AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La machine qui rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: La machine qui rêve   Jeu 14 Fév - 12:19

Et bien non, je ne parlerai pas de l'album de Spirou qui se cache derrière se titre - même si il mérite qu'on s'attarde dessus, de part son style graphique inimitable et l'histoire assez originale je trouve.

Non, je voulais vous proposer une idée qui m'est venue hier soir, alors que j'essayais vainement de plaquer le marchand de sable. Il faut dire qu'il faisait tout pour m'éviter l'énergumène.

Bref...

Alors voila, je ne sais pas si il vous est déjà arrivé de noter vos rêves. C'est souvent assez amusant, surtout le lendemain matin, à la relecture. Mais je pensais qu'il pourrait être intéressant, amusant de raconter ces rêves dont on se souvient, dont on se dit le lendemain matin "Purée... c'était vraiment n'importe quoi ce truc !"

Voila je lance l'idée.
*lance l'idée*
Si certains sont tentés, tant mieux, sinon ce post tombera dans les limbes du forum Smile

Je vais essayer, de mon côté, de retrouver ce que j'avais noté sur ma période Survival Horror (chasser le zombie toutes les nuits peut être épuisant parfois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Jeu 14 Fév - 13:23

Tu chasses le zombie toutes les nuits toi aussi?!? Copain!!! (en passant la dernière fois je me suis fait dévoré quatre fois de suite dans la même invasion zombie. J'étais quatre personnages différents dans mon rêve...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Jeu 14 Fév - 13:26

Jérôme a écrit:
Tu chasses le zombie toutes les nuits toi aussi?!? Copain!!! (en passant la dernière fois je me suis fait dévoré quatre fois de suite dans la même invasion zombie. J'étais quatre personnages différents dans mon rêve...)

Pas tout le temps, pas tout le temps.
Mais j'ai eu une période Survival Horror oui. Le plus étonnant c'est qu'à l'époque je ne jouais pas à des jeux du style. Enfin pas plus que je ne l'ai fait avant ou après.

Mais bon, c'est bien, ça occupait les nuits.
Et puis comme le dit Boulet, le mieux pour flinguer les zomb', c'est vraiment un bon sabre.

http://www.bouletcorp.com/blog/index.php?date=20071108
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Jeu 14 Fév - 13:56

Etant le posteur fou attitré du forum je me dois de narrer le premier ici.

Ce rêve n'est pas récent, pas du tout, même, mais c'est de loin celui que je considère comme le plus bizarre - non, farfelu - de mes rêves.

Avant tout, un peu de background. En effet les rêves sont fortement influencés par nos vies réelles. Assez souvent en tout cas.
C'était peu après que j'ai reçu mon premier ordina... Que j'ai ACHETE mon premier ordinateur, à la sueur de mon dos. C'était les balbutiements d'Internet à l'époque, et les modems faisaient à peu près du 3 octets à la journée. Or j'adorais télécharger de longs et beaux films d'auteurs inconnus, passionnants, mystérieux et originaux (traduisez par "des fanfilms Starwars dont le scénario est invariablement 'un Jedi et un Sith se rencontrent dans la forêt et se fritent la gueule' qu'on peut télécharger encore aujourd'hui en toute légalité"), donc je laissais l'ordinateur allumé toute la nuit dans ma chambre, le laissant travailler (et puis la nuit personne ne téléphonait - oui, à cette époque on avait soit le téléphone, soit Internet, mais pas les deux à la fois. Dingue, non?) au calme.

Mais j'habite la Lorraine. Contrée des orages (seconde place derrière Brest et le Triangle des Bermudes, ex aequo). Donc je me programmais le cerveau pour que, au moindre signe d'orage, je me réveille et aille éteindre l'ordinateur (car si la foudre tombe dessus c'est la m... Ouise.).

Voilà.

Donc, une nuit, je rêve. Un rêve banal : je cours, je cours dans un immeuble vêtuste et tremblant, poursuivi par des dizaines d'hommes sombres et armés qui en veulent à ma peau. Rien de neuf.
Quand, soudain, le bruit du tonnerre se fait entendre. Je me réveille en sursaut, je me lève et vais voir à la fenêtre ouverte s'il y a vraiment un orage. Apparemment non, il fait sombre, mais on ne dirait pas qu'il y a des nuages et encore moins un orage.
C'est alors que je me réveille. Oui. Juste pour vérifier, je vais à la fenêtre ouverte et regarde. Pareil, il fait sombre sans pluie, et on peut quand même distinguer le paysage dans une lueur faible et fantômatique.
Et je me réveille (!) .
Par acquis de conscience, je regarde par la fenêtre. Sombre. Pas d'orage. Et malgré le ciel noir d'encre, on peut voir à l'horizon (à 500m de là car en Lorraine, pays inégal, l'horizon est vite rencontré) que le jour est levé. Il y a une bande très claire entre la colline et le ciel sombre.
C'est en fait un gigantesque vaisseau spatial rond, un peu comme les immenses soucoupes d'Independence Day, qui masque le ciel!
C'est une invasion d'extraterrestres nazis!
Comment je sais qu'ils sont nazis?
Ah, ben c'est peut-être la croix gammée noire sur fond blanc et rouge qui recouvre tout le dos de ce vaisseau de 10km de rayon? Ou alors le fait que leurs hélicoptères aient deux hélices sur le dessus, toutes les deux en forme de croix gammées? Ou bien encore le fait que pour bloquer les routes et stopper les fuyards, ils larguent des cubes de bétons de plus de cent mètres de côté, sculptés en forme de croix gammée sur les six faces?

... Et alors je me réveille.
Je vais regarder par la fenêtre. Elle est fermée cette fois-ci. J'ouvre, je vois qu'il pleut. J'éteins l'ordinateur et je vais me recoucher.

J'ai rêvé que je rêvais que je rêvais que je rêvais d'une invasion d'extraterrestres nazis...

La prochaine fois : des révélations choquantes sur les hommes sombres qui me poursuivent!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibz

avatar

Nombre de messages : 131
Age : 37
Localisation : Paris ou presque.
Date d'inscription : 31/12/2007

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Mar 25 Mar - 23:26

Ses paupières s’ouvrent brusquement. Le souffle court, elle s’assoit dans son lit et rejette le drap qui l’étouffe tout à coup. Sa main écrase rageusement les larmes qui perlent au coin de ses yeux.

Encore ce rêve. Toujours ce rêve. Pour la troisième fois cette semaine, ce rêve.

Elle tend la main vers la bouteille qui attend au pied de son lit et avale de longues gorgées pour apaiser sa soif. Comme si l’eau pouvait emporter avec elle les idées noires, purger son corps de la tristesse qui l’a envahie.

Coup d’œil au réveil qui clignote dans le noir, 3h30. Encore quelques heures à tuer avant de partir s’oublier dans le boulot.

Elle hésite. Fermer les yeux à nouveau ? Ca serait risquer le retour du rêve, ou pire même, laisser la place à toutes les interprétations qui en découlent. Il serait tellement plus simple de s’abrutir devant la télé ou de se perdre dans le énième rebondissement de ce roman entamé il y a 6 mois.

Mais elle s’étire, se retourne sur le ventre, enfouit son visage dans la pile d’oreillers, et dans un mélange de masochisme et de sens pratique lié à son besoin journalier de sommeil, elle laisse ses paupières se refermer.

Aussitôt une image apparaît, une image qu’elle connaît bien, celle qui l’a fait se réveiller en sursaut il y a quelques minutes : elle, en larmes derrière une porte d’appartement, le cœur brisé d’une attente qui n’a pas abouti, d’un sentiment de trahison, d’un amour non partagé.


Elle l’a attendu. De longs mois de patience, de simulation d’un comportement amical normal. Elle a appris à laisser ses impulsions de côté, à refréner ses envies de le serrer dans ses bras, à ne pas laisser la frustration la submerger.

« Il a besoin de temps » est devenu à la fois son leitmotiv, son credo et sa méthode Coué.

Bien sûr, il y a eu des doutes, des questions, des envies d’oubli et d’auto persuasion qu’elle se trompe depuis le début. Elle a regardé autour d’elle, fait des efforts pour s’ouvrir aux autres, laissé quelques hommes tenter une approche. En vain. Elle s’est alors empressée de lui raconter tous les détails de ces fausses expériences, espérant sans doute une pointe de jalousie, ou tout du moins qu’il capterait l’information cachée entre les lignes « je suis libre comme l’air, je suis amoureuse de toi mais tu vois, je ne t’attends pas » . Psychologie inversée combinée au message subliminal, si avec tout ça, il ne comprend pas …

Et puis un jour, autour d’un café, il prononce les mots tant attendus : « j’ai tourné la page, enfin ! je peux refaire ma route maintenant. »

Son souffle est coupé net, son cœur semble vouloir vivre sa vie à l’extérieur de son corps, ses idées se regroupent autour d’un seul message clair : « c’est MAINTENANT, dis le ».

Elle le regarde, lui sourit, prend une inspiration et …

« D’ailleurs, j’ai rencontré quelqu’un la semaine dernière, elle est …. »

Son sourire se fige tandis que les mots glissent sur elle, elle ne ressent que la douleur de la déchirure et cette pensée obsédante : « alors ça correspond à une vraie réalité physique quand on dit qu’on a le cœur brisé ? »

Elle le regarde continuer à parler, ses yeux sont brillants d’excitation, il a l’air heureux. Mais sans elle.

Elle prend ses affaires, sans prononcer un mot, son sourire toujours figé sur ses lèvres, et s’enfuit. Elle expliquera plus tard, peut-être. Sitôt la porte refermée, elle étouffe un hurlement de rage, et laisse les larmes l’envahir.



Elle ouvre à nouveau les yeux dans un soupir. Tout cela n’est pas arrivé pour de vrai, bien sûr, ça n’est qu’un rêve.
Mais un putain de rêve qui lui pose cette question, chaque nuit : doit-elle l’attendre, ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibzdidine.free.fr/wordpressfr
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Lun 5 Mai - 21:21

Ah, les rêves, vaste sujet inépuisable...
Je suis très fatigué, la, car j'ai encore eu un "rêve rewind".

...

Vous ne savez pas ce qu'est un rêve rewind ? Oui, c'est normal, je dois avoir inventé le terme (faute d'avoir trouvé le vrai). Qu'est-ce qu'un rêve rewind...
C'est un rêve qui, une fois fini, se rembobine et recommence.
Plusieurs fois, jusqu'à plusieurs dizaines de fois d'affilée en une seule nuit, bout a bout, jusqu'au réveil. Et ils me laissent totalement épuisé à chaque fois.
Mais attention, souvent quand le rêve recommence il y a de petits changements. Un peu comme dans ces films qui font réfléchir les américains, où l'on revoit plusieurs fois la même scène mais sous des angles de vue (ou en suivant des personnages) différents.
Bref, à chaque fois que le rêve recommence, il y a des détails supplémentaires.

Par exemple il n'y a pas si longtemps, je rêvais que je me trouvais à un étage élevé dans un building à New York. Juste en face de moi : Central Park. Dévasté. Le building tient a peine, tout est gravement endommagé, plus un seul objet ne tient debout. Aux traces de brûlures intenses et aux bâtiments démolis je comprends que je me trouve à New York juste après que l'armée américaine ait lancé une bombe atomique sur Cthulhu dans "Cloverfield".
Le rêve recommence, encore et encore. La même pièce, le même building, la même dévastation.
Puis je commence à remarquer des petits détails. Par exemple l'ordinateur qui marche encore : lors d'une explosion nucléaire il y a un EMP, ElectroMagnetic Pulse. Ce genre de truc met HS tout ce qui est électronique, montre bracelet, ordinateur, télévision, cyborg tueur. Donc cet ordi ne devrait pas marcher.
Rewind.
De plus ces marques de brûlures ne sont pas homogènes, sur les murs et sur les fenêtres brisées. Central Park est juste en face, avec une explosion nucléaire si proche les dégâts auraient été très, très homogènes (par contre je ne me rends pas compte que ça aurait été UN CRATERE homogène, à cette distance).
Rewind.
Ce n'était sûrement pas une explosion atomique.
Rewind.
Ca ressemble plus à une forte déflagration de chaleur.
Rewind.
...
Rewind.
Putain, je suis a Central Park après que le frère Petrelli ait vaincu Sylar (Heroes, saison 1) et se soit consumé ! Dans cette réalité ils n'ont pas réussi à empêché son explosion de faire des dégâts !

Reveil.

Voila à peu près un rêve rewind. (Attention, j'avais dit que ça ressemblait à un film qui fait réfléchir, pas que c'en était un !)
Mais cette nuit c'était la première fois que le rewind était incorpore dans l'histoire du rêve.

Je monte en voiture (mon père conduit) dans la montagne, par des chemins que même un 4X4 se pisserait dessus plutôt que de les affronter. On traverse des torrents, des gouffres, on chemine sur des rochers gros comme la bagnole, bref c'est une bonne petite ballade champêtre. En Renault Espace, faut le faire.
On arrive à un refuge où j'ai été dans la réalité, au sommet de la montagne. Là mon père disparaît du rêve, et à la place j'ai deux amis avec moi en plus d'un groupe d'inconnus. Là on fait la fête, on s'amuse, et la nuit venue on se couche au grenier (aménagé en dortoir, il y a une rangée de lits de chaque cote).
Je remarque sous mon lit des espèces de coconquillages accroches sous le matelas, mais je m'en fous. Ils ont la taille d'une phalange de petit orteil, et même s'il y a des bestioles dedans qui vont en sortir, ma foi, les petites bêtes ne mangent pas les grosses.
Haha.
La nuit les coconquillages s'ouvrent et les bestioles qui en sortent font deux mètres de haut, genre insectes de Mimic ou n'importe quel mutant de film de série B. Je ne rêve pas en HD, mais par concepts.
Bref les bestioles nous attaquent, massacrent quasiment tout le monde, et ne sont battues que de justesse. Seuls restent mes deux amis et moi, les corps mutilés des autres sont éparpillés dans le refuge.
On les déplace et on les entasse dans un creux de la montagne avant de s'en aller. Mes amis disparaissent, mon père est là dans l'Espace. On redescend, il a plut et il y a de l'eau un peu partout.
Rewind.
On monte mon père et moi en Espace. Il n'a pas plut en montée, c'est sec.
Au refuge mes amis sont là. D'autres inconnus aussi. Coconquillages, dodo, massacre. Sang partout et seuls nous trois sommes encore debout. Les cadavres rejoignent les autres dans le creux.
Je redescend en voiture, il a plut un peu plus en descente et il y a maintenant de petits ruisseaux de montagne un peu partout.
Rewind.
Montée en Espace sur terrain sec.
Refuge, amis, inconnus, cocons. Massacre, cadavres dans le creux, redescente en aquaplanning avec mon père.
Rewind.
Montée, amis, inconnus.
Cette fois-ci on m'explique pourquoi on revient tout le temps dans ce refuge infesté de créatures qui chaque fois tentent de nous tuer : nous, nous sommes prêts, nous pouvons prévenir les autres qui passent la nuit ici des dangers qui les guettent (bien sûr ils ne nous croient jamais, même quand on leur montre les coconquillages). De plus nous venons armés, fusils, couteaux, flingues, insecticide, chewing-gum (tout n'est pas toujours logique dans les rêves, hein ?).
Et pourquoi ne pas prévenir les autorités ? Simple, comme les autres touristes, là, qui se marrent en enfilant leurs pyjamas avant de se coucher à vingt centimètres au-dessus des cocons, les flics, les gendarmes, l'armée ne nous croiraient pas. Les massacres continueraient.
Mais pourquoi alors ne pas simplement détruire les cocons avant que les bestioles géantes n'en sortent ?
...
Parce que sinon les touristes inconnus ne mourraient pas.
Quand les autorités trouveront le creux, avec les centaines de cadavres dedans, ils comprendront ce qu'il se passe (dans mon rêve nous étions très optimistes quand aux capacités cérébrales de nos contemporains) et agiront, et détruiront ces insectes géants ainsi que ceux qui les placent la chaque jour.
Massacre, creux, redescente sous la pluie.
Rewind.

Ainsi le recommencement du rêve n'était pas un recommencement mais bien une suite, un peu comme dans les films d'horreur : on reprend la même formule mais on change le casting, le reste reste.

Il y avait de petites variations dans les rewinds, par exemple la pièce du refuge où nous nous cachions, la façon dont nous défendions les touristes (nous les défendions quand même, ne serait-ce que pour faire durer plus longtemps le bouclier humain), le nombre de survivants (parfois un ou deux touristes survivaient aussi, mais on ne les revoyait jamais), le nombre d'attaquants... Une fois nous avons même cru a une absence des cocons (nous avons alors relâché notre garde), alors qu'en fait ils étaient cachés dans un placard plutôt que sous les lits.
Ben on les a quand même fumé grave, pour reprendre les mots immortels du poète.
Et le nombre (la masse, carrément, vous pensez, une dizaine de touristes par rewind, des dizaines de rewinds, ça en faisait des corps) de cadavres dans le creux augmentait aussi. Au début on devait les jeter en bas, a la fin on devait escalader les corps pour déposer les nouveaux en haut...

Bref on s'est démenés. Pas étonnant que je me soit réveillé crevé, après avoir massacré autant de créatures et transbahuter tant de cadavres...
Par contre je n'ai pas compris pourquoi mon père me conduisait ni pourquoi, alors qu'il faisait beau en montée, il faisait de plus en plus moche et humide en descente...
(Je suppose que pour certains d'entre vous le plus bizarre est que j'aie passé la nuit a tuer des insectes géants et a laisser mourir des gens, et pas que le temps change sur les flancs d'une montagne, mais bon, hein...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Lun 5 Mai - 21:23

Bon, et comme ce forum commence à être anémique sans nouveau poste, laissez moi vous en mettre encore un. Comme ça vous savez que je n'arrête pas l'écriture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Lun 5 Mai - 21:24

Ah, les rêves, curieuses petites créatures...
Certains y voient le mode d'expression de nos envies cachées...
Je n'en suis pas sûr.
Au lycée j'ai fait ce rêve :
Je me trouve au CDI (Centre de Documentation et d'Information, non pas Contrat à Durée Infiniment courte), debout au milieu des tables, et tout le monde est assis en train de lire. Tout le monde me tourne le dos.
Alors tout naturellement je sors mon pistolet, vise l'arrière d'une première tête, et tire.
Personne ne bouge alors que le corps tombe a terre, donc je continue. Une tête, pan. Une autre tête, pan.
J'en fais une petite vingtaine, quand j'aperçois Plaf, assis sur les marches de l'entrée du CDI, en train de lire en me tournant le dos. Ca ne me dérange pas une seule seconde, je vise sa tête, et pan. Puis je continue avec le reste.
...
Alors que Plaf peut vous le confirmer : j'éprouve en générale au moins une petite réticence a l’idée de tuer l'un de mes amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Lun 5 Mai - 22:06

Jérôme, c'est pas toi qui aurait fait peur au nouveau par hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Mar 6 Mai - 0:02

Pourquoi me demandes-tu cela, Orlamonde? (demande Jérôme en rechargeant son fusil avant de s'en aller dormir)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tit-vinz

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Lun 16 Juin - 18:42

Même Boulet peut participer : http://www.bouletcorp.com/blog/index.php?date=20080620
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tit-vinz.livejournal.com/
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Sam 12 Juil - 22:43

Ah, les rêves... Je me demande si j'en ferai un normal, un jour.
Je me trouve a cote de l'église de mon petit village (1200 habitants dont 600 allemands et 35 vaches) et j'aperçois la voiture de mon père garée en face. Elle a l'air abandonnée depuis longtemps, et en m'approchant je peux voir qu'il y a un corps sur le siège passager. Il s'agit du cadavre décomposé de mon père...
Je m'approche encore plus, et le corps m'aggripe alors à travers la fenêtre ouverte. Il me tend un billet de 500F mauve fluo et me dit « Voici ton héritage ! » avant de reprendre sa pose.
...

Il y a quelque chose de bizarre dans mes rêves, concernant mon père et son Espace...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: rêve ou réalité ?   Mer 3 Déc - 19:30

J'ai fait un rêve.

On était plus que deux sur le forum.
Jérôme et moi.
On buvait le thé bien tranquille et on proposait alternativement chacun un sujet.

Hum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La machine qui rêve   Jeu 4 Déc - 2:13

La patronne prend le thé avec le concierge? Hum, si ça ce n'est pas du centrisme (droite et gauche réunie), je ne sais pas ce que c'est.

"J'ai fait un rêve" comme l'a un jour si bien dit Malcolm Bayrou (qui préférait pour des raisons évidentes se cacher sous un pseudonyme de croix).

Sinon j'ai rêvé que j'étais Barrack Obama, ça compte?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La machine qui rêve   

Revenir en haut Aller en bas
 
La machine qui rêve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres - "La poupée sanglante" / "La machine à assassiner" de Gaston Leroux
» [Resolu] fast lane machine -- Ou commander ?
» Bonjour à tous..quelle machine choisir ?
» Machine pour petit salon de thé
» Un bon café avec une machine grand public... possible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Discussions passionnantes (ou pas)-
Sauter vers: