais-je leur écrire pour leur proposer mes services ?


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 5 - Jérôme   Lun 6 Nov - 1:20

C’était il y a bien longtemps. Une époque troublée et barbare. Une époque où l’on pouvait se faire tuer pour un oui ou pour un non (1). Une époque où Mickael Youn n’avait pas encore de cagoule (2). Quand les hommes étaient de vrais hommes, les femmes de vraies femmes, les libellules de vraies libellules, les ornithorynques de vrais ornithorynques, les pangolins de vrais pangolins et les pingouins de vrais Plafs.

C’était donc avant le règne de Zhoul.

Un jeune homme avait, des années auparavant, hérité d’une voiture. Certes, ce n’était pas une Aston Martin ou une Lamborghini, mais elle roulait quand même (3). Afin de l’améliorer, il avait procédé à de nombreuses réparations et même au remplacement de certaines pièces (4). C’est ainsi qu’il se retrouva avec une voiture digne de ce nom, capable de passer un contrôle technique avec les honneurs (5). Mais il se trouva qu’au même moment, il se retrouva en possession d’une seconde voiture, plus neuve, plus efficace, plus rapide et même moins sale (6), dont il avait aussi hérité (7). Il entreprit alors de vendre la vieille (8 ).

Comme la plupart des pièces étaient neuves, il fixa un prix assez élevé, se disant qu’il pouvait sans trop de risque se baser sur l’argus de voitures possédant à l’origine les pièces de rechange de sa caisse. Il mit des annonces partout, dans les journaux, sur Internet, sur la vitrine de la boulangerie, et même sur son chien (9).

Mais voilà, personne ne l’appela. Le prix était trop élevé (10) pour une voiture de cet âge et personne n’en voulait. Alors il se décida lui-même à passer des coups de téléphone, contactant toutes les personnes de sa connaissance pouvant avoir besoin d’une voiture, tous les revendeurs d’occases, toutes les annonces de recherche de véhicule, et même les centres de crash-test au cas où. Mais rien n’y fit, il ne trouva pas d’acheteur.

Le problème, c’est que pendant qu’il passait tous ses coups de fil pour vendre sa voiture au prix d’un argus démesuré, ladite voiture avait passé de nombreux mois à l’extérieur sous la pluie, la neige, le vent et les pigeons. Elle avait rouillé, les vitres étaient brisées, de nombreuses pièces s’étaient envolées, et je ne dirai rien sur les pigeons (11).

Le jeune homme dû donc se résoudre à se débarrasser de sa vieille guimbarde en l’amenant à la casse (13).

Il en parla évidement à ses amis, qui en parlèrent à leur tour… Et c’est là l’origine de ce dicton qu’aujourd’hui tout le monde connaît :


« Tant va l’argus allo qu’à la fin c’est la casse. »


1. Il valait d’ailleurs mieux répondre « peut-être » pour vivre vieux.
2. C’était le bon temps, n’est-ce pas ?
3. Quand on desserrait le frein à main, en haut d’une colline.
4. Roues, démarreur, batterie, portières, carrosserie, volant, pare-brise, rétroviseurs, carburateur, câbles, pot d’échappement, sièges, phares, calandre, réservoirs, et même la petite loupiotte de la boîte à gant.
5. Ou, en tout cas, sans se faire jeter des outils à la tête par le mécanicien.
6. Réparer oui, mais laver non. Chacun ses principes.
7. Le taux de mortalité autour de lui fait frémir.
8. La vieille voiture. Nous ne parlons pas du corps de la personne qui lui avait légué la seconde voiture. Voyons !
9. Car un homme-sandwich aurait coûté plus cher qu’un hot-dog.
10. Mieux vaut être trop élevé que mal élevé, non ?
11. Je préfère rester poli (12).
12. Contrairement à la carrosserie qui n’était plus polie du tout, la pôvre.
13. Non, pas Patricia.
14. Bonus track : Vend Ford Fiesta 1.1l année 90, 125.000km, contrôle technique OK. Légère rouille sur la carrosserie et choc sur aile avant gauche. Etat général cependant très bon, avec nouvelle batterie et nouveau démarreur. Téléphoner au 0*.8*.9*.5*.5* (auteur de ce texte) qui transmettra. Prix à abattre.

(1515) Marignan.


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 6 - Papiya   Lun 6 Nov - 1:23

METTRE LA PUCE A L'OREILLE



Vous me direz pas très original : c'est le titre du livre de Duneton (que je ne connais pas d'ailleurs)

Effectivement je vous dois quelques explication sur le pourquoi de ce manque d'originalité, qui peut en être finalement !


Alors ça c'est passé comme ça :

Je lis tranquillement le sujet11. Je reteins qu'il faut fabuler à
partir d'une expression, ce Boris Vian avait dé fait dans un livre et
c'est tout. Voilà ce que j'ai retenu de ma lecture transversale du
sujet.

A partir de là, je prends mon cours de vie routinier ou traditionnel
(choucroute ou vin blanc) avec dans le fond du cerveau une partie qui
s'agite calmement à trouver une expression et l'idée qui va avec (comme
pour tout le monde, pas évident).

Deux jours plus tard, je dis à Karine que j'ai trouvé une super
expression et son idée. L'expression c'est "Mettre la puce à l'oreille".

Alors je lui explique que je la mettrais en forme de la façon suivante :

Qu'il s'agit d'une expression sans origine connue, donc en avance sur son temps.

Je continuerais en expliquant que les premières puces, qui se logeront dans les oreilles arriveront dans le marché en 2032.



Qu'elles serviront à induire ou réceptionner diverses informations, par
xemple la météo, ou encore quand deux personnes de sexes opposés,
disposant de cette puce, se croiseront dans la rue, elles pourront se
mettre la puce à l'oreille en envoyant un message infra-rouge du type :



M: Pas mal toi !



F: Pas mal toi aussi !



M: Ma puce mail a pour adresse i-pucegeorges@surfree. puces-moi quand tu veux, ma puce !



F : Ouh ouh ouh pas trop d'un coup !



Effectivement les relations hommes-femmes en 2032 n'auront pas
réellement évolué, mais bon, quoiqu'il en soit, la puce dans l'oreille
sera à la mode.



Alors je me disais que je tiens le bon bout. Une expression sans origine, en avance sur son temps, c'est malin ça, trop fort !



Le temps passe et Karine se lance sur le forum, lit le sujet et le
soir-même, elle me dit : Mais t'es con ou quoi ? Ton expression, c'est
le titre du livre de Duneton, il est écrit 50 fois sur le forum.



C'est alors que l'alsace s'arrête de vivre pendant 30 secondes.



Les bières pressions débordent, les cigognes ne savent plus où elles
doivent migrer, et moi-même je me dis : mais c'est vrai, j'suis trop
con !



Alors comment faire pour retomber sur ses pattes dans cette situation ?





La 1ère solution serait de trouver une autre expression mais à trois jours de l'échéance, c'est trop dur.



2ème solution : feinter et dire que, de façon inconsciente, on m'a mis
la puce à l'oreille (oui ca la puce à l'oreille peut être induite de
façon délibérée ou inconsciente) et faire passer le message que,
quelque chose de pas original au départ, peut le devenir par la suite
puisque je pense que personne n'osera prendre l'expression du titre du
livre, donc, dans ce cas, c'est original de na pas être original. mais
bon pas évident à expliquer tout ça.



Alors 3ème solution : en inventer une perso.



C'est finalement cette solution que je mettrais en pratique :

AVOIR UNE LIMACE ENTRE LES DOIGTS DE PIED.



Origine : potagère



Sensation : Je vous laisse quelques secondes pour le ressentir

.......................................................................................

......................................................................................

.....................................................................................

......................................................................



Légère gêne visqueuse qui se traduit par des chatouillements non
définissables, à la fois agréable et refoulant (comme péter par exemple)



Utilisation : Peut être employé en société pour définir une gêne non
descriptible occasionnée par quelqu'un qui rognerait doucement et
sûrement, telle une limace, votre ego.



Mode d'administration : Si vous rencontrez ce genre de personne parmi
vos invités et si elle vous gêne, alors là, n'hésitez pas ! Vous pouvez
exclamer haut et fort (petit doigt en l'air suivant la classe socile) à
l'assemblée :



"Je ne sais pas si vous aussi, mais j'ai l'impression d'avoir une limace entre les doigts de pied".



Et là tout le monde rigole : "ahahah ouhouhouh" et voilà le gêneur gêné.



Contre indication : Très facile à utiliser, une consommation excessive
peut indiquer une forme de maladie dite "de la grosse tête". (peut-être
expliqué dans un autre sujet ?)



Posologie : A utiliser de façon modérée lorsqu'il n'y aucune autre alternative.



Et gardez bien tête que l'on est tous la limace d'un autre.


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 7 - Karine   Lun 6 Nov - 1:24

« Avoir le cul bordé de nouilles »
Définition :
Expression familière, signifie avoir de la chance


Origine :

Italienne (forcément, il s’agit de pâte)

C.Q.F.D. :

Le lien entre : un cul, des nouilles et de la chance ?

Non non, je vous arrête tout de suite !

Rocco Siffredi n’y est pour rien dans cette expression !

D’accord il est d’origine italienne, il a certainement un bon ptit cul et la légende lui attribue une grosse n……, c’est vrai que l’on pourrait traduire ce phénomène par de la chance !

Mais je pense qu’il y a une autre explication !

Quoi que …

Bref, revenons-en à nos moutons et tentons de trouver une origine logique à cette expression !

Une autre expression signifie également avoir de la chance :

« Avoir du pot »

Pot = pot de chambre : petit récipient destiné aux besoins naturels.

On en déduit facilement l’évolution de cette expression :

« Avoir du pot » => « Avoir du cul » => « Avoir le cul… »

Mais pourquoi ce dernier est-il bordé de nouilles ?

Historique :

Nous sommes en 69, année érotique selon Gainsbourg, et le petit Rocco sait qu’il est monté comme un cheval.

Fière comme un coq, il aime s’exhiber nu comme un ver sur son balcon, face aux collines de Toscane.

Ce jour là, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre son balcon pour son rituel quotidien, il glissa malencontreusement sur une peau de banane qu’il avait, croyait-il, jetée par-dessus le balcon.

Il tomba du balcon et atterri un peu plus bas sur la table de ses voisins qui dînaient.

Rouge de honte, mais sain et sauf, le petit Rocco dû son salut à un plat de nouilles dans lequel il avait chuté, le cul en premier.

C’est ce qui s’appelle « avoir le cul bordé de nouilles » !


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 8 - Tit Vinz   Lun 6 Nov - 1:26

"Un tien vaut mieux que deux tu l'auras"

Les savants ne sont pas tous d'accord sur l'origine de ce dicton. Il faut l'avouer, on assiste même parfois à des luttes rangées entre les tenants de la théorie de "La référence aux amibes" et les défenseurs du "Potager merveilleux".

Pourtant, en creusant un peu, et en allant fouiller là où la main de l'homme n'a pas posé le pied depuis bien longtemps, on trouve d'étranges références à une bien curieuse histoire.

Aux temps anciens, alors que la terre était encore jeune, à une époque où l'on ne connaissait pas encore les bienfaits des rasoirs jetables et des fours à micro-onde, existait une petit royaume, un peu à l'écart des grandes routes commerciales. On ne connaît pas son nom avec certitude, mais tous les documents que j'ai trouvé font référence au pays de Tulore.

C'était un petit royaume, gouverné depuis des éons par une famille royale assez modeste qui n'avait pas souhaité étendre outre-mesure ses terres, pour éviter tout contact avec certains de ses voisins fortement belliqueux.

Bref, les générations de rois coulaient des jours paisibles, occupés surtout à rendre justice dans les modestes querelles de leur peuple et à chasser.

Car c'était la coutume à Tulore : le roi se devait de chasser régulièrement, au moins une fois par semaine. La chose était tellement importante que tous les ans, le roi devait partir à la chasse en grande pompe, accompagné des deux meilleurs piquiers de ses régiments : c'était la fête du lapin-garou. Cette tradition semble-t-il, remontait à bien des lustres, et certaines références semblent indiquer qu'il s'agit là d'un lien direct avec l'histoire du prince aux carottes, bien connue de tous. D'ailleurs... mais ne nous éloignons pas trop du sujet... et revenons à nos moutons.

Le roi dont on parle dans cette histoire était appelé Jean le boiteux, semble-t-il en raison d'un défaut d'élocution. On pourra noter ici l'humour tout particulier des Tuloras - les habitants de Tulore bien sûr - qui était réputé dans toute la région.

Bref, en un mot comme un cent, le roi Jean avait un cheveux sur la langue depuis qu'il était tout petit.

Il était un grand roi, aimant et loyal envers son peuple, juste et simple. Et il aimait chasser. Plus que tout.

L'histoire raconte qu'un jour de fête de lapin-garou, il partit avec ses deux meilleurs piquiers, deux frères jumeaux, les plus grands et les plus forts de tous les Tuloras. L'équipage avait fière allure en quittant le château, tout de blanc vêtus, montés sur de vaillants destriers.

Or, après une journée de quête sans résultats, alors qu'ils erraient dans un sombre sous-bois, ils furent attaqués par l'un des fauves les plus dangereux de cette région : un poulet géant s'attaqua aux trois héros. Il était immense, des ergots aussi grands que des bras, un bec jaunâtre et des yeux chafouins. C'était un ancien monstre, le reste d'une époque plus ancienne où les bêtes régnaient en maître sur cette région.

Il attaqua violemment les trois hommes, faisant chuter le roi dans sa charge.
Les deux piquiers, honneur de la nation et terreur des ennemis, n'écoutant que leur courage, prirent leurs jambes à leur cou. il est dit qu'ils fuirent si vite qu'ils arrivèrent avant même leur départ (on à peine à croire à cette affirmation, les plus récentes théories sur le voyage dans le temps font état d'impossibilités telles que celle-ci).

Le roi se retrouva seul face à la bête.

INTERLUDE
J'apprends à parler Tuloras :
- la bête : la bëte (prononcer baïte avec un air plein d'effroi)
- le roi : l'ôtre couillon

FIN DE l'INTERLUDE

Le combat dura des heures, le roi fut blessé à maintes reprises. Au bout du compte épuisé, il s'effondra, heurtant une pierre vicieusement dissimulée dans l'herbe et se sectionnant le bout de la langue.

La bête allait donner le coup de grâce quand, surgi de nulle part un molosse (on pense qu'il s'agissait en fait d'un caniche égaré) attaqua la bête et la terrassa.

INTERLUDE

Effectivement cela semble un peu expéditif mais nous n'avons que peu de détails sur ce combat. Certains diront qu'un caniche avait peu de chances contre un coq géant. Toutefois, je tiens à rappeler à chacun sa dernière expérience face à un caniche énervé avant de pousser plus avant ce raisonnement.

Merci.

FIN DE L'INTERLUDE

Le roi était sauvé. La bouche en sang, tenant le caniche en laisse, il rentra au palais.

L'attendaient devant l'entrée du château toute la cour et les deux piquiers jumeaux.

Alors, face à cette assemblée et pour marquer son mépris face à la lâcheté des deux hommes, le roi lâcha d'une voix forte :

"Un chien vaut bien mieux que deux Tuloras !!!"

Hélas, son zozotement s'était accentué - la langue coupée et l'énervement du combat n'y étant pas étrangers - et chacun entendit :

"Un tien vaut mieux que deux Tuloras !!"

La légende veut que ce dicton vienne de cette époque lointaine.

NB :

Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire, le royaume de Tulore fut rasé quelques mois plus tard par une horde de sauvages, adorateurs du Grand Poulet Géant.


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 9 - Lechatdesvoisins   Lun 6 Nov - 1:30

Mieux vaut tard que jamais donc. Mais là n’est pas le propos.

En réalité, l’histoire que je vais vous conter fait allusion à un autre proverbe.

J’ai été à la foire aux vins aujourd’hui pour collecter tous les éléments
qui me permettront d’être tout à fait exact sur des faits qui
aujourd’hui sonnent une cloche au timbre bien sombre.

Le glas de l’homme persécuté, de l’homme pourchassé pour des fautes qu’il n’a pas encore commises.

Un matin donc, il y a très longtemps, non non, très très longtemps, le
petit prince demanda à sa sœur : « à ton avis, qui de la poule ou de
l’œuf est arrivé en premier ? » – (C’était avant sa rencontre avec les
billets de cinq euros) (mais il posait déjà des questions chiantes)

Sa sœur se planta la tête dans le sable, et elle fit : « Oh regarde un avion ! »

Il tombait à pic !

Depuis on dit « tombé à pic » quand quelqu’un, par exemple,
pose une question auquel on ne peut pas répondre parce qu’on a pas d’œuf
sous la main, et qu’un avion s’écrase pour détourner l’attention du
chieur, on dit « il tombe à pic »)

Le petit prince, quand il en eu fini de freiner l’aéropostale, retourna
voir sa soeur et lui reposa la question, de la poule et de l’œuf.

Sa soeur réfléchit un moment, et elle répondit « un clou chasse l’autre »

Ca n’avançait pas beaucoup le petit prince, et il décida de partir à la
recherche d’une poule, ou d’un œuf, pour éclaircir ce mystère.

Il marchait, il marchait, dans le désert, mais il n’y avait rien, pas le
moindre distributeur d’oasis, pas de poule ni d’œuf, pour éclaircir son
mystère, il se retrouva le bec dans l’eau.


(oui,
alors là non ! - aucun rapport entre la poule et le bec. Comprenez bien
que le pauvre garçon est dans le désert et qu’il n’y a pas d’eau – donc
le bec dans l’eau c’est juste un mirage – au départ, l’expression le bec
dans l’eau appartient à un héron, et pas à notre héros. Un oiseau
coinça donc son bec dans une souche d’arbre au milieu d’un étang. La
pauvre
bête, un peu myope, en chassant un poisson, se retrouva complètement
prisonnière par le bec. Elle s’épuisa en tentant de s’échapper, puis se
résigna.

Des chasseurs, témoins de la scène, rapportèrent cette expression.

Pour être tout à fait exact, Raymond a dit : T’as vu l’a l’air con le héron
l’est resté l’bec dans l’eau – Et Roger a dit « comme toi Raymond » Ca
les a beaucoup fait rire, et pour ne pas trahir cette vérité ils
décidèrent de ne pas tirer le héron et de le laisser tomber tout seul. )


Le petit prince remonta avec le Paris Dakar qui venait de
finir, il arriva sur un marché, enfin plutôt… une foire aux bestiaux,
ou il vit des œufs, des poules, des moutons, des vaches, il était très
content.

Il s’arrêta devant un étalage, ou un père dodu présentait ses volailles.

Devant le jeune garçon, un œuf. C’était le premier qu’il voyait d’aussi près.
Il tendit la main pour le saisir, mais juste avant de le toucher, un
vigile l’attrapa pour l’emmener à la fouille. Il le traîna par un pied
dans l’allée de la foire tandis que le père dodu criait en les suivant,
brandissant son hachoir :

« Qui vole un œuf vole un bœuf ! »

(Parce que le père dodu fait aussi de la viande, du boeuf, du coq, des plats
surgelés, des pizzas, tu te demandes s’il est tout seul pour faire tout
ça, mais bon, c’est une marque, tu es à peu près tranquille.)

Cette expression qui nous apparaît commune aujourd’hui, est bien horrible en réalité.

C’est l’anticipation d’un crime.

Croyez vous que le petit prince s’intéresse aux boeufs ? Non.

Le vigile demanda sèchement : « tes papiers ! »

Et le petit prince répondit « dis monsieur, qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier ? »

L’interrogatoire commençait mal, même si de la discussion jaillit la lumière

Le petit prince fut expulsé, et il retourna menotté dans son pays.

Il n’est pas triste d’être revenu, ni de ne pas avoir pu éclaircir son
mystère, mais sa rencontre avec cette hospitalité très occidentale l’a
un peu secoué. Les nomades du désert ne connaissaient pas ces coutumes.

On ne l’y reprendra plus, un homme averti en vaut deux.


Dernière édition par le Jeu 9 Nov - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 135
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Réponse 10 (une réponse supplémentaire...mais de qui ?)   Lun 6 Nov - 22:16

Il était une fois un homme qui avait une poutre
dans l'œil. Comment ça, vous la connaissez celle-là ? Attendez donc,
jouvencelles et jouvenceaux. Je ne suis pas là pour confirmer vos
certitudes. Vous pensez tous qu’il s’agit là de métaphores, images,
aphorismes ou je ne sais quoi ? C’est que vos esprits sont bien
étriqués, conditionnés et fermentés. Heureusement que je suis là pour
rétablir la vérité. Pensez-vous réellement que les proverbes n’ont pas
d’origine ? Faites-vous partie de ces ignorants qui haussent les
épaules lorsqu’on leur parle d’un lointain royaume où les habitants
étaient aveugles et où un jour un borgne devint roi ? Faites-vous
partie de ceux qui ne croient pas qu’à l’époque de nos ancêtres, tous
les êtres vivants pouvaient s’accoupler en parfaite harmonie mais que
le jour où deux chiens enfantèrent un chat d’une incroyable beauté et
d’une remarquable intelligence, un être maléfique fit en sorte que les
différents animaux ne purent plus s’accoupler et qu’ainsi les chiens ne
purent plus jamais faire de chats ? Vous êtes donc bien ignorants. Mais
laissez-moi revenir à mon histoire. Il était donc une fois un homme qui
avait une poutre dans l'œil. Contrairement à ce que vous pouvez
imaginer, cette situation n’était pas des plus inconfortables et notre
homme savait en tirer parti. Celui-ci ne manquait jamais de bois
l’hiver puisque sa poutre poussait aussi rapidement qu’il la taillait.
Il assistait aux plus grands jeux olympiques de la contrée et des
contrées voisines puisqu’il offrait la possibilité aux gymnastes les
plus jolies de sautiller, de danser et de vriller sur sa poutre. Il
faisait la joie des enfants qui glissaient dessus comme si c’était un
toboggan. Il permettait aux chatons de descendre des arbres sans avoir
peur. Bref, notre homme était apprécié de tous. Cependant, depuis
quelques années, il était malheureux. Il avait beau faire la joie de
chacun, cela ne lui suffisait plus. Un sentiment fort grondait en lui.
Il n’avait jamais été embrassé et, de ce fait –il ne savait plus
lui-même si ceci était une cause ou une conséquence- il n’avait jamais
connu l’amour. Car qu’est-ce qu’un amour sans tendre baiser ? Imaginez,
mes chers enfants, combien il est difficile d’embrasser quelqu’un dont
une poutre sort de l’œil. En passant au-dessous, on se cogne la tête.
En passant à côté, on n’atteint qu’une partie de la lèvre. En passant
par dessus, on risque de tomber. Qui aurait eu envie de l’embrasser ?
Si seulement sa poutre avait été plus petite, de la taille d’une
brindille ou même d’une branchette… Mais savez-vous donc ce qu’il
arriva ? La fin va vous plaire je pense, vous qui aimez les métaphores.
Notre homme rencontra un jour la plus belle femme qui soit. Je ne vous
la décrirais pas ici car l’imagination est souvent plus vraie que la
réalité. Chacun perçoit la beauté à sa façon et cette femme paraissait
un tel émerveillement aux yeux de notre homme que je préfère que vous
vous la représentiez chacun pour vous-mêmes. Elle avait des yeux de
cristal, aussi profonds que l’océan et aussi brillants que les étoiles.
Notre homme la dévorait des yeux et voulait boire tout son amour. Et
pour une fois, prenez ce que je vous dis au pied de la lettre car notre
dame avait une paille dans l’œil, paille qui par un étrange phénomène
était aussi longue que la poutre de notre héros. Et c’est à ce moment
de mon histoire que vous allez comprendre comment les proverbes sont
parfois détournés par les temps, les époques et les lieux. Vous savez
comment l’amour frappe parfois deux êtres simultanément sans qu’ils
n’aient le temps de comprendre ce qui leur arrive. La belle jeune fille
tomba donc simultanément amoureuse de notre héros et lui présenta sa
paille. Celui-ci la porta à sa bouche et aspira l’amour de la jeune
femme qui, emportée par ce geste bien plus profond encore qu’un simple
baiser, voulut prendre l’amant dans ses bras mais se fendit la tête sur
la poutre en s’approchant. Le bruit courut par la suite dans la contrée
que notre homme avait bu la paille dans l’œil de sa bien-aimée mais que
celle-ci n’avait pas vu la poutre dans le sien. Vous voyez comme de
cette histoire on apprit aux enfants qu’il faut boire la paille dans
l’œil du voisin mais aussi voir la poutre que l’on a dans l’œil. Puis
au fil du temps, on fit de notre homme un assassin et l’on considéra
qu’il avait bu la paille dans l’œil de sa voisine en lui cachant la
poutre qu’il avait dans l’œil afin de l’assommer et de la vider de son
sang. La voisine se transforma en voisin, suite à des accusations
féministes violentes, jusqu’à ce qu’un troubadour enrhumé transforma le
dicton en la forme que vous connaissez tous aujourd’hui…


…il voit la paille dans l’œil du voisin et ne voit pas la poutre dans le sien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://riendetel.cultureforum.net
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse 11 - devinez qui l'a réalisée...   Mar 7 Nov - 12:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Mer 8 Nov - 15:09

Ca y est j'ai tout lu et c'était vraiment très chouette (ça en
deviendrait presque une habitude d'ailleurs). Dis-donc vous êtes doués,
contrairement à moi qui suis un peu en perte d'altitude.(c'est un indice)

Tit-Vinz, je t'envoie les réponses de "qui a écrit quoi ?" par MP
histoire de pas gâcher le suspense (je précise que Le chat a triché
parce qu'il m'a sous-tiré les réponses l'air de rien, et t'a écrit
juste après !)




Sinon une petite chanson (sur l'air de celle dans "La vie est un long fleuve tranquille") :

Quand elle reviendra, il fera grand jour (il fera grand jour)
Pour fêter celle qui inventa l'humour (qui inventa l'humour)
Au fond d'un forum, naquit une Amy
Et chacun avait souri.

(Refrain : )

Amy reviens, A-amy reviens,
Amy reviens parmi les tiens !
Du haut de ton curseur indique-nous le chemin
Toi qui le connais si bien


...







Ah au fait Edith me fait remarquer (pour ceux qui ne connaitraient pas, genre la horde de lecteurs anonymes de ce forum Wink), que ceux qui ont apprécié la réponse 11 se plairont sûrement par ici :

http://www.plafpingouin.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plaf

avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Mer 8 Nov - 17:19

merci pour le lien Wink

Sinon je suis épaté aussi par la qualité de vos oeuvres, toute pleines d'humour et très sympathiques à lire
Jai déjà quelquess idées sur les auteurs, notamment un certain Jérôme qui s'est un peu grillé dans son texte héhé

cherry

et je me joins à la chanson : A-MY reviens AAAMY revieeeens, AMY reviens parmi les tiieeens
(bordel si j'ai cette chanson dans la tête toute l'aprèsm je t'en tiens pour responsable Orlamonde!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plafpingouin.blogspot.com
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Mer 8 Nov - 17:26

Trahi, moi?!? Exprès je n'ai pas mis mon nom dans mon texte!!
Ah, oui, pour ceux qui ne seraient pas au courant, je souffre d'une mégalomanie littéraire qui me pousse à me mettre moi-même dans tout ce que j'écris. Je suis d'ailleurs le héros de plusieurs nouvelles (avec Plaf parfois).

Pour maintenir le suspens, je me suis retenu, et mon texte est anonyme. Sinon, ya peut-être un truc pour me reconnaître, mais là il faut vraiment me connaître. Alors Plaf, museau (1).

(1) Ca veut dire tais-toi, mais je sais pas si ça se dit encore de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Mer 8 Nov - 19:20

J'ai totalement oublié de dire tout le bien que je pensais des textes qui sont au-dessus, là. Bravo. J'en ai la larme à l'oeil. Snif. Surtout le mien.

Sinon, j'ai déjà envoyé à Zhoul les noms des auteurs supposés des textes. Je sais déjà que je me suis copieusement vautré.
D'ailleurs, Zhoul, je savais que le texte que je t'attribuais n'étais pas le tien, mais par élimination, hein... Bon, ben voilà. Tout le monde va bien, sinon? Personne n'a la grippe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Jeu 9 Nov - 2:05

Jérôme a écrit:
tout le bien que je pensais des textes qui sont au-dessus, là.

Et, évidemment, ce post est placé sur une autre page. Merci Internet pour rendre compliqué des manoeuvres simples dont on n'aurait même pas eu besoin sans toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Je ne vous oublie pas...   Jeu 9 Nov - 11:26

et j'ai bien reçu toutes vos réponses...

Hélas c'est un peu la course en ce moment au boulot mais ça devrait commencer à se calmer... réponses à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Alors alors...   Jeu 9 Nov - 17:31

Roulement de tambour :

Les réponses sont : 1-Romain, 2-Noun, 3-Sed, 4-Orlamonde, 5-Obélix, 6-Papiya, 7-Karine, 8-Zhool, 9-Elcatodelvoisino, 10-Ques'aco (là je fais confiance à Orlamonde, parce que je ne sais pas), 10-Plaf

Et la grande gagnante est donc Orlamonde qui avait presque tout juste.

Bravo ! Bravo !

Et maintenant le nouveau grand jeu... qui va proposer le sujet 12 ?

PS : je mets les réponses à jour pour mettre l'auteur dans le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Jeu 9 Nov - 18:52

Ouéé, j'ai deux bonnes réponses! (Trois avec mon texte) Plus que ce que je croyais. J'étais juste sûr à 51% pour Sed.

Sinon, mon texte, je m'étais sué pour rendre l'attribution de sa paternité la plus difficile possible. Qui avait trouvé? Je sais juste qu'Orla s'était plantée (mais bon, elle a du trouvé tout le reste).


Je propose qu'on publie (après coup) nos tentatives d'attribution, qu'on se marre un peu plus. Je commence (la honte chevillée au corps) :

Jérôme : Texte avec la vente de voiture (Tant va l'argus allo)
Orlamonde : Les frères Moosh 1.
LeChat : Les frères Moosh 2.
Sed : Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs.
Romain : Avoir le cul bordé de nouilles.
Noun : Un chien vaut mieux que deux Tuloras.
Karine : Le pot-pourris de dictons, qui commence par "Mieux vaut tard que jamais".
Papyia : Mettre la pucelle à l'eau. Euh, la puce à l'oreille (soit dit en passant, je doit être un vrai obsédé, parce que les deux premières fois, j'ai effectivement lu "mettre la pucelle à l'eau"...)
Et enfin, last but not least (et las but not lisse), le vénéré Zhoul national : une hirondelle ne fait pas le printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plaf

avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Jeu 9 Nov - 19:42

Jérome le tien était un des seuls dont j'étais certain (j'ai reconnu ton style mais le coup du numéro de tél masqué m'a pas mal aidé qd même)
sinon je pensais que celui de Bertrand venait d'Orlamonde et après j'étais un peu dans l'incertitude... (sauf aussi pour le texte de la poutre dans l'oeil car je savais qu'il venait de notre nouvelle participante!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plafpingouin.blogspot.com
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Ven 10 Nov - 1:10

cheers Youpi ! Et on gagne quoi ? Un abonnement à Télérama ?



Moi j'ai juste inversé le texte de Zhoul avec celui de Tit-Vinz. Et ce
tricheur de chat, il n'a pas eu autant de bonnes réponses que moi au
fait ?



Pour le sujet 12, ce serait peut-être un peu violent de nommer direct
un nouveau. Peut-être faudrait-il demander à quelqu'un qui l'a déjà
fait de s'y coller une deuxième fois (...Je pourrais éventuellement de
m'y coller si ça ne tente personne ...).

A moins qu'on ne trouve un autre volontaire :



"Ouh ouh , y a quelqu'un là dedans pour un sujet 12 ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Ven 10 Nov - 22:01

Orlamonde a écrit:


"Ouh ouh , y a quelqu'un là dedans pour un sujet 12 ?"

Je pense que j'ai une idée... mais il faut que je vois... je vous tiens au courant... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Sam 11 Nov - 17:59

Glps!
Encore un sujet, et... Ce sera au tour du...

pale

13e sujet!!!

affraid

... C'est qui, le treizième inscrit sur ce forum?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   Sam 11 Nov - 18:50

C'est Christelle.



Mais ces derniers temps, elle est un peu moins présente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les réponses nouvelles sont arrivées !!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les réponses nouvelles sont arrivées !!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» les araignées nouvelles sont arrivées...
» Les vikings sont arrivés jusqu'à Poindimié !
» Recherche Tablature ou accords = Ils sont arrivés sur la place
» Présentation de mes Mari's - Vidal Rojas - les petites nouvelles sont arrivées ! Ouf !
» LES TV 3D sont arrivées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 11: De l'origine des dictons (par Tit-Vinz)-
Sauter vers: