AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La crise (par le chat)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: La crise (par le chat)   Ven 23 Jan - 0:36

Çà ne peut pas durer, il faut une crise de conscience.


On dit « la crise » depuis longtemps. Je me souviens de Giscard en 74, c'était la crise pétrolière. Ça ne m'a pas touché, j'ai continué de mettre à la fois du beurre et de la confiture sur mes tartines. Et mes grands parents trouvaient cela choquant. Ils avaient connus la guerre, mon grand père avait mangé des scolopendres en Indochine. Ils pensaient qu’il n’est pas normal que nous ne connaissions pas la faim. Normalement, dans toute vie, on doit connaître une vraie crise. C'est mathématique. Même si depuis les années cinquante, tout est allé vers le mieux, et qu’aujourd'hui la tartine du matin est le besoin légitime de tous les français, ça et du Nesquick.
Dans les années 80, la situation s’est encore dégradée, nouvelle crise, on regardait sur Tf1 Montand et Tapie qui nous donnaient des solutions… Et puis on a recommencé à consommer à fond et les courbes se sont redressées de nouveau. Quand la crise s'arrête, on remet de plus belle du beurre dans les épinards (vendu maintenant dans la même barquette).

La crise est ressortie, comme une vilaine chenille qui aime les épinards. Déjà quelques spéculateurs cardiaques en on eu une. (Hum). Que va-t-il donc nous arriver ? The big one ?
Un mec au bar lance: « Et si c’était une arnaque, une escroquerie planétaire de banquiers ? »

Je me suis baladé dans les industries. Quand je dis balader, c'est de milliers de kilomètres d'asphalte dont je parle. Et vers Montbéliard, j'ai compris que j'avais la naïveté d'un papillon qui traverse un arc en ciel sur les papiers peints bleus d'une chambre d’enfant. En effet, j'usais mes voitures, quelque fois sur des platanes, pour aller dessiner d’autres voitures. Cela me permettais de payer mes voitures et du schnaps.
Si la boucle stupide de notre système de consommation est à ce point clair dans mon cas, ce que je déplore croyez moi, elle est également valable pour tout ceux qui ont un contact avec de l’argent. Je me vends pour acheter de quoi vivre, c’est une loi universelle (qui s’applique aussi aux fonctionnaires, suivez mon regard). L’humanité crée des besoins, celui là veut un cornichon, celui-ci un concombre, on travaille pour se les payer, et on construit des centrales nucléaires pour pouvoir les mettre au frais. Le but devrait être le bien être du consommateur, mais c’est surtout pour générer des transactions qu’on nous oblige à faire à ce point n’importe quoi. Par petites touches personnelles, on fait de l’argent.
Et puis c’est la crise et on s’arrête pour faire ce sinistre constat :
En réalité l’argent est une image qu’on nous prête de façon exponentielle, en réalité l’argent n’existe pas mes frères, mais ça va repartir d’une manière ou d’une autre…

De là a dire que notre économie est la démonstration de la théorie du chaos, il n’y a qu’un pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La crise (par le chat)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 26 : 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 , 1 , 0 ! (par Orlamonde)-
Sauter vers: