AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réponse d'Orlamonde (version 2.0)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Réponse d'Orlamonde (version 2.0)   Lun 16 Nov - 2:12

Gé n'y sais pas



J’avais profité de la récréation pour coller le génie au dos de mon tableau. Un banal génie bleu « Walt-Disney » tiré de Google image.

En rentrant en classe, je dis à mes élèves :
« Bon les enfants, c’est pas tout ça mais on va faire des exercices de grammaire… » (pas une once de protestation, de vrais anges mes petits élèves), je retourne mon tableau et pousse un cri de surprise
« Mais qu’est-ce que c’est que ça , un génie ?! » puis après quelques secondes de pause pour bien marquer les esprits : « et si on faisait des vœux ? »

L’enthousiasme de mes élèves fait presque peur, ils agitent frénétiquement leur bras en poussant des petits cris d’envie. Certains comme Safiya semblent tellement stupéfaits de cette apparition qu’ils sont comme statufiés.
Mohamed : « Moi j’aimerais voler »
Jade : « Moi je voudrais être une danseuse étoile »
Eva : « Moi je voudrais un petit frère »
Yannis : « Moi je voudrais plein de femmes »
- Comment ça Yannis, une femme ne te suffirait pas ?
- Non j’en veux deux, maîtresse. »
Pricilia : « Moi je voudrais être une sirène »
Abdel : « Je voudrais la psp 3 »
Idriss « Moi je voudrais une bille plus grande que la classe »…
Je m’approche de Safiya : « Tu ne dis rien Safiya, tu n’as pas quelque chose à demander au génie ? » La petite ne répond pas, l’occasion est si grande qu’elle n’arrive pas à trouver un vœu à sa hauteur.

Les yeux de mes élèves brillent si fort que je me dis qu’il est peut-être temps de leur faire comprendre que tout cela n’était qu’un petit stratagème en vue de les faire écrire.
Je m’approche doucement du dessin de génie et je colle mon oreille :
« Le génie me dit qu’il n’a pas tout retenu, il demande à ce que vous écriviez vos vœux. Allez y sortez votre cahier d’écrivain, écrivez la date puis le titre : « Je fais des vœux » »
Les élèves s’attellent à la tâche dans le plus grand silence et commencent à écrire avec une application que je ne leur avais encore jamais vue.
Au bout de quelques minutes je ne tiens plus :
« Qui pense qu’il s’agit d’un vrai génie là devant vous ? »
Tous les élèves lèvent la main.
« Qui pense que c’est juste une petite blague (j’insiste sur ces trois mots) que je vous fais pour vous faire écrire ? » Pas de main levée mis à part Abdel, hésitant. Je soupire…

En sortant de la classe un élève me demande s’il peut laisser son cahier ouvert près du génie histoire que celui-ci retrouve bien la page. J’acquiesce, les autres l’imitent. Je regarde la pile de cahiers tout en me demandant comment des élèves de sept ou huit ans peuvent encore être aussi naïfs… Je culpabilise en pensant à leur réaction lorsqu’ils découvriront demain matin que leurs vœux n’ont pas été réalisés. Tiens ça me rappelle la fois où je leur avait fait croire pour le 1er avril qu’on allait pêcher des saumons et des truites dans le petit ruisseau pollué près de l’école. Là aussi j’avais fait bien des déçus. Faut croire que c’est mon truc : « briseuse de rêves ».
Qui sait si je n’aurai pas à le payer un jour ?
Après avoir accompagné mes élèves au portail et discuté une demi-heure avec la maman de Rémi qui se demande comment j’ai expliqué la notion de moitié à son fils (heureusement c’est la seule à me poser des questions pareilles), je retourne dans ma classe en vue de corriger les cahiers de mes élèves.
« Tiens, qu’est ce que c’est que ce truc ? »
Sur la table de Safiya, est posé un vieux pot marron. Je le regarde de près, un peu surprise puis m’apprête à la ranger dans le placard. Avant ça, je passe négligemment ma manche pour le débarrasser un peu de sa poussière.

Il surgit devant moi, tout bleu avec son sourire benêt. C’est le même, le génie de Walt Disney sauf qu’on dirait qu’il bouge et qu’il me parle.
« Bonjour, je suis le grand Génie de la lampe !
- C’est une lampe ce vieux truc ? (la question m’a échappée)
- Bien sûr mon enfant. Maintenant je t’écoute, tu as le droit à trois vœux. »
Je me dis que j’ai bu trop de café et que si je ne lui réponds pas il va bien finir par disparaître.
J’attends quelques longues secondes, puis ferme les yeux… lorsque je les rouvre le Génie est toujours là :
« Tu sais je ne suis pas au Ce1, je sais très bien que tu n’existes pas, tiens d’ailleurs je vais un faire un vœu histoire de te le prouver. Je voudrais que …mon stylo rouge soit aussi grand que la classe.
- A vos ordres, maîtresse. »
Aussitôt je me retrouve sur mon stylo, la tête touchant presque le plafond. La mine a explosé une des vitres de la classe. Me voilà en position bien instable, le contour du stylo étant circulaire je sais que dans moins de dix secondes, je vais me retrouver par terre avec le crâne fracturé.
Paniquée, je crie : « Génie, annule ce que je viens de dire afin que mon stylo retrouve sa taille. normale !!!
- A vos ordres, maîtresse. »
Me revoilà debout, le stylo à la main.
« Mais… si tu es un vrai génie, comment se fait-il que tu aies l’apparence du génie de Walt Disney que j’ai montré tout à l’heure à mes élèves ?
- Je choisis le déguisement qui me plaît. Ma vraie apparence, personne ne l’a encore jamais vue. Chère maîtresse, il te reste un vœu.
Plus qu’un ? C’est vrai qu’avec cette histoire de stylo… Je maudis intérieurement Idriss et son histoire de bille géante. Demain je les lui confisquerai jusqu’à la fin de l’année … Cette idée me console un peu d’avoir gaspillé ainsi deux souhaits mais pas suffisamment. Il faudra que je le punisse aussi et que je le prive de piscine…

Mais de toute façon il me reste un vœu !
A cette idée mon cerveau se transforme en bouillie informe.
Je me sens vide, désemparée tandis que tournent les aiguilles de l’horloge.
Ce n’est pas que j’ai plusieurs idées et que je doive choisir la meilleure, non. D’idée je n’en ai pas une seule…même pas une toute petite, même pas une toute moche.
L’occasion est immense et il n’y a pas la moindre idée dans ma toute petite tête ! Brièvement, je me remémore la tête de Safiya tout à l’heure et je comprends l’angoisse et le désarroi qu’elle a du ressentir.
Je ne sais pas combien de minutes (ou d’heures ?) ont pu s’écouler mais le génie finit par s’impatienter un peu :
« Alors quel est ton troisième vœu ? »
Rien, je ne vois rien, ci ce n’est l’image d’une orange pressée.
« J’aimerais bien savoir quoi dire.
- A vos ordres, maîtresse, si c’est là votre souhait : vous n’avez qu’à dire « merde ».
Le génie aux trois vœux disparaît tandis que sort de ma bouche, comme prononcé par une voix d’outre-tombe, le mot « merde ».

Je retourne m’asseoir à mon bureau, corrige un cahier, puis un deuxième…
Lorsque je rouvre les yeux, j’essaye de me convaincre que tout cela n’était qu’un rêve, que je n’ai pas gâché l’occasion de ma vie. Je regarde autour de moi : le pot marron est toujours là. Alors que je m’apprête à me lever pour aller le mettre à la poubelle, apparait tout à coup à mon esprit avec une incroyable netteté la multitude de vœux que j’aurais pu formuler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réponse d'Orlamonde (version 2.0)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la Version Original de cyrano de bergerac edmond rostand
» Link version fille
» les version RMNET et PPP
» [AIDE] passage version 2.1 update 1 vers froyo
» affiches de films version minimaliste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 31 : Je souhaiterais écrire (par Jérôme)-
Sauter vers: