AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réponse : renversement de culotte (par Lechatdesvoisins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 135
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Réponse : renversement de culotte (par Lechatdesvoisins)   Lun 1 Mai - 18:50

C’est une bonne question et je te remercie, François, de nous la poser.

Aujourd’hui, après avoir acheté une caisse de Menetou Salon, j’ai été manifester contre le CPE pour me mettre dans le sujet N°6.
(C’était chouette, et bien que n’étant carrément pas directement concerné, j’ai aimé participer à ce grand rassemblement contre la précarité, contre les lois imposées, contre ce premier ministre non-élu sourd aux revendications de la rue, par solidarité avec les jolies étudiantes, parce que j’aime bien les manifs, et pour sauver ma colocation, ce qui, en deux heures d’existence, est d’un rendement non négligeable.)

Les élections se rapprochent et le gouvernement de droite, à force d’autoritarisme (remarquez qu’en une phrase l’insécurité arrive : droite, force, et puis tous les mots en isme qui font peur) à force de faire peur donc, la droite perd des points et c’est tant mieux pour Ségolène.

Mais Ségolène se présentera t’elle ?
Car rappelons que c’est son mari qui le fait. Imaginez les discussions du couple :
lui : « passe moi le sel s’il te plait chérie
- Je croyais en avoir mis trop.
- Merci - tu as vu les sondages ?
- Non ça ne m’intéresse pas.
- Comment ça ? Ma chérie, si je dois te laisser la place tu sais que je suis près à le faire
- Je sais, mais les enfants dans tout ça ?
- Et bien si c’est toi la présidente, moi j’aurais plus de temps libre et je pourrais le consacrer aux gamins. Je ne les vois plus beaucoup depuis les primaires.
- Je ne sais pas si tu te rends compte à quel point tu seras ridicule dans ce rôle, avec tes joues roses et ton sourire de communiant.
- Ne soit pas désagréable. Je pense sincèrement que l’image de l’homme peut évoluer dans ce sens, et si je dois faire la une de Paris Match avec les enfants dans les bras pendant que tu règles les affaires d’état, et bien j’en serais fier…
Il faut que la gauche passe cette fois, peut importe le prix à payer.»

Au delà donc de l’image de la femme au pouvoir, c’est celle de son homme qui risque de changer. Il y eu la « première dame de France » (celle qui ramasse les pièces jaunes) nous risquons d’avoir « le grand papounet national », et rien que pour ça, ça vaut le vote.

Mais sérieusement – oui c’est sérieux – une femme au pouvoir est elle meilleure qu’un homme ?
Dans l’absolu, il faudrait dire non.
Non car s’il y a égalité il n’y a pas de gagnant.

Mais j’aurais quand même tendance à dire qu’un homme ne pense pas – encore - comme une femme (- surprise générale -). Bien qu’à priori équipé du même moteur, les deux modèles n’ont pas les mêmes comportements.

Cela s’explique très facilement dans le constat de nos antécédents historiques.
L’homme a eu un rôle, jusqu’à notre époque, extrêmement physique. Il a du chasser, défendre son territoire, prouver qu’il est le meilleur géniteur pour la survie de l’espèce, en deux mots : être fort.

Cet homme, irritable le soir si le manger n’est pas préparé à temps, est obsolète.
Madame à remis la pendule à l’heure moderne : La chasse se fait au supermarché, le territoire est un loyer qu’elle peut très bien payer toute seule, et pour la survie de l’espèce elle choisira le candidat et le moment. (et il peut se mettre une boite au micro-ondes, ce gros lourd.)

Mais, ouh la la, on ne se refait pas aussi vite. Ce renversement de culotte n’est effectif que depuis peu. Un homme est un homme, et le caractère dominant de la bête humaine mâle ne changera, peut être, qu’après plusieurs générations.

Revenons dans l’hémicycle :

Nous avons, à droite, une horde d’humain à majorité mâle défendant un territoire, et une autre à gauche. Quelques uns, qui me plaisent beaucoup, restent dans les arbres.
Les territoires sont des ministères, des appartements de fonction, des voitures avec chauffeur.
Mais le pouvoir c’est plus que cela, c’est le respect et la peur. C’est un sentiment tellement fort qu’il occultera complètement la raison chez certains. Ces hommes veulent être respectés, ils veulent plier le peuple d’un levé de petit doigt. On peut trouver des exemples de tous les côtés, mais le plus démonstratif est à mon avis le petit Sarko, qui dans ce rôle est d’une efficacité remarquable.
L’homme, grand singe qu’il est, tapera du poing, criera plus fort que l’autre et surtout cherchera à se montrer, torse bombé, comme le seul digne représentant de sa communauté.

Je pense que nous assistons là aux dernières manifestations comportementales de mâle dominant, ou la force l’emporte encore sur la pensée.
Malheureusement, ces individus font notre époque.

Les femmes n’ont, normalement, pas ce besoin instinctif de domination.
Il y a bien sûr beaucoup d’exceptions. Pour arriver à se faire une place dans la meute elles ont du, et c’est forcé, donner quelques coups bas. Mais en cherchant un peu on s’aperçoit que les femmes en politique ont plus de cœur, elles sont faites d’amour et de convictions.
Je repense à Bachelot qui était la seule à droite à défendre, la larme à l’œil, le pacs. Et puis regardez comme Michèle Alliot-Marie s’est trouvée fort dépourvue quand on lui a mis un porte avions dans les mains. Décidément, les femmes sont amour, et c’est ce qu’il nous faut.
A part bien sûr, Marine Le Pen.

Bien sûr, pour être sur les affiches électorales, il faut aimer le pouvoir. Alors que ce que nous avons besoin c’est exactement le contraire. Les femmes et les hommes qui dirigent le pays devraient le faire dans une complète dévotion, hors de tous sentiments égoïstes. Ce devrait être des penseurs, érudits fonctionnaires et anonymes. (science fiction)
Qui fait aujourd’hui de la politique pour les autres ? Quelques allumés par des idéologies utopistes… mouais… ce sont malheureusement, des voies (des voix) qui ne font pas de concessions.

Alors, Ségolène ? Je n’imagine pas ce qu’elle a dans la tête en fait. Très réac quand même, elle sait jouer avec les médias, on sent une stratégie. Mais, et ce n’est qu’une impression, elle semble dépourvue d’agressivité. Quand elle prendra une décision, je crois qu’elle pensera à l’avenir de ses enfants.




Je voterais donc pour elle, oui. Mais elle sait qu’elle doit se mettre au boulot ?
On pourrait lui écrire son programme pour l’aider. Un prochain sujet ?

J’ai la chanson de Renaud dans la tête. C’est exactement mon propos, je vais donc de ce pas aller chercher les paroles de cette chanson sur le net et vous laissez là dessus.

Ciao.
Le chat



Femme du monde ou bien putain
Qui bien souvent êtes les mêmes
Femme normale, star ou boudin,
Femelles en tout genre je vous aime
Même à la dernière des connes,
Je veux dédier ces quelques vers
Issus de mon dégoût des hommes
Et de leur morale guerrière
Car aucune femme sur la planète
N´ s´ra jamais plus con que son frère
Ni plus fière, ni plus malhonnête
A part bien sûr, Marine Le Pen

Femme je t´aime parce que
Lorsque le sport devient la guerre
Y a pas de gonzesse ou si peu
Dans les hordes de supporters
Ces fanatiques, fous-furieux
Abreuvés de haines et de bières
Déifiant les crétins en bleu,
Insultant les salauds en vert
Y a pas de gonzesse hooligan,
Imbécile et meurtrière
Y´en a pas même en grande Bretagne
A part bien sûr, Marine Le Pen

Femme je t´aime parce que
Une bagnole entre les pognes
Tu n´ deviens pas aussi con que
Ces pauvres tarés qui se cognent
Pour un phare un peu amoché
Ou pour un doigt tendu bien haut
Y´en a qui vont jusqu´à flinguer
Pour sauver leur autoradio
Le bras d´honneur de ces cons-là
Aucune femme n´est assez vulgaire
Pour l´employer à tour de bras
A part bien sûr, Marine Le Pen

Femme je t´aime parce que
Tu vas pas mourir à la guerre
Parc´ que la vue d´une arme à feu
Fait pas frissonner tes ovaires
Parc´ que dans les rangs des chasseurs
Qui dégomment la tourterelle
Et occasionnellement les Beurs,
J´ai jamais vu une femelle
Pas une femme n´est assez minable
Pour astiquer un revolver
Et se sentir invulnérable
A part bien sûr, Marine Le Pen

C´est pas d´un cerveau féminin
Qu´est sortie la bombe atomique
Et pas une femme n´a sur les mains
Le sang des indiens d´Amérique
Palestiniens et arméniens
Témoignent du fond de leurs tombeaux
Qu´un génocide c´est masculin
Comme un SS, un torero
Dans cette putain d´humanité
Les assassins sont tous des frères
Pas une femme pour rivaliser
A part bien sûr, Marine Le Pen

Femme je t´aime surtout enfin
Pour ta faiblesse et pour tes yeux
Quand la force de l´homme ne tient
Que dans son flingue ou dans sa queue
Et quand viendra l´heure dernière,
L´enfer s´ra peuplé de crétins
Jouant au foot ou à la guerre,
A celui qui pisse le plus loin
Moi je me changerai en chien si je peux rester sur la Terre
Et comme réverbère quotidien
Je m´offrirai Marine Le Pen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://riendetel.cultureforum.net
 
Réponse : renversement de culotte (par Lechatdesvoisins)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une main dans sa culotte...
» (Demi-)Attache de culotte coudée - XVIIIème
» Le statut d'auto-entrepreneneur (Réponse photo de Juillet 2010)
» Une lettre reste sans réponse
» Voila la réponse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 6 : Une femme présidente ? (par François)-
Sauter vers: