AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Dim 15 Avr - 14:32

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Dim 15 Avr - 14:50

Il était une fois, donc, un aventurier. Pas celui qu’on retrouve perdu au milieu d’un désert, complètement perdu. Non, lui, c’était un vrai voyageur. Il venait du fond du pays, en passant par l’équateur.
Il s’appelait Bono des Ardennes. Il se déplaçait sur une centaine de chevaux. Tout un barda dans ses sacs en cuir le suivait solidement accroché à ses montures. Il avait fière allure, une chevelure flamboyante et une certaine maîtrise du mouvement. Une bonne humeur à toute épreuve achevait la caricature de ce héros des temps modernes. Les bois, les montagnes, les chutes d’eau, le conduisait de village en village. Dans l’un d’eux il avait trouvé sa compagne, à son image, flamboyante, mais quelque fois de mauvaise humeur. Une femme oui, comme le bon dieu l’a pensé au départ, mais qui n’a vraiment vu le jour qu’avec des siècles d’évolution. Belle, intelligente et drôle. Elle s’appelait Daniel’s, comme le bourbon.

(c’est un conte, et je vous demande donc de m’excuser si j’exagère un peu pour cette description et sur les faits qui vont suivre)

C’était le couple qu’on devrait décider de garder si la terre venait à s’ouvrir.

Ils sont arrivés en ville au printemps dernier. Il a trouvé un F2 avec garage pour ses chevaux.
Et puis il s’est mis à chercher du boulot. Quand tu es un aventurier ce n’est pas facile. Il a d’abord essayé dans les agences de voyages. Il pensait qu’avec sa barbe et ses histoires de trappeur il pouvait espérer décrocher un poste.
Elle était amoureuse de son cavalier. Elle a repris les livres, et les petites histoires de femmes.
Elle s’est fait des copines, et puis la vieille ville est sympa.
Il n’était pas commerçant ça ne pouvait pas aller, alors il se fit embaucher chez un fabriquant de ramponeau. Ce n’était pas un métier drôle, mais il se fit des amis et il finit par trouver un goût du travail bien fait.
Elle regrettait ses chevaux et l’odeur du foin, c’était déjà loin. En prenant l’autoroute il fallait quand même deux bonnes heures pour sortir de la cité.

Son patron l’a viré pour ses jeans délavé. Il voulait l’envoyer au tribunal.
Alors elle a pleuré un peu, elle a appelé sa mère, elles ont passée des
heures au téléphone alors que c’était vraiment pas le moment ! Là, dessus,
le salaire n’est pas tombé, et il ne pouvait plus payer le loyer. Là c’est le
schéma classique des débuts de la précarité, voir de la misère. Les flics sont venus un matin, à six heure, heure légale.

Il lui dit : « On va pas se laisser faire par ces manches à couilles »

Elle applaudit des deux mains en remettant son sac à dos, c’est très difficile – essayez pour voir. Un gros sac, avec toute ta vie dedans, quand les flics tapent à la porte.
Sous la fenêtre il y avait un balcon sur lequel ils sautèrent, puis ils descendirent dans le garage. Ils passèrent devant la voiture des flics, sans casques.
La Laguna blanche décolla juste derrière eux. Ils prirent le périph en faisant frotter les genoux. C’était un peu humide mais ça ne glissait pas de trop. L’autoroute jusqu’à la sortie 16, et puis la nationale.

Notre héros se releva dans les fougères, encore.
La moto a fait une légère embardée mais rien ne semblait cassé. Peut
être une fourche à redresser.
Daniel’s criait sur la route que « c‘est fini, marre des mecs qui savent pas tenir un guidon »

Au moins, ils avaient semé les flics.

Ils partirent vers l’ouest. L’idée c’était que, tous les soirs, le soleil devait se coucher pour eux deux. Et en quelques mois ils ont retrouvés les bois, les montagnes, les chutes d’eau. Ils ont repris les routes départementales. Ils traversèrent d’autres villages et la bonne senteur des champs. Ils retrouvèrent d’autres chevaux qu’ils dressèrent sans peine. On voyait le feu de leur camp sur les sommets, et puis on les a perdus de vue.

Un fabriquant de ramponeau que je connais, m’a dit qu’il les avait
croisé il y a quelques semaines. Ils sont heureux. Ils ont une ferme, ils
vendent des produits locaux et ça ne marche pas trop mal on dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Dim 15 Avr - 21:25

Oups : Pour ceux qui l'ont déjà lu... j'avais oublié de coller la fin du conte !
(Vous avez senti qu'il manquait un truc ? )

Sinon comme je suis une vraie midinette j'aime beaucoup la phrase :
"L’idée c’était que, tous les soirs, le soleil devait se coucher pour eux deux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Mar 17 Avr - 14:17

C'est calme, aujourd'hui. Trop calme.

Temps de poser des questions!!!
Qu'est-ce qu'un ramponeau?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françois pirodon



Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Mar 17 Avr - 21:13

Il s'agit soit d'un petit jouet forméd'une figurine dont la base est lestée de plomb de façon à lui permettre de se redresser lorsqu'on la renverse soit d'un petit couteau soit du plus gros des marteaux à garnir d'un tapissier.

On peut noter aussi que donner un ramponneau signifie donner un coup violent à quelqu'un, action que l'on parfois envie d'exécuter en voyant certain nabot à la télé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Mar 17 Avr - 23:17

La vache, tant de culture sur un seul forum, ça me laisse pantelant. Bon, ben j'vais m'coucher moins bête qu'en me levant.

Et en ayant une pensée pour Naboléon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   Lun 23 Avr - 11:14

un ramponeau est un petit rampo voyons !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le voyage du fabriquant de Ramponeaux (par le chat)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Voyage en autocar pour Disneyland Paris
» OTTOmobile un petit nouveau fabriquant Français
» Publicités pour le voyage inaugural
» [Larsen, Reif] L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 15 : Il était une fois... (par Orlamonde)-
Sauter vers: