AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 19 : bureau des réclamations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: 19 : bureau des réclamations   Mer 24 Oct - 23:04

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Plainte à l'encontre du préposé   Mer 24 Oct - 23:09

Bonjour monsieur le préposé,

J'écris pour me plaindre de vous. Non seulement vous n'êtes pas apparu en temps et en heure et m'avez fait gaspiller quelques précieuses minutes de mon temps mais en plus vous avez une très sale gueule.

Je ne vous salue pas,

Orlamonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Jeu 25 Oct - 0:05

Sujet: Plainte à l'encontre du préposé Aujourd’hui à 22:09

Mademoiselle,

Votre plainte à été transmise il y a quelques minutes au bureau 48B.

Nous espérons que cette rapidité de traitement satisfera votre goût pour la promptitude.

Le bureau 48B est en charge de juger les outrages aux préposés dans le cadre du forum.
Nous retenons contre vous le terme suivant : "très sale gueule"

Vous recevrez votre convocation au tribunal qui annoncera son verdict dans les plus bref délais.

D'ici là, nous vous demandons de rester à la disposition de la justice, et de faire attention à vos dépenses pour votre prochaine amende.

Je vous prie, Mademoiselle, de recevoir mes plus sèches salutations


Le préposé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Jeu 25 Oct - 0:56

...
C'est risqué de me proposer de me plaindre... Déjà quand on ne me propose rien je râle pendant des heures (cf 700 posts ici et deux-trois sur le blog), mais quand on me dit de le faire, je vous laisse imaginer. Je vous laisse imaginer un mois tout pile en fait. Après je rend ma copie.

Eh bien bon sujet, on va pouvoir se lâcher en ces temps de grève, de test ADN et d'écologie-au-rabais.

...

Dites monsieur le préposé au bureau 19, c'est quoi le nombre maximum de réponses qu'on peut rendre?
(Alors... Douze administrations, une cinquantaine de groupes, plusieurs centaines de personnes... Si je m'y mets tout de suite je peux tout écrire en un mois.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Jeu 25 Oct - 1:12

Monsieur je vous prie de faire la queue comme tout le monde. On est pas chez Orlamonde ici.

Merci

Pour répondre à votre question, vous pouvez déposer autant de plaintes que vous le souhaitez. L'administration a d'ailleurs décidé de ne jamais clore le sujet.

Mais si vous espérez que nous donnions une suite à vos dossiers, il est préférable que vous limitiez notre travail.

Avez vous le formulaire 4587Y à remplir préalablement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Jeu 25 Oct - 1:39

Voyons m'sieur vous m'connaissez... Je viens ici déjà depuis de nombreuses années, chaque jour, pour me plaindre de choses et d'autres, pour exiger divers changements, pour dire du mal de certains et même en dénoncer d'autres... Bien sûr que j'ai le formulaire, je les ai tous. Même les nouveaux que vous n'avez pas encore reçu. J'en ai même rédigé certains moi-même.

Le b-44 902 (version bleu vif, la jaune ce n'est pas moi) qui concerne la mise en fourrière des caniches qui ont plus de 8 dents à compter du 12 octobre 2007? C'est moi.
Le 999-a2b (rose fluo, rouge c'était déjà pris) qui permet de réclamer une part d'héritage (montant fixé au pro-rata du nombre de spaghettis mangés en douze minutes, se reporter à la circulaire avn358.12.2006) avant la mort de ses parents? Le jour où je l'ai proposé au ministre j'ai acheté mon appart'.
Le exgal1606-bb qui interdit à un citoyen de déposer plus de trois-cent-sept plaintes le même jour? Ils l'ont inventé pour me limiter (vaine tentative, j'avais déjà introduit l'article 829 tiret 9054 au livret G)...

Alors vous pensez, le formulaire 4587Y...
A demain, je vous parlerai de mes voisins et de leur fête samedi dernier en plein air passé 22H.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Plainte à l'encontre de mon inspiration   Lun 29 Oct - 12:58

Objet : plainte à l’encontre de mon inspiration


Cher Monsieur,


Je vous écris cette lettre afin de vous faire part du manque total de professionnalisme dont fait preuve mon inspiration.
Ce n’est pas tous les jours vous en conviendrez qu’il nous est donné de hurler à la face du monde toutes les injustices qui l’habitent. Or voici qu’apparaît, comme un cadeau tombé du ciel, un bureau destiné à centraliser l’ensemble de nos récriminations et peut-être même capable de remédier à tous nos problèmes (car qui sait à quel cercle appartient ce mystérieux bureau 19 et jusqu’où vont ses pouvoirs ?). C’est dans ces circonstances que je qualifierais d'exceptionnelles que mon inspiration se permet, une fois encore, de me faire défaut. Une fois de trop, assurément.

Certes, inspiration, tu ne me prives pas de tout.
Je parviens à une idée très claire des sujets qu’il me faudrait aborder : le racisme fait aux étrangers dans ce pays et le traitement honteux qu’on leur fait subir, pour ne citer qu’un exemple qui me tient à cœur. Mais voilà, une fois que je sais de quoi parler, tu te dérobes à nouveau et l’ampleur et la gravité de la tâche me stoppent tout net.
Peut-être seras-tu plus douce avec moi si j’aborde un sujet plus futile ? Je ferme les yeux et je me remémore Groquik me souriant chaque matin sur la table de la cuisine tandis que je dévore mes deux tartines beurrées.
Mais Groquik était jaune et souffrait d’embonpoint : il n’a pas fait long feu. Notre société édulcorée l’a remplacé du jour au lendemain par un jeune arriviste sportif aux oreilles aussi longues que son ambition.

Finalement je constate que mes deux idées se rejoignent sur le fond.
A partir de là il serait facile se lancer dans un plaidoyer contre le racisme truffé d’arguments et d’exemples historiques. Un plaidoyer si abouti et si sincère qu’il réussirait même à faire verser une larme à notre cher Brice.

Mais… la revoilà partie ! Saloperie d’inspiration.

Comment travailler correctement dans ces conditions ?
Cher préposé, si vous pouviez la rattraper et l’assigner à demeure dans mon cerveau, cela me rendrait bien service…


Je vous prie de recevoir cher monsieur des hautes sphères de la réclamation mes sincères salutations,

Orlamonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Lun 29 Oct - 13:31

Dans un recoin sombre des égouts de Lyon, un être étrange vêtu d'une veste élimée brunasse attend adossé à un mur.
Il s'agit de Jérôme, qui essaie d'avoir l'air dégagé au milieu des immondices de la ville.
Mais qu'attend-il?
Voilà ce qu'il attend : une forme éthérée s'approche de lui. Il l'aperçoit et se redresse, l'air ravi.

"Ah, l'Inspiration d'Orlamonde, je t'attendais. Après tout le mal que j'ai eu à te soudoyer j'avais peur que tu ne viennes pas."

Inspiration ne répond rien. Elle est privée de bouche. Elle peut juste insuffler ce qu'elle veut dire dans l'esprit des autres.

"Oui, c'est une bonne question. La raison est que je veux devenir le meilleur écrivain du monde. C'est pour cela que j'ai manoeuvré afin de faire venir les meilleurs candidats au titre possible sur ce forum, pour ensuite les rencontrer en personne. Pour leur voler à chacun une part d'eux-même.
J'ai depuis longtemps déjà volé le Temps Libre d'Amy et de Tchoumy. Cela me permet d'écrire des pavés longs comme un jour sans pain dans le même temps que d'autres mettent à écrire leur liste de course. Bien sûr mes listes de courses à moi font aussi 30 pages et ça me ruine, mais bon on ne fait pas d'homme Lett sans acheter des oeufs.
J'ai bien sûr aussi volé la Participation à plusieurs membres, tels que Sed, Tit Vinz et François. Je peux ainsi, sans me fatiguer plus, écrire des textes plus nombreux et envoyer plusieurs réponses pour chaque sujet. Là je n'ai qu'une "deux-tiers victoire", car la Participation de Vinz lui est revenue. Elle s'est échappée, sous prétexte que je n'avais qu'un Monopoly pour jouer, chez moi.
J'avais aussi au préalable volé l'Intelligence de G.W.Bush, il y a plusieurs années. On voit ce que ça a donné. La Modestie de Sarkozy aussi, mais je me suis aperçu qu'elle était défectueuse au départ. Ce qui fait que mon QI est de 170 mais que je m'en vante devant les caméras (éteintes).
Bientôt nous rejoindront enfin le Sens Artistique du Chat et le Plafage de Plaf, qui permettront à mes écrits d'être uniques.
La seule résistance vient du Dictionnaire de Stou, qui refuse catégoriquement de venir. Je vais donc continuer à envoyer des définitions merdiques à son jeu. Dommage.
Mais néanmoins, une fois que toutes ces caractéristiques me seront assurées, je deviendrai le meilleur écrivain que la Terre ait portée et donc le maître du monde!!!"

L'Inspiration semble hésiter.

"Euh, oui, je n'ai pas encore trouvé le lien entre 'meilleur écrivain' et 'maître du monde', mais je suis sûr que c'est lié. Tu viens?"

Et l'Inspiration le suivit à travers le dédale des égouts de Lyon vers son repaire secret (le AÎgor'z Haïdaoutt) où se tramaient des choses pas catholiques...
Orlamonde réussira-t-elle à récupérer son Inspiration?
Jérôme réussira-t-il à priver tous les membres du forum de ce qu'ils ont de plus précieux?
Réussirais-je un jour à comprendre comment marche le changement d'heure?
Vous le saurez en lisant les réponses au sujet 19!

... S'il y en a... Mouahahahahahahahaha!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plaf

avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Mar 30 Oct - 17:27

objet de la plainte : tapage diurne et souffrance au quotidien
auteurs : voisins de playm et plaf

Monsieur le préposé,

C'est une plainte un peu particulière que je vous adresse et j'espère que vous saurez répondre à ma demande. Voilà quelques jours que nos jeunes voisins répondant à des surnoms étranges ("plém" et "plif" si j'ai bien compris), d'ordinaire sans reproche, se livrent à une cacophonie sans nom, empêchant ma compagne et moi-même de nous livrer à une quelconque de nos activités habituelles. L'instrument fautif ressemble vaguement à un harmonica mais les compositions jouées n'ont rien de Bach ou Wagner.
Je suppute que l'un ou l'autre a du recevoir ledit objet en cadeau et a décidé d'investir toute son énergie à la maîtrise de la bête.
Toujours est-il que seule la nuit nous offre le repos sonore et le reste du temps nos nerfs s'usent et la vie devient infernale.
Nous pourrions certes aller toquer chez nos aimables voisins et leur demander de cesser ce massacre auditif mais notre ouverture d'esprit nous pousse en général à ne pas décourager les gens dans une démarche d'apprentissage, aussi naissante soit-elle.
Auriez-vous une solution miracle qui saurait nous faire retrouver goût à la vie sans brider nos chers voisins dans leurs véléités musicales ?

Bien cordialement,
des voisins en détresse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plafpingouin.blogspot.com
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Sam 3 Nov - 3:08

[quote="Orlamonde"]Objet : plainte à l’encontre de mon inspiration

Mademoiselle,

Nous faisons suite à votre plainte de manque d’inspiration.

La procédure, dans le cas de votre réclamation, et pour définir la gravité de votre démarche, est de rechercher des antécédents du trouble susnommé.
Les équipes d’acariens du bureau 19 ont donc fouillé dans vos affaires pour trouver des traces d’inspiration.

L’ensemble de vos travaux personnels a été rapporté au bureau 19 et a été examiné avec le plus grand professionnalisme. Aucun excrément de mouches n’a été oublié.
Et; nous pouvons dire aujourd’hui, après moult délibérations, avec mes équipes, que vous vous moquez de nous.

Le premier résultat des fouilles a identifié votre expiration.
L’expiration est d’ailleurs un de vos traits de personnalité les plus marqué. Nous avons retrouvé une banane dans la tente de camping rangé dans le garage. Celle-ci avait expirée depuis longtemps - même pour des acariens. Nous ne parlerons pas des amendes de 1997, ni de ces livres empruntés à la bibliothèque de Metz alors que vous étiez étudiante.

Et ! S’il ya expiration, toujours il y a, inspiration.

Et c’est, vous l’aurez compris le second résultat que nous spécifions ici.
Vous avez écrit quelques « chef d’œuvre artistique et parodique parfaitement révélateur des difficultés inhérentes à la condition féminine » que nous ne citerons pas.
Par contre nous nous délecterions à rappeler, si nous en avions vraiment le temps, cet article sur les jeux d’hiver à Sarreguemines.
Vous faite preuve d’inspiration sur ce forum mais aussi dans la vie.
Là encore nous n’aurions jamais assez de papier pour parler de ces moments.
Nous pourrions, pour appuyer cette démonstration, ne dévoiler que cette photo de vous dans le scanner. (1)

A la vue de ces résultats, et compte tenu de l’état d’expiration dont vous faites preuve, nous ne pouvons recevoir comme crédible votre manque d’inspiration.

Nous vous souhaitons nonobstant de retrouver l’ordre de vos idées.
Si cette quête s’avérait vaine, nous vous conseillons de vous présenter au bureau des canalisations dans les plus brefs délais.

Sèchement,

Le préposé et les acariens.

(1) Cette photo est propriété de Mlle Orlamonde Rose, mais vous pouvez la recevoir sur simple demande en remplissant le formulaire 1557662-k-54


Dernière édition par le Sam 17 Nov - 1:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tontonstou



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Sam 3 Nov - 22:14

Objet :
Plainte à l'encontre de ceux qui devraient faire court et qui font long, de ceux qui font moyen alors qu'ils devraient faire long, de ceux qui font court et qui ne devraient pas faire du tout

Monsieur,
Je suis agaçé, outré, atterré et offusqué par un bon nombre de comportements et d'agissements qui fleurissent ces derniers temps dans ma vie quotidienne, si outré que je vous demanderai, à vous main visible de la justice sociale et surtout scripturale, de faire votre devoir pendant que d'autres font leurs devoirs, et de remettre toutes ces petites gens dans le droit chemin.
Sans vouloir abuser de votre précieux temps, monsieur le réclamé, un bref rappel des faits et fesses s'avère indispensable.

Il y a 15 ans naquirent Internet et de nombreux enfants, qui aujourd'hui, ô divine surprise, ont 15 ans. Cet outil formidable de partage, empli de connaissance, ludique et/ou professionnel, drôle et/ou grave (je parle bien sur de l'Internet, pas des nombreux enfants qui pour la plupart ont aujourd'hui le cerveau tchernobylisé par des nuages nucléaires staracadémiens qui me dépassent, mais là n'est pas l'objet de mon propos), a conquis rapidement son public, LE public : le monde, l'humanité (les gens hein, pas les quotidiens, eux ils ne conquierent plus grand monde !!). Se précipitant sur cet espace de liberté où la bien-pensance ne régnait pas (encore), des milliers de petites fourmis ont envahi des lieux de discussion, de polémique, de révolte, de malaise, de bonheur, de réflexion, j'en passe edemeyer. Ces lieux, couramment appelés "forums" en hommage à nos glorieux ancetres romains, virevoltent de vie et de bonne humeur. Personne ne domine et tout le monde est égal (ou l'inverse, je sais plus..). Monde de rêve pour l'agora du 21ème siècle ?
Je ne crois, monsieur le réclamé. Et je m'insurge et demande des mesures strictes, drastiques, nécessaires, pour la conservation de l'intégrité de ces espaces.
D'abord je parlerai des qui "devraient faire court et qui font long".
On peut diviser cette classe en deux sous-classes, non égales et non de même valeur.
La première descend en droite ligne de Marc Antoine, et se nomme "la Jérome". Ses membres, fiers beaux joueurs et ensorceleurs, sont jéromiens. Donnez leur un mot, ils en écrivent 10. Ils ne sont jamais d'accord, oh ça non : ils soumettent l'idée potentielle du consensus à leur alambiqué cerveau qui leur sort en retour un bredouillement d'accord avec les autres partis en cause. Ils n'écrivent pas, oh ça non : ils produisent de par une forte et intense activité réflexive des ensembles de mots qui bout à bout, forment parfois quand Dieu, Ehould Olmert, Aaug San Suu Kii et Zoé le veulent bien, des phrases compréhensibles et lisibles pour le lecteur qui pourtant souffre devant cet arroisoir de termes. Les jéromiens sont inarretables, cultivés et périphraseurs, complexes et si peu simples. Les jéromiens mangent 99% de l'agora du net, pourriez-vous, monsieur le réclamé, première requête, les ramener à la raison, désamorcer leur joie scripturale et leur apprendre le sens du mot "concision" ?
La seconde ne descend de rien, si peut-etre du gasoil frelaté, ou de la famille Bush je sais pas. On les appelle les "chiants". Pas de gourou, pas de famille, juste l'assemblage de gens qui n'ont rien à dire mais qui tiennent à le faire savoir, et si possible exhaustivement. Alors ils parlent. Ils parlent. Ils polluent. J'en peux plus. Ils me polluent. Monsieur le réclamé, pouvez-vous faire un geste, si possible sans utiliser la torture (verbale), et ramener ces gens à la raison ? La leur ? La vrai ? Le silence ? Et pourriez-vous commencer par vous occuper du cas Rachida D. ?

Passons maintenant à ceux qui "font moyen alors qu'ils devraient faire long".
Il existe de multiples sous-classes de cette population hétéroclite, au risque de me répéter (dsl : j'étais obligé..) : les "modestes", les "missworded-men" (les "manqueurs de mots", en français), les "déconfiants", les "time is money" (en français, les "cons"), et d'autres, encore.. Tous ces gens ont un point commun, plus d'un point même, des lignes, des phrases, des textes communs. Ils sont brillants, intéressants, constructifs. Parfois déstabilisateurs, anti-conformistes. Toujours agréables à lire, beaux et grands dans les interlignes. Ce sont tous ces gens dont vous lisez les messages, eet dont vous vous dites, tiens je me le dis, "hey mais non c'est pas déjà fini !!", ceux qui abrègent pour des raisons multiples et variés, alors qu'ils pourraient, devraient, doivent continuer. Ils savent, ils sont, et ils ne disent pas. Ils déçoivent, et je m'agace. Car ils disparaissent au milieu de l'océan des "chiants" et des "jéromiens", et pourtant.. Monsieur le réclamé, pourriez-vous, d'un appel vibrant et fort tel celui du général de Gaulle, rassembler ces gens, et leur dire, haut et fort : "Les Lumières ont perdu une bataille, mais les Lumières n'ont pas perdu la guerre ! [...] Vivent les lumières !"

Enfin, une dernière requete, peut-etre la plus importante de toutes, la plus symbolique, la plus indispensable, celle qui ne s'énonce qu'en exemples chatoyants et à chatier, envers ceux qui font court et qui ne devraient pas faire du tout :
Pourié vs banir vitfé 2latwal lé gen ki parlt sms kom on respire ? (du co2 d'ayeur, du co2)

Cordialement,

Un jéromien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Dim 4 Nov - 3:01

Permettez-moi cher confrère de répondre très vite (j'ai intercepté la plainte, je connais la secrétaire) avant que le préposé ne s'aperçoive de la subtilisation.

tontonstou a écrit:
Il y a 15 ans naquirent Internet et de nombreux enfants, qui aujourd'hui, ô divine surprise, ont 15 ans.

Presque 18, en fait, au CERN.

tontonstou a écrit:
La première descend en droite ligne de Marc Antoine, et se nomme "la Jérome". Ses membres, fiers beaux joueurs et ensorceleurs, sont jéromiens. Donnez leur un mot, ils en écrivent 10. Ils ne sont jamais d'accord, oh ça non : ils soumettent l'idée potentielle du consensus à leur alambiqué cerveau qui leur sort en retour un bredouillement d'accord avec les autres partis en cause. Ils n'écrivent pas, oh ça non : ils produisent de par une forte et intense activité réflexive des ensembles de mots qui bout à bout, forment parfois quand Dieu, Ehould Olmert, Aaug San Suu Kii et Zoé le veulent bien, des phrases compréhensibles et lisibles pour le lecteur qui pourtant souffre devant cet arroisoir de termes. Les jéromiens sont inarretables, cultivés et périphraseurs, complexes et si peu simples. Les jéromiens mangent 99% de l'agora du net, pourriez-vous, monsieur le réclamé, première requête, les ramener à la raison, désamorcer leur joie scripturale et leur apprendre le sens du mot "concision" ?

Ok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Affaire N° 405687   Dim 4 Nov - 4:19

Famille Reloud contre Plaimf

Madame, Monsieur,

Nous avons porté toutes nos attentions au cas grave que vous dénoncez. Nous encourageons vivement la dénonciation, elle va dans le sens de la prévention, et limite nos futures actions éventuelles de répression.

Nous nous somme rendu à votre domicile, avec votre accord, et nous avons posé des micros sur le mur des voisins pour mesurer l’intensité du dérangement qui suscite votre plainte. Les bruits de l’harmonica étaient bien présents, et nous avons pu dresser un procès verbal.

Nous devons vous informer que notre écoute nous a permis d’entendre des conversations jugées subversives. Cela a motivé une intervention rapide. Nous vous prions de nous excuser pour ce nouveau dérangement, les cris et le bruit des décharges électriques vous ont peut être importunés.

Nous avons donc « contacté » le délinquant, en flagrant délit de Bob Dylan. Nous lui avons notifié que son comportement sortait des limites admises, et conduit, avec son accord, si vous me permettez ce jeu de mots, à notre cours d’harmonica.

Il apprendra le solfège, croyez moi, et pourra vous jouer Brahms au retour, mais seulement si vous le désirez.

Ci-joint, pour vous rassurer, le lien internet vers une démonstration du professeur qui s’occupera de votre voisin. Il joue avec le plus petit harmonica du monde et c’est déjà grand.

http://www.youtube.com/watch?v=grGGy9FKYVg


Mes hommages à toute votre clique.


Le préposé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozenn



Nombre de messages : 10
Age : 37
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Ven 16 Nov - 1:03

Cher Monsieur du bureau des réclamation,

Je souhaiterais, par la présente, déposer une plainte envers Monsieur Shakespeare W. (sis à Staford-upon-Avon, Angleterre), pour la fin misérable dont il a cru bon de nous gratifier dans "Roméo et Juliette".

Sachez, Monsieur du bureau des réclamations, que je suis la marraine de deux préadolescents dont je prends à coeur l'éveil moral et intellectuel, et qu'il est déjà difficile, dans le contexte économique et mass-médiatique qui est le nôtre, d'élever correctement cette génération perdue. Si, au surplus, les "grands" auteurs, les auteurs "classiques" (les guillemets ici dénotent le profond mépris que j'ai pour Monsieur Shakespeare W., vous l'aurez compris) trouvent amusant de ponctuer leurs oeuvres "majeures" (idem) de fins desespérées et sanguinolentes, c'est toutes les mères, tantes et soeurs du monde entier qui se lèvent pour dénoncer un contexte de travail inadmissible. La grève n'est pas loin, croyez-moi, et je pense traduire par la présente lettre un ras-le-bol général.

J'estime en effet, dans la tâche qui m'a été impartie, avoir droit à un soutien inconditionnel de la part de l'Education Nationale en général, et de la Littérature en particulier. C'est pourquoi je demande à ce que soit modifiée la fin de "Roméo et Juliette" afin qu'elle soit plus conforme à ce que la société est en droit d'attendre d'un "chef d'oeuvre de la littérature mondiale" (notez toujours les guillemets, monsieur du bureau des réclamations, car, par ailleurs, je trouve assez dommageable que soit ainsi qualifiée une oeuvre donc le héros a un nom de second rôle italien dans un mauvais téléfilm de la Une).

Nous suggérons, entre autres, que Roméo profite d'un des entr'actes pour apprendre les premiers secours. Il aurait ainsi la possibilité, à l'aide d'un miroir de poche par exemple, de constater que Juliette n'est pas morte mais simplement endormie, et qui plus est cela fournira une édification appréciable à la jeune génération qui n'est pas assez au fait de l'utilité du bouche-à-bouche. Puis Juliette, après avoir refusé les avances de Roméo pendant un temps moralement acceptable (le temps de décrocher son bac, par exemple), pourrait lui céder en précisant à quel point il est nécessaire de bien réfléchir avant de prendre une telle décision. Enfin, par un dialogue bilatéral, et par une discussion ouverte et sans préjugés où seraient posément examinés les sentiments blessés des Montaigu et des Capulet, les deux familles pourraient se réconcilier, ce qui permettra enfin un beau mariage à la mairie de Vérone en guise de conclusion (l'église étant bien sûr hors de question, afin de ne pas exclure de la réflexion les jeunes personnes qui auraient une sensibilité religieuse moins exacerbée que les deux héros).

Si vous avez vous-même la charge de l'éducation d'une jeune âme, vous ne pourrez, monsieur du bureau des réclamations, qu'admettre le bien-fondé de cette requête.

Veuillez agréer, monsieur du bureau des réclamations, l'expression de mes sentiments distingués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rozenn.marechal.googlepages.com
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Ven 16 Nov - 16:13

Madame, monsieur.

Conformément à mes droits, je tiens à déposer auprès du présent bureau une réclamation véhémente. Que dis-je une réclamation, une plainte à l'encontre de Ixe, Ben de son prénom, résidant actuellement sur Terre, au XXIéme siècle, pour persécutions répétées d'ordre moral et physique à mon encontre.

Pour mieux expliquer les tenants et aboutissants de cette affaire, voici un résumé des principaux griefs constatés au cours du temps.

1) La semaine dernière, un policier m'a verbalisé sous le fallacieux prétexte d'un feu rouge brûlé à une vitesse légèrement excessive (120 km/h en ville, peut-on vraiment qualifier cela d'excessif ?). J'ai bien reconnu sous cet uniforme le regard fourbe et méchant de Ben Ixe : ces yeux chaffouins sont à nuls autres pareils.

2) Il y a quelques années, la veille de mon baccalauréat, j'ai passé une nuit épouvantable, par la faute d'un insecte nuisible et dérangeant, un moustique. Il n'a pas arrêté de bourdonner à mes oreilles, m'empêchant de dormir tranquillement. Ce bourdonnement moqueur et narquois m'a accompagné toute la journée suivante, me faisans lamentablement échoué à l'examen. Je tiens à préciser que j'ai reconnu, sans aucune erreur possible l'accent si particulier de M.Ixe dans ce bourdonnement. Cet acte pendable est d'ailleurs bien dans les méthodes du sieur Ixe. Et ce n'était pas la première fois qu'il me jouait un si mauvais tour.

3) En 1789, alors que je régnais tranquillement sur la France, en bon roi débonnaire, Monsieur Ixe, tout en lacheté et veulerie, a organisé une rébellion, que dis-je une rébellion, une révolution du bas peuple. Ce soulèvement, certes folklorique et amusant, m'a amené à être guillotiné, ce qui vous en conviendrez peut être assez désagréable. De plus je suis quasi-certain que cet individu s'est arrangé pour que la lame soit mal aiguisée, tout ça pour m'embêter encore un petit peu plus.

4) Le 24 août 1572, de passage sur Paris pour assister au mariage d'un mien cousin, je me fais occire lors d'une échauffourée. Pour se justifier, mon agresseur déclare qu'il faut tuer tous les huguenots. Devinez qui était cet aggresseur ? Encore M.Ixe.

5) En 1349, alors que je profite de l'essor du commerce maritime en tant que matelot, M.Ixe, jaloux j'en suis sûr de ma réussite professionnelle s'arrange pour me faire attraper un légère indisposition appelée à l'époque "Peste bubonique" ou "Peste noire". Une complication médicale me fait rate le départ de mon bâtiment. Je reste à quai à Marseille. Je me souviens bien avoir entendu rire M.Ixe.

6) En 1314, alors que je viens de rentrer dans un club privé de gentilhommes, M.Ixe déclare mon ordre impie et nous pourchasse à travers tout le royaume de France. Mon chef de meute, M. de Molay est emprisonné puis brûlé. Je suis quant à moi pendu haut et court. Permettez moi de vous dire, madame monsieur qu'une pendaison n'est que peu agréable. J'en ai gardé des séquelles graves : à chaque fois qu'il va pleuvoir, j'ai un torticolis.

7) Le 19 juillet 64, il fait un temps superbe sur la petite bourgade italienne où je vis. Je viens de finir de repeindre ma maison. 6 pièces, entièrement nettoyées, poncées, et repeintes. un travail de titan qui m'a bien pris un mois. Ce jour-là, M.Ixe décide de mettre le feu à la ville, afin de voir si elle brûle bien. Sans logis, je décide alors de quitter Rome. On dira plus tard, à tort, que tout est de la faute d'un certain Néron, politicien de seconde zone.

Cool En 1, alors que je suis en train de monter un coup de pub incroyable, M.Ixe décide de me voler la vedette en naissant dans une étable et en faisant courir le bruit partout qu'il est le fils de Dieu... je vous jure...

9) En -472, alors que je gambade tranquillement dans un pré à la recherche de carottes sauvages, accompagné de nombreux amis, M.Ixe, qui portait alors la barbe et les cheveux longs (style vestimentaire particulièrement hippie ne trouvez-vous pas) décide de me prendre comme cible de sa flêche. Finir pour partie dans son estomac, et pour le reste comme gibecière n'a pas été une expérience très enrichissante je dois bien l'avouer.

10) En -14555, je suis alors diplodocus, dinausore vous en conviendrez particulièrement inoffensif et paisible. M.Ixe décide de tomber sur Terre et d'être la cause d'un refroidissement considérable du climat, entrainant la disparition de mon espèce. Vous ne pouvez pas dire qu'il s'agit là d'un acte fortuit.

Madame, monsieur, suite à ce témoignage, je vous demande de bien vouloir prendre des mesures contre Monsieur Ben Ixe. De plus à la lumière des faits ainsi révélés, je vous demande aussi de bien vouloir expliquer aux docteurs qui me soignent que je n'ai aucun désordre mental. Mon aggression envers le policier Ixe n'était qu'un cas de légitime défense après tant de persécutions. Merci donc d'autoriser ma libération. Il me faut l'avouer, le climat de l'hôpital psychiatrique où je me trouve nuit beaucoup à mon teint.

Merci à tout le bureau des réclamations pour son écoute attentive.

Soyez sûrs que je reste, Madame, Monsieur votre dévoué serviteur.

A. Igrèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Retrait n°6734446464x   Sam 17 Nov - 1:23

071120
Code X - - -retrait
Retrait n°6734446464x
cebb++zhihj priorité : urgent
6734446464x TITVINZ

Monsieur,

Vous devenez un élément perturbateur de l’inconscience collective.
Le comité de restriction du désordre moral vous a, par ce fait, retiré de la liste des crédules.

Vous pourrez vous déplacer librement dans les quartiers A et B.

Votre logement est le A – 944.

Le lever est à 7H00, les repas sont servis à 12h et 19h, le coucher est à 21H00

Vous pourrez cultiver votre jardin, aller à la bibliothèque et faire les travaux d’intérêt généraux (TIG) durant la journée.

Si vous souhaitez établir une liaison sentimentale avec un élément du quartier C, sachez que cela est possible, vous devrez en faire la demande au bureau KK66846.

Il vous arrivera peut être d’entendre des histoires farfelues, notamment au sujet d'impossibles complots. Beaucoup d’habitants du camp, par exemple, ont été retirés suite aux événements tragiques du 11 septembre.
Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de toutes ces discussions.

Monsieur Ixe viendra vous voir durant l’année.
Nous vous demandons donc d’être présentable tous les jours ci celui-ci vous accorde cette grande faveur.

Vous devez porter l’uniforme posé sur votre lit. Votre barbe doit être rasée tous les matins. Vos cheveux ne doivent pas dépasser 12 mm et descendre à moins d’un centimètre du col.
Vos chaussures devront être brillantes, et tous vos effets devront être exempts de tache.

Ce cadre régulier, mais néanmoins rigide, vous évitera d’autres murs.

Votre nouvelle occupation sera les carreaux de votre salle de bain, et vous verrez, tout ira mieux.


Le préposé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Sam 17 Nov - 3:02

Affaire Maître Stou.
Mètre étalon



Monsieur,

Nous faisons suite à votre longue plainte contre le trop long, et à l’autre, non moins courte, contre le trop court.

Nous estimons que cette question est cruciale pour la sécurité du comité dont vous êtes un membre honorable.
Le bureau des réclamations devrait être très strict au sujet de la longueur des interventions sur ce forum, et dans le reste de l’univers connu.
Mais, nos services de sécurité étant débordés par des affaires d’expulsions, combien plus importantes, nous n’avions pas eu le plaisir de nous pencher, officiellement, sur la question.
Votre plainte a, à notre grande satisfaction, déclenché une procédure qui nous permet à présent, de surveiller la longueur des textes diffusés.
Nous vous en remercions.

Nous avons contacté le CRIPRCL (comité régulateur des interventions publiques sur le réseau de communication libre), présidé par Mr Ixe, pour répondre à votre demande. Celui ci nous a délégué l'enquête.

Le rapport de celle ci est intitulé : « si tu avances quand je recule ».

Nous y avons noté un échange rapide mais tout à fait clair avec l’INSEE :

Le 05/11/07, lechatdesvoisins@orla.fr > a écrit :

Bonjour Monsieur Plaf,

Pour répondre à certaines réclamations, nous devons établir la longueur optimale d'un texte sur le forum pour faire ni trop long ni trop court.

Pourriez vous mettre en oeuvre vos savoirs de statisticien pour déterminer une formule qui établira le nombre de mots idéal pour une participation d'un Tonton Stou (par exemple).

Le résultat devra être une moyenne de participation historique sur ce forum traduit en nombre de mots.

Merci de votre collaboration

Le préposé.

ps : Désolé.



Le 05/11/07, PLAF <plaf@orla.fr> a écrit :
Bonjour Monsieur le préposé,

La formule que vous me demandez n'est pas des plus simples mais je vais essayer de vous répondre demain.

Bien cordialement,

Plaf

Le 06/11/07, PLAF <plaf@orla.fr> a écrit :

Monsieur le préposé,

Un rapide calcul m'a permis de répondre à votre question. Prenons les derniers messages de Jérôme et considérons l'affichage d'une "page" de messages dans son historique. Cela constitue 14 messages (j'ai exclu son dernier message où il a copié collé un message de Tonton stou pour rebondir dessus, ca aurait faussé le calcul) entièrement écrit par lui (pas de copier coller).
La somme des mots de tous ces messages s'élève à 4336 mots, que divise 14, ce qui nous fait une moyenne honorable de 310 mots par message !
Comme on peut considérer arbitrairement qu'une bonne moyenne de taille de message pour Tonton Stou est de considérer la moitié d'un message de Jérôme (à la louche), je lui conseille une moyenne de 155 mots par message.

Pour information et illustration, l'article 227-29 du code pénal compte EXACTEMENT 155 mots. Etonnant non ?

Plaf



Le comité a décidé d’utiliser ce nouveau barème de 155 mots.

Le service d’ordre du comité poursuivra quiconque fera trop court ou trop long.



Mielleusement,

Le préposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: racket fiscal   Mer 21 Nov - 2:29

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Affaire Rozen contre William Shakespeare   Mer 21 Nov - 3:07

Affaire Rozen contre William Shakespeare

Madame,

Nous avons examiné votre requête, avec tout le consciencieunisme qui nous est demandé.

Nous avons lu Roméo et Juliette et nous avons examiné cette fin, qui, nous vous l’accordons, est tragique.

Mais au-delà de cela, c’est le romantisme exacerbé décrit dans le livre cité, qui nous a motivé dans la suite donnée à votre requête.
Cette débauche de sentiments ne peut être que subversive, et devrait être retirée du public.

Nous avons donc entamé une procédure de destruction.

Malheureusement, ce roman a, d’après une brève estimation, été édité un nombre de fois trop important. Il nous est donc impossible de récupérer toutes les copies.

Nous ne pouvons pas le détruire, changer la fin, ou le reste de l’histoire.
Nous vous prions de croire que nous en sommes désolés.
Sachez Madame, que le service du bureau 19 s’est néanmoins complètement investi pour cette demande.

Nous avons été touchés par la ferveur que vous apportez à l’éducation des adolescents. Ces êtres, souvent peu intelligents et toujours disgracieux, qui encombrent nos trottoirs avec leurs patins à roulettes.

Nous aimons les parents solides, et vous semblez être déterminée à faire de votre famille un exemple pour celles qui, devant nous, ont préféré la décadence.

Nous pouvons vous aider à réaliser ce bel objectif.

Nous vous conseillons d’interdire à toute votre famille la lecture, le visionnage, et tout acte d’écoute concernant un livre (par exemple) non répertorié par le comité de restriction du désordre moral.

Notre bibliothèque est pleine d’ouvrages forts instructifs concernant l’éducation, et vous y trouverez les fameux « cahiers de la morale » destinés aux adolescents.

Les visions obscènes sont main courante ici bas. Et les histoires « d’amour » finissent mal, en général. Le bureau 19 est le témoin privilégié de cette répugnante réalité.
Nous serions heureux de vous évitez ces désordres.

L’abstinence est toujours un excellent remède aux troubles de la puberté, mais peut l’être également dans une vie consacrée à notre communauté.

Enfin, je me permets, à titre personnel, de vous inviter à ne pas rêver. Vous ne pouvez pas jouer à la sauveteuse de héros. Et puis, avec l’âge et l’expérience, vous apprendrez que le happy end ne peut être une fin en soi.

Respectueusement,

Le préposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Pas une plainte   Mer 21 Nov - 18:18

Cher monsieur le préposé du bureau 19.
Je tiens par la présente à vous faire part de mon ahurissement face à ma pauvre mémoire.
Je viens en effet, en voyant la copie de ma plainte affichée ici même, de m'apercevoir que j'ai oublié de signer ladite lettre (ça m'arrive tout le temps avec les chèques) et même d'y aposer les tampons réglementaires (j'ai pourtant passé un temps considérable à tamponner toutes les surfaces planes de mon bureau, sous l'oeil mi-effrayé mi-lassé de mes collègues, à l'aide de tous les tampoins traînant à la Trésorerie afin de trouver LE tampon parfait, bien rond, pas abîmé, ne tachant pas la lettre, ainsi que deux ou trois autres pour rigoler).

Vous m'en voyez navré.

Je consent donc à vous faire une ristourne de 2,43 euros sur le chèque de 500.000.002,43 euros que mon avocat vous conseille de m'adresser dans les plus brefs délais.

En passant, voici l'adresse de mon avocat :
Joe Lacrin, dit "casse-jambe", dit "le teigneux", dit "l'éventreur de Rungis",
cellule 3, quartier des meurtriers sanguinaires, La Santé
Liberté conditionnelle les lundis, jeudis et jours de grève des surveillants.


Addendum à Rozen : je suis en train de réécrire l'intégrale de l'oeuvre de ChatQuiExpire (en version française et originale à la fois, de front et de tête) en y mettant des bons sentiments à la Charles Ingalls et une fin digne de Disney à chaque fois. Après je m'attaquerai à Victor Hugo Boss pour lui faire subir le même traitement.
Il suffira de remplacer les livres originaux en librairie et en bibliothèque par mes versions, et le problème sera réglé dans deux ou trois générations.

Sincèrement vôtre,

Jérôme
Trésorier exceptionnel (-lement mal payé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy

avatar

Nombre de messages : 671
Localisation : De retour chez les cigognes
Date d'inscription : 24/05/2006

MessageSujet: Les réclamations auxquelles vous avez échappé   Lun 3 Déc - 18:14

Objet : réclamation [sans blague !]


Monsieur,

Je vous écris aujourd'hui pour déposer une plainte à l'encontre du Bureau des Réclamations.

En effet, depuis que ce dernier à ouvert ses portes, je n'ai de cesse de traquer un objet à lui soumettre : le bruit assourdissant des pantoufles de notre voisin, les canalisations boudeuses [quatrième logement, quatrième réseau défectueux], l'absence de mitigeurs dans ces logements, les portables, Nicolas Sarkozy et ses amis, le manque de nouveautés sur le forum, les méandres tentatrices d'Internet, le manque de temps dont je souffre de manière chronique, mon travail que j'abhorre [veiller à ne pas confondre abhorrer et adorer ou même arborer, mais, là, ma phrase n'aurait plus aucun sens], Danone, Lu et consorts, la pollution, les adhérents au MPI [vu l'état de la planète, ils doivent être très nombreux - voir l'article de Jérôme sur le blog], l'intolérance, la plupart des mots en -isme [racisme, fascisme, extrémisme, prisme...], les blogs, Nestlé [qui a osé arrêter la production de Nidelles dans les années 90], le manque de Nidelles [depuis le petit déj' n'a plus la même saveur], les séries, les jeux vidéos, les choses "à faire", l'hiver, le froid, les impôts, l'URSSAF, les chats du voisin [à ne pas confondre avec le célèbre Chat des Voisins], le manque de popularité de Rien de Tel, la trop grande popularité de forums auxquels je voudrais participer, mes contradictions, la trop grande quantité d'informations présentes sur le net et la facilité de s'y perdre ou d'y perdre ses journées, l'informatique et ses pannes, Microsoft, les automobilistes qui laissent tourner leur moteur, même en sortant du véhicule, juste sous ma fenêtre [un jour je prendrai une de ces voitures et la garerai 100m plus loin], les 4x4 en ville, les réponses délibérément insatisfaisantes de votre Bureau, la noirceur de l'avatar du Préposé, les méandres de l'administration, Shakespeare, les "classiques", la petite nouvelle et les chocolats [pourquoi donc en recevrait-elle alors que je n'ai rien reçu à mon inscription ?], le chocolat [il est si souvent mauvais], le sucre, les lobbys, l'huile de tournesol, les caries, les dentistes, la peur du dentiste, les fraises [celles des dentistes évidemment], l'inaccessibilité de l'accès à la propriété, le stress, le travail qui déborde [sur les week-ends, les vacances, les rencontres forumiennes...], la déprime et la larvitude qui l'accompagne souvent [bien qu'il ne soit pas nécessaire d'être déprimé pour faire la loque], le temps qui ne suspend pas son vol, les carpes qu'il faut manger tous les jours [une carpe par jour dit le proverbe latin] [carpe diem, pour ceux qui n'auraient pas suivi], les arêtes dans le poisson, les bons moments qui sont trop courts, les mauvais moments qui sont trop longs, la Connerie [avec un grand C] et la Bêtise [ça va de pair], la comptabilité, les chiffres, les factures, les tracasseries juridico-administratives, la grisaille, le mur [celui vers lequel on fonce tout droit], le peak oil, la mondialisation, les OGM, le nucléaire, la grammaire allemande, les harmonicas de petite taille, les lois de Murphy, les files d'attente, les salles d'attente, les nuisances sonores, les répondeurs, les informations [qu'on devrait plus justement renommer les "désinformations"], le pessimisme, la société de consommation, la croissance, travailler plus pour gagner plus [et pour dépenser plus pour des c...neries], le travail, les devises creuse qui n'ont plus de sens pour personne [par exemple : liberté - égalité - fraternité, de qui se moque-t-on ?], les maladies, la violence, les pannes d'inspiration, les fortes expirations [surtout lorsque l'haleine est chargée], les mauvaises odeurs, le nourriture avariée, les moisissures, l'égoïsme, le laisser-faire, la puissance de l'inertie, l'impossibilité de mettre mes remarques en ndbdp [il y en a beaucoup trop], mon incapacité à me censurer, la brachygraphie, ceux qui font trop court alors qu'on voudrait les lire encore et encore, ceux qui font trop long, ceux qui n'arrivent plus à s'arrêter d'écrire une fois lancés [un indice, je pense à une personne dont le pseudo commence par Am- et finit par -my], les lacets qui cassent, les araignées, les démangeaisons, la mémoire qui fait défaut, l'impossibilité de noter tout ce qui cloche en ce monde, l'impossibilité de remédier à ces problèmes, mon incapacité à traiter de tous ces sujets en une vie, la frustration qui en découle, les listes à la Prévert... J'en passe et des meilleures. [Je crois que je viens de battre, malgré moi, le record de la phrase la plus longue de ce forum. Merci à vous, qui avez eu le courage de rester pour assister à cet exploit.]

Depuis le lancement du sujet 19, je vois le monde par le mauvais côté de la lorgnette. Tous mes verres sont devenus à moitié vides, je broie du noir. Moi qui étais d'un naturel optimiste et enjoué, je suis devenue grincheuse et ronchonne. Je me révolte : rendez-moi ma joie de vivre !

Je demande donc le démantèlement immédiat du Bureau de Réclamations pour cause d'atteinte à la bonne humeur.

En vous remerciant d'avance pour l'attention que vous accorderez à la présente et, avouez-le, elle le mérite, je vous prie d'agréer, Monsieur le Préposé, l'expression de mes salutations abattues.


Amy Duforum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Nain for mathiques   Lun 3 Déc - 19:32

Cher préposé, je voudrais déposer une plainte envers les fabriquants de claviers qui ne les font pas étanches.
C'est en effet la deuxième fois ce mois-ci que ma faiblesse du matin m'entraîne à lâcher ma boisson matinale (eau pure, car le café a un goût de café) sur ledit clavier, le rendant inopérationnel.
Et maintenant je suis obligé de taper sur un nouveau clavier qui produit le son "glouschwine" àchaque fois que j'appuie sur la touche "espace".

Donc, je porte plainte contre les fabriquants de claviers non-étanches.

Et contre les fabriquants d'ordinateurs portables aussi. Le mien ne marche plus depuis que j'ai écrit "MPI II : la suite" sous la douche.

Votre dévoué Jérôme.

P.S. : j'ai honte d'écrire ça après le texte d'Amy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tchoumy

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 34
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Ven 7 Déc - 0:26

Voici enfin ma contribution ! Désolé pour le retard. Rolling Eyes

Réclamations théâtrales


Acte I, scène 1. Lundi 3 décembre, 7h59.
Le ciel est nuageux. La scène se déroule sur un terrain vague entouré de grillage et de fils barbelés. Au milieu se trouve un petit bâtiment en préfabriqué.

S : [arrive sur la scène] Alors comme ça le délai pour ma réclamation est dépassé, on va voir ça ! [sur un ton victorieux] Ha ha ! Ca y est ! Je l'ai enfin trouvé ce ***** de ****** de bureau des réclamations ! Deux semaines que j'ai mis à remonter à la source de cette boîte aux lettres ! Quelle bande de bureaucrates bien planqués ! Même avec l'adresse et un GPS c'est pas facile à trouver. [observe le bâtiment de loin] Eh ben... j'imaginais ça plus grand !

Stéphane se rapproche de la porte d'entrée, s'apprête à l'ouvrir, mais se rend compte que celle-ci est fermée.

S : [lit la pancarte] Fermeture exceptionnelle le 03/12. Horaires d'ouverture... tous les lundis de 9h à 10h ! QUOI ??? Y en a qui s'embêtent pas ! Grrrmbl... ils vont m'entendre la semaine prochaine ! [rentre chez lui, furax]


Acte I, scène 2. Lundi 10 décembre, 9h01.
Le terrain vague est bondé. Une bonne centaine de personnes sont en train de faire la queue devant l'entrée du bureau. Tout le monde à l'air de mauvaise humeur. Des bagarres éclatent à plusieurs niveaux de la file pour cause de dépassement abusif.

S : [Rage contenue. Respire un bon coup, puis tourne les talons] Grrmmmbl... reviendrai... semaine prochaine... grrmmmbl [quitte la scène]


Acte II, scène 1. Lundi 17 décembre, 6h14.
Le terrain vague est vide, mais la lumière du bureau est allumée.

S : Tiens... c'est bizarre que la lumière soit déjà allumée. Ce serait étonnant qu'une administration se fasse cambrioler... surtout un lundi matin. Et ce serait encore plus extraordinaire qu'un fonctionnaire soit déjà en poste à cette heure ci ! En tous cas, cette fois je devrais être le premier. [pousse la porte et entre]


Acte II, scène 2. Lundi 17 décembre, 6h16.
Stéphane entre dans le bâtiment et se retrouve dans un couloir qui donne sur deux pièces différentes, une à droite, une à gauche. A l'entrée, sur la gauche, se trouve un bureau d'accueil avec une petite vieille au comptoir en train de taper à la machine. Sur son badge est inscrit "Ginette Mactrois". Stéphane est littéralement estomaqué.

S : [pour lui-même] Je ne sais pas ce qui est le plus étonnant... une fonctionnaire déjà au travail si tôt le matin ou le fait que le bâtiment en apparence d'environ 5 mètres de côté à l'extérieur, en fasse plus du triple à l'intérieur. [A Ginette] Bonjour ! Je suis bien au bureau des réclamations ?

G : [sans lever les yeux de sa feuille] C'est bien ce qu'il y marqué sur la plaque dehors, non ?

S : Eeeuuh... oui.

G : Alors vous y êtes ! [pause] Bon et maintenant prenez un ticket et allez vous asseoir dans la salle d'attente avec les autres !

S : Les autres ? Il y a déjà du monde ??

G : [pas de réponse] ...

S : Je sens que ça va être une loooooongue matinée... [prend un ticket et se dirige vers la pièce de droite]


Acte III, scène 1. Lundi 17 décembre, 6h22.
La salle d'attente est bondée. Il y a au moins une cinquantaine de personnes et plus une seule place assise. L'atmosphère est électrique, il fait chaud, l'air est moite et ça sent la sueur.

S : Pfiooooou, ça sent le fauve ici ! [regarde autour de lui, n'en croit pas ses yeux, regarde son ticket] 69 !! [abattu] Heureusement que j'ai ramené un bouquin...

Stéphane s'assied par terre à côté d'un homme en costard plongé dans son journal.

S : Vous attendez depuis longtemps ?

H : Hmmmmm.

S : Mouais... rien de tel que la chaleur humaine pour vous réconforter, pas vrai. [ouvre son bouquin et lit]


Acte III, scène 2. Lundi 17 décembre, 9h12.
On en est au numéro 15. Seize personnes sont déjà passées, libérant quelques places assises. Stéphane n'a pas encore réussi à en avoir une, étant donné que tout le monde est à l'affût. Le temps passe incroyablement lentement et Stéphane a déjà terminé son livre de 600 pages. Soudain on entend le bruit tant attendu qui indique le passage au numéro suivant. C'est la place juste à côté de Stéphane qui se libère. Vif comme l'éclair, il se jette sur le siège. La personne assise à côté de lui est une charmante jeune femme.

S : Regardez les tous, on dirait des charognards prêts à se jeter sur un bout de viande. J'ai jamais vu ça. Ils sont même pas confortables ces sièges en plus.

F : Gardez vos jérémiades pour le préposé.

S : [ne se démonte pas pour autant] Ah ben oui, le préposé tiens, parlons-en ! Vous venez le voir pour quoi vous ?

F : Pour réclamer un nouvel arsenal... [pointe son doigt vers son entrejambe]

S : Ah...


Acte III, scène 3. Lundi 17 décembre, 9h56.
Numéro 68. Après un temps qui a paru interminable, le moment tant attendu est sur le point d'arriver.

S : [anxieux] Oh bordel, ils ont pas intérêt à fermer avant que je sois passé ! Allez... dépêche !

Numéro 69.

S : [bondit de sa chaise comme s'il venait de gagner au loto] Yesssss !!!


Acte IV, scène 1. Lundi 17 décembre, 9h57.
Stéphane entre dans le bureau du préposé.

P : Bonjour. Que puis-je pour vous ?

S : Eeuh... je... viens pour faire une réclamation.

P : Sans blague. [soupir] Quelle chose si terrible a bien pu vous pousser à venir ici ? Quelle affaire urgente a nécessité votre déplacement plutôt qu'une simple lettre ?

S : Euh... [réfléchit] c'est-à-dire que...

P : Bon ! Dépêchez-vous un peu, j'ai pas toute la journée. Y a des gens qui attendent !

S : Je... je... je voudrais poser une réclamation contre les horribles sièges de la salle d'attente !! Ils sont inconfortables au possible et m'ont foutu un horrible mal de dos. Je demande le remboursement complet de la séance de kiné que je vais devoir prendre la semaine prochaine à cause de ces sièges.

P : ... pardon ?

S : [gêné] Quoi ? J'ai pas le droit ?

P : Vous vous souvenez même plus pourquoi vous êtes venus, avouez-le !

S : Non... [pause] mais je veux bien une séance de kiné par contre. Vous pouvez me faire ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   Sam 8 Déc - 13:59

Très cher préposé au bureau 19, permettez-moi de vous faire parvenir cette plainte.
Depuis peu (environ 4 millions d'année) j'héberge chez moi des indésirables. D'abord peu nuisibles et ne se nourrissant que de quelques plantes vertes, ils ont rapidement commencé à tuer mes animaux familiers (biches, mammouths, élans, loups, j'en passe et des meilleures).
Non content de massacrer mes petits amis à fourrure (ou à plumes, voire à écailles), ils ont aussi entrepris des travaux d'aménagements : déplacement de montagnes, assèchements de lacs, créations d'autres lacs dans des vallées qui étaient très bien comme ça avant, déforestation intensive, j'en passe et des pires. Qu'ils s'entretuent passe encore, mais s'ils s'en prennent à mes affaires cela ne va pas aller. Ils ont même commencé récemment à construire des masses de petites choses dures dans lesquelles ils habitent et à polluer à tout va. Déchets d'hydrocarbures, CO2, méthane, radioactivité concentrée, mercure dans l'eau, déchets métalliques et autres… La liste est longue.
Bref ces indésirables ont mis la pagaille dans mon petit chez moi en un temps record et j'aimerais que vous les sommiez de partir de chez moi séance tenante.
Voici leur adresse, chez moi :
"Humanité
(Chez madame Nature)
Terre
3e planète tellurique
Système Solaire"

Le plus tôt ils partiront le mieux ce sera. Ils ont en effet déjà causé des soucis et laissé traîner leurs déchets chez mes voisins (résidant dans le même système stellaire aux adresses Vénus, Mars, Mercure ainsi que dans le petit local abandonné appelé "Lune"), et je crains de recevoir des plaintes à mon nom.
D'ici à ce qu'ils aillent se faire connaître dans les autres systèmes stellaires il n'y a qu'un pas, et je serais alors forcée de changer de galaxie.

Sincèrement vôtre,

Madame (mère) Nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Adieu Ginette   Dim 9 Déc - 16:17

L’administration du forum est composée d’une dizaine de bâtiments.
L’architecture est Stalinienne, les immeubles font une dizaine
d’étages, et s’étendent sur deux kilomètres carré. La façade principale
est majestueuse, sa porte mesure 12 mètres de haut, et au dessus, par
temps clair, on peut apercevoir le bureau tout en verre de Jérôme.
Après le hall d’entrée et ses lustres de cristal qui diffusent une lumière
éclatante sur les portraits des membres fondateur du forum, deux
couloirs s’offrent à vous. Pour se rendre au bureau des réclamations il
faut prendre celui de droite puis suivre l’itinéraire qu’on vous aura
remis à l’accueil. En arrivant à l’endroit ou se trouve officiellement
le bureau 19, quelqu’un pourra sans doute vous indiquer la nouvelle
adresse des réclamations – ils ont l’habitude.

Plus tard vous trouverez un terrain vague entouré de grillage et de fils
barbelés. Au milieu se trouve un petit bâtiment en préfabriqué, c est
là.

Madame Ginette Mactrois, 87 ans, ne fait pas autant de détour. En plus d’être hôtesse d’accueil, Ginette fait aussi le ménage.
Et elle va, contre mauvaise fortune bon cœur, tous les jours, depuis 52 ans, chasser les acariens sous les injures du préposé.

Mais ce matin, les cris ont changé.
Ce fut d’abord un bruit de balais qui tombe, puis on vit sortir Ginette de
l’Algeco a une vitesse subsonique mais non moins impressionnante pour
son âge en criant :
« Le préposé s’est pendu ! Le préposé s’est pendu qu’est ce que je vais devenir ?! »

Un attroupement se forme sur le terrain vague. Il y a des plaignants qui
sont là depuis de nombreuses semaines dans le camp, et aussi un
contrôleur des impôts.

Tous entourent Ginette qui tient dans sa main une lettre.

« Le préposé a laissé ca, je vais la lire »


« Villeurbanne, le 08 décembre 2007

Ginette mon amour,

Depuis cette fameuse nuit que nous avons passé à la cave, je n’ai cessé de penser à toi.
Ma situation de fonctionnaire ne me permettant pas de pouvoir te proposer
autre chose que mon modeste appartement au dessus du périphérique sud,
je ne t’ai jamais déclaré ma flamme.
J’avais l’espoir de devenir propriétaire un jour, et j’ai économisé toute ma
vie dans ce but. Mais tout ce que j’ai pu mettre à gauche, pendant tout
ce temps, les impôts me les réclament aujourd’hui.
C’est une affreuse erreur d’homonyme.
Quelqu’un qui porte mon nom aurait gagné au loto et aurait disparu sur
l’ile des crabes. Tu sais bien que je ne peux pas être cet escroc, d’abord
parce que je suis la personne la plus intègre qui soit, et surtout
parce que je déteste l’avion et le soleil.
Je n’ai plus la force de prouver ma bonne foi.
M’accuser
de détourner l’argent de l’état, est un véritable coup mortel infligé à
celui qui était, avec ses propre bras, le pilier d’un civisme
exemplaire.

Les impôts m’ont tué.

Je termine donc mon service au bureau des réclamations.
La dernière requête de Melle Duforum sera donc contentée.
Puisque c’est ce que vous voulez, le bureau 19 sera arrêté dans quelques minutes, le temps que je passe le nœud coulant.
J’ai acheté une corde avec l’argent prévue pour la nourriture du chat. Ginette, tu serais aimable de le faire piquer.

Adieu.
Le préposé.

UMP
(le PS est mort) : Nous, Le Préposé et les Acariens, désignons, en
pleine possession de nos moyens intellectuels avant d’y mettre un
terme, le sieur Plaf comme notre seul et unique successeur. Il devra
prendre ma place dans mes fonctions sur ce forum, et, le cas échéant,
s’acquitter de mes dettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 19 : bureau des réclamations   

Revenir en haut Aller en bas
 
19 : bureau des réclamations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Spider Podium nouveau suport voiture et bureau de folie ^^
» Bureau Passeport Annuel le moins fréquenté ?
» Faema Type bureau - Quelqu'un connait ?
» Au bureau
» Bureau Central des Archives Administratives Militaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 19 : Bureau des réclamations (par le chat des voisins)-
Sauter vers: