AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amy

avatar

Nombre de messages : 671
Localisation : De retour chez les cigognes
Date d'inscription : 24/05/2006

MessageSujet: Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme   Jeu 3 Juin - 10:47

Une passionnante aventure médicale.

J’avais 32 dents. Pas 31, pas 33. 32. Or il se trouve que la 32e, la dernière au fond à gauche (qui a dit « à côté des toilettes » ?), a essayé de me tuer. De vaillants médecins sont intervenus à temps et ont décidé de l’extraire d’une nouvelle façon, comme ça, pour blaguer : en passant par le cou. C’est un peu étonnant dit comme ça mais ça a tout son sens quand on pense que les médecins et les chirurgiens s’ennuient à refaire tous les jours les mêmes opérations, les mêmes gestes, ils s’enfoncent petit à petit dans le train-train quotidien alors qu’à la télévisions ils peuvent voir les médecins de Urgentissime, Docteur Slaughterhouse et autres Grey’s Astronomy vivre des aventures palpitantes, sauver des vies par millions et se farcir toutes les infirmières de l’hôpital, plus jolies les unes que les autres.
Mon chirurgien avait donc le choix pour éviter que son cerveau se suicide entre tenter une approche avec l’infirmière de garde (et risquer non seulement une bonne baffe mais aussi la moitié de ses possessions dans un coûteux divorce) et tenter une nouvelle procédure chirurgicale. Pile ou face ? Face ? Opérons.
Après il avait le choix entre charcuter quelqu’un qui pourrait lui faire un procès pour erreur médicale ou bien un pauvre schnock qui ne parle même pas la langue. Pas besoin de pièce, j’étais là avec ma dent infectée kamikaze (elle était prête à se faire sauter si on ne lui apportait pas tout de suite une couronne en alliage or-mercure-iridium).

C’est une longue introduction (Jérôme qui fait long ? Quelle surprise. Bientôt vous allez me dire que les internautes parlent en SMS.) pour expliquer ce qui a conduit à mon rêve : une anesthésie allemande. Les allemands s’y connaissent en douleur : en temps de guerre ils peuvent vous faire avouer n’importe quoi en utilisant juste une cuillère rouillée, en temps de paix ils peuvent vous faire une ablation du squelette sans que vous ayez la moindre petite douleur.
Seulement même si leurs produits magiques sont efficaces, ils n’en ont pas moins des effets secondaires parfois aux limites du légal. J’en connais qui ont discuté avec Casimir, d’autres qui ont repeint les nuages, et même un qui était persuadé d’avoir été Jésus à mi-temps un jour de Pâques après une opération de la rotule. Moi, j’ai eu ze rêve.

Tout a commencé normalement. Après que l’anesthésiste m’ait demandé de compter à rebours à partir de zwanzich j’ai à peine eu le temps de chercher neunzehn avant de sombrer dans les bras d’un Morphée rastafarien. Il avait un air calme, un sourire doux, et de son chapeau mou vert jaune et rouge sortaient des centaines de dreadlocks animées d’un mouvement ondulatoire hypnotique. Il m’a pris dans ses bras, moi qui avais la taille d’un nouveau-né (à moins qu’il ne s’agisse d’un Rastamorphée géant, je n’avais aucun point de repère dans cet espace mauve giratoire flottant), et m’a bercé pendant des éons innombrables en me fredonnant une comptine qui mêlait Frère Jacques et I Shot The Sheriff (but I did not shoot the ding-dingue-dong).
Mais toute bonne chose a une fin. Mon brave Morphée Rasta fut bientôt chassé de là par un nouvel arrivant aux intentions malsaines, il fut contraint et forcé de me lâcher, de me laisser tomber, de me laisser flotter aux quatre vents tout seul sans soutien. Il me fallut quelques minutes avant de comprendre comment diriger mon vol et me stabiliser pour ainsi faire face à ce trouble-fête.
Il s’agissait d’un ange. Pas un ange comme on l’imagine dans les films cucu-la-praline américains, pas un de ces anges androgynes tout blancs avec des ailes de douce lumière blanche et une auréole en néon, pas un de ces grégoriens d’enluminures, pas un ange du « Nouveau Testament Expliqué Aux Enfants »…
Celui-là c’était un ange hardcore, un ange de l’Ancien Testament, un ange guerrier. Un ange venu du temps où les hommes étaient de vrais hommes, les femmes de vraies femmes, les Dieux de vrais Dieux et où les anges génocidaient les païens par milliers d’un seul coup d’épée. En face de moi se tenait un être irradiant la puissance, vêtu d’une armure d’or aux reflets éblouissant, animé d’un feu sacré qui embrasait ses ailes immenses et démesurées (je précise qu’il avait six paires d’ailes, pas une) d’un feu d’un rouge insoutenable. Sa main droite était armée d’un glaive qu’on aurait dit forgé en électricité solide, son auréole vibrait de puissance, sa main gauche tenait…
Une vignette ?
« Tu as passé ton contrôle technique ! » dit/hurla l’ange en me collant la vignette sur le front dans un geste tellement violent que je m’en allais immédiatement bouler plusieurs kilomètres plus bas.
Ouche, ça réveille un contrôle technique céleste. Son coup de vignette m’avait fait sortir de cet étrange espace mauve et je tombais à présent à pleine vitesse dans le ciel d’un bleu si pur vers le sol d’un vert si… Rapide. Je repris instantanément et simultanément mes esprits et le contrôle de mon vol et frôlai la cime d’arbres exotiques peuplées d’étranges créatures. Je pris un peu d’altitude afin de contempler ce que j’avais sous les pieds : une jungle, magnifique, sauvage, s’étendant à perte de vue. Elle n’avait sans doute jamais été touchée par l’homme (et comme un con j’avais failli m’écraser dessus, quelle boulette cela aurait été).
Je décidai d’explorer cette étendue végétale en planant au-dessus, d’abord rapidement, emporté par mon enthousiasme, puis de plus en plus lentement au fur et à mesure que je me rendais compte que je loupais des détails intéressants en me précipitant. Je pu ainsi voir au milieu du feuillage des familles de marsupilamis, des colonies de fourmies-ewoks, des clans de cacatoès hurleurs (qui me criaient « Drei und dreizich, drei und dreizich ! » pour une raison qui me restera à jamais inconnue), des villages d’indigènes jaunes, des babouins joueurs de foot, un douanier-peintre assis sur une branche avec son chevalet flottant en face de lui, des vélociraptors amoureux, des robots humanoïdes géants, des ruines indo-mayas, et une contractuelle qui dressait des PVs à tous les arbres (aucun n’avait mis de pièces dans l’horodateur, selon elle).
Ces scènes étranges furent cependant brusquement interrompues par l’apparition d’un gigantesque ver sorti du sol. Un ver des sables d’Arrakis, un de ces vers longs de plusieurs kilomètres qui produisent l’Epice. Dans un bruit de métal torturé cette immense créature se mit à s’enfoncer puis à jaillir à de multiples endroits, perforant la jungle, écrasant la végétation, déchirant la nature, et pondant derrière elle des œufs en chocolat d’où sortaient des Harkonnens en pains d’Epice (ne me jugez pas, ce n’est qu’un rêve).
Devant ce spectacle cataclysmique je décidai de ne pas attendre et de partir sur le champ, avant que le ver ne se décide à me manger. Je m’envolai donc à toute vitesse vers l’horizon tandis que sous moi la jungle se transformait en désert de sable pour servir d’habitat au ver.

Je fonçai à travers les cieux depuis déjà 47 minutes – j’avais une pendule me donnant l’heure, incrustée en semi-transparence dans le cercle laiteux de la Lune qui s’était levée plus tôt – lorsque je fus soudain frappé par un balai. Je levai les yeux, pour voir d’où venait ce singulier projectile, et j’aperçu ainsi une tribu d’amazones chevauchant des végases, des vaches ailées. Armées de balais-harpons à brosse métallique dure, les harpies – car il ne s’agissait point d’amazones de fantasmes torrides mais bien de guerrières farouches et sanguinaires – sur leurs vaches allaitantes et bronzées (des vaches ailées à lait hâlées, allez donc) me faisaient de grands signes pour m’ordonner d’atterrir sur le champ. Sur le champ de blé, en bas, pour être précis.
Préférant éviter de me prendre un balai dans la face (ou pire dans le…) je décidai d’obtempérer et descendit en une élégante vrille pour me poser au milieu des épis. Les amazones me suivirent et, descendant de leurs végases, firent le tour de ma personne en l’inspectant à fond. Je fini par comprendre qu’il s’agissait des forces de l’ordre locales et que ma vignette frontale ne suffisait pas pour avoir libre circulation dans cette partie de l’espace aérien. De plus j’avais une semelle lisse, pas de ceinture, et selon elles j’avais refusé la priorité à droite à un ver des sables. En gros elles devaient me mettre une amende, pas le choix, ce n’est pas elles qui font les règles.
Sacrée amende. Certains diraient salée, mais il n’y a pas assez de sel pour exprimer cela. Les amazones me réclamaient une somme astronomique, de quoi mettre sur la paille même Bill Gates !
Les amazones comprirent en voyant mon visage se défaire que je n’avais pas les moyens de payer. La rude détermination hargneuse qui jusqu’à présent habitait leurs visages fit alors place à la colère, que dis-je, à la haine pure et simple ! D’un sifflement péremptoire elles lâchèrent alors leurs vaches sur moi, ces vaches ailées devenues folles, prêtes à me dévorer sur le champ, à répandre mon sang pour abreuver leurs pâturages, à m’arracher les tripes pour en faire des tresses dans les cheveux de leurs veaux…

« Les… Les vaches… » murmurais-je alors.
Et ce fut le drame. Car j’étais en train de me réveiller (avec 31 dents seulement), et l’infirmière qui s’occupait de moi m’avait entendu et avait compris mon français.
« Kuh ?!? » s’étrangla-t-elle en se jetant sur moi pour me faire ravaler mes paroles par les drains sortant à présent de mon cou. « Kuh ?!?!? »
Ce n’est jamais bon de vexer une infirmière à la fin de ses 33 heures de garde. Il fallu trois seringues hypodermiques pour lui faire lâcher prise, et cinq de plus pour me faire oublier la douleur.
Ce qui me projeta à nouveau dans les bras de Morphée.
Un Morphée rasta géant, avec son T-shirt à motif de feuille de cannabis, dans un espace flottant mauve…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 34
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme   Lun 7 Juin - 21:00

Faut pas énerver les Kranken Schwester... Jamais...
L'allemande a un caractère rugueux...
Sinon intéressante comme opération, je pense que je vais m'abstenir d'anesthésie pendant un petit moment..
T'aurai pas vu Avatar récemment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme   Mar 8 Juin - 14:01

Récemment non, il y a six mois...

Je précise d'ailleurs que tout ce qui est dit dans ce texte est pure invention. Les Doktoren étaient normaux, les Krankenschwestern étaient super-sympas (et parlaient un peu d'anglais mais pas français), je ne connais personne qui se soit fait opérer en Allemagne à part moi et je n'ai absolument pas tripé avec l'anesthésie.
Par contre leurs antidouleurs, vraiment, woaoh! Non seulement je n'avais pas (trop) mal au cou, mais je n'avais pas non plus mal aux dents massacrées par le dentiste le jour avant que ça n'enfle et je n'ai pas eu de migraine pendant deux semaines. Chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 34
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme   Mar 8 Juin - 14:03

Ben voyons, maintenant que tu as tout avoué, tu te renies...
J'aurai honte à ta place !

PS : le voyage dans ta "jongle" était pas mal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une passionnante aventure médicale - Par Jérôme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Aventure à Hélice
» Aventure MP3
» Festival Jules Verne Aventure (Paris 2009)
» LES COLLECTIONS OUBLIEES: 2- AU RENDEZ VOUS DE L'AVENTURE / VAILLANT
» [JEU] BLOWQUEST: Jeux d'arcade et d'aventure [Démo/Payant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Nouveau sujet :" Dites 33!" (par Amy)-
Sauter vers: