AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le lapin et la moutarde (Le chat des voisins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezekiel



Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Le lapin et la moutarde (Le chat des voisins)   Jeu 16 Avr - 22:44

La brume découvre le toit de la ferme et descend le terrain au rythme du soleil levant.
La lumière blanche ne va pas tarder à arriver jusqu'aux clapiers, comme tous les matins.
Le gros lapin roux n'en peut plus, il a faim.
Il attend hystérique les pissenlits de la pelouse ou, au mieux, les restes de la veille. Sa voisine en fait autant, elle tourne impatiente dans sa cage comme une dinde peut courir après un ver de terre. Le coq recommence à gueuler qu'il est le chef du poulailler. L'agitation est partout, sauf pour le chat qui passe en baillant le long du pigeonnier, il s'arrête sur la marche en pierre, passe consciencieusement sa patte sur ses yeux, mais très vite, il s'intéresse aux oiseaux du noisetier : un jeune ménage de mésanges, qui ont depuis deux jours, trois jeunes oisillons braillards, tout petits, sans ailes, qui piaillent toute la journée pour que leur mère aille faire des courses.
Si le chat est là c'est que la porte de la maison est ouverte, et c'est le signal du petit déjeuner. Mais ce matin c'est plus long que d'habitude, toute la basse-cour crie au scandale et le gros lapin est maintenant debout sur la grille de son clapier. Il renifle le tour de la porte, agité de mouvements de tête, à la recherche du parfum de la nourriture.
Et tout d'un coup, la porte du clapier s'ouvre !
Le lapin tombe en tonneau et s'écrase à plat dans le papier noir d'une cagette vide de ses tomates.
Les oiseaux s'envolent, une jeune mésange tombe, le chat la croque. Le lapin regarde où il est, et d'où il vient, il regarde le clapier d'à coté où sa voisine s'est arrêté de tourner. (Celle ci à un très beau pelage gris, légèrement brillant, de bonnes cuisses surmontées d'une touffe blanche irrésistible.) Elle se met à danser et le lapin roux envisage l'aventure. Il regarde le seau, puis la table, puis la pile de cagettes, l'enclos, les oreilles de la lapine, et puis comme elle se met à manger une de ses crottes, il décide de s'en aller. Il est un petit peu ballot, mais il se met à courir, quand même, pour voir. Il part à gauche pour éviter d'avoir à monter les quelques marches qui vont au pigeonnier. Et à partir de là, c'est du jamais vu. Un nouveau paysage s'offre à lui. Il descend l'allée cimentée jusqu'au poulailler. Il regarde, mais il n'y a pas plus d'herbe fraiche ici que dans sa paille. Le lapin déteste les poules. Elles sont idiotes. D'ailleurs, en le voyant, elles arrivent en battant des ailes et il se sauve dans la grange. Là, ça sent la paille, la fermentation, le bois. Il y fait frais mais il ne s'attarde pas, parce qu'il a peur, et surtout, parce qu'il a faim. Le lapin longe l'établi, le Massey Fergusson, les casiers de bouteille, et s'arrête pour renifler alentour. Rien à manger ici. Alors il prend la direction de l'autre porte. 0n y voit le soleil la frapper, et ses rayons dessinent la voie de la liberté. Il y a un trou, où le gros lapin roux met sa tête. Il plisse les yeux bien sûr, et en les ouvrant, petit à petit, ils deviendront écarquillés, ce qu'il voit là, c'est le potager : fenouil, céleri en branche, mâche, chicorée, brocolis, feuilles de radis blanc et noir, épinards, endives, feuilles et tiges de pois, pommes, poires, fraises, framboises. Il s'en mord la langue (c'est très douloureux pour un lapin). Mais le trou est trop petit. Alors il se met à gratter, et à gratter, pour aller s'installer, et peut-être fonder une famille, au milieu des laitues.
Au prix d'efforts surléporidés, il parvient à ses fins, c'est à dire à la fin de sa faim.
Il dégustera des feuilles de premier choix, puis s'enfilera une frisée, découvrira le goût des jeunes pousses et s'intéressera aux plantes aromatiques. Dans ce carré, il aura de nombreuses surprises, comme le laurier sauce, la menthe, le thym, mais sa plus grande émotion sera en essayant des graines de moutarde. Il a eu un choc, derrière les oreilles.












Epilogue :

Lapin à la moutarde.

Préparation : 30 min
Cuisson : 1 h 30

Ingrédients (pour 4 personnes) :

- 1 lapin en morceaux
- 1 bouquet garni
- 4 échalotes
- 125 g de lardons - 50 cl de côte du jura
- 20 cl de bouillon
- 20 cl de crème épaisse
- 10 g de beurre
- 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
- 1 pot de moutarde à l'ancienne
- 2 cuillères à soupe de farine - sel et poivre



Préparation :

Badigeonner tous les morceaux du lapin de moutarde, et les fariner. Assaisonner et mettre à dorer dans une cocotte avec le beurre, l'huile d'olive, les lardons, les échalotes émincées, le bouquet garni, puis verser le vin blanc et le bouillon. Laisser mijoter à feu doux pendant 1 h 30.
Ôter les morceaux de lapin et les réserver.
 Verser dans la cocotte le reste de moutarde mélangée avec la crème. Assaisonner et replacer le lapin dans la cocotte.
 Après l'apéro, réchauffer et servir, avec des pommes de terre nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le lapin et la moutarde (Le chat des voisins)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lapin à la moutarde
» Blanquette de lapin à la moutarde et aux échalotes confites
» Blanquette de lapin à la moutarde et aux échalotes confites
» Lapin moutarde et vinaigre balsamique
» lapin à la moutarde et au monbazillac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 28 : "Le monde a commencé sans l'homme, et il s'achèvera sans lui." (par Ezekiel)-
Sauter vers: