AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réponse : Roman à l'eau de rose (par Jérôme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 135
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Réponse : Roman à l'eau de rose (par Jérôme)   Lun 1 Mai - 17:43

Alors comme ça, on me refile le roman à l’eau de rose ? Grrr, ma vengeance sera terrible.
Mais je ne renonce pas, loin de là ! Je ne recule pas devant le défi !
Cependant, je me vois obligé de transformer un jeune homme en jeune femme, pour les besoins de l’exercice. Rassurez-vous, ça a été moins douloureux que chez un chirurgien brésilien.
Voici donc mon texte (qui sera court, parce que, quand même, il ne faut pas exagérer).
Si vous voulez mettre un titre, n’hésitez pas à m’envoyer vos suggestions. Le gagnant sera tiré au sort et gagnera un roman de Daniel Steele, qu’il n’aura plus qu’à prendre au magasin de son choix et à payer de sa poche.



Cette discussion l’avait énervée. C’était chaque fois la même chose. Elle y repensait en descendant les escaliers.
Mélanie avait eu envie d’aller voir un film, récemment sorti, dans lequel jouait l’un des acteurs qu’elle préfère. Elle en avait donc parlé à Thierry, son fiancé, lui demandant s’il était partant pour le voir le soir même. Elle aurait dû s’attendre à sa réponse : il n’avait pas envie de bouger ce soir, comme tous les soirs d’ailleurs, et surtout pas pour voir un film avec « cet abruti » dedans.
Pour compliquer les choses, quelqu’un avait choisi de sonner à la porte à ce moment là : c’était Jérôme, un des amis de Thierry. Ils avaient beau se voir tous les jours au bureau, ils avaient cependant l’habitude de se retrouver là en soirée pour discuter assez fréquemment. Cela ennuyait Mélanie, qui se retrouvait généralement en dehors de la conversation et passait alors la soirée à broyer du noir.
Ce fut donc la goutte qui fit déborder le vase. Avant même que la porte ne se soit refermée derrière Jérôme, elle avait pris son sac, lancé un « B’soir ! » rapide et était sorti dans le couloir.
Elle se retrouvait donc à dévaler les marches de l’escalier en direction de la sortie, décidée à voir ce film malgré tout, quand la tristesse vint s’insinuer en elle.
Comment en était-elle arrivée là ? Ce n’était pas cette histoire de film qui la tracassait. C’était plutôt cette impression de n’être plus importante aux yeux de Thierry. Au tout début de leur relation, ils passaient tout leur temps ensemble, comme s’ils étaient seuls au monde. Elle passait les soirées lovée dans les bras musclés de Thierry, en regardant la télé ou en discutant de leur amour naissant. Maintenant, c’était les soirées passées dans le fauteuil du coin, à écouter Thierry parler à ce corniaud de Jérôme… Il ne la regardait même plus. Il n’avait fallu que quelques mois à leur histoire pour passer du rêve au documentaire sur l’ennui.

Mélanie avait passé le portillon, maintenant, et descendait la rue en direction de l’entrée du métro. En marchant, elle repensait aux projets qu’elle avait fait au début de sa relation avec Thierry. Des vacances en Espagne, à bronzer sur la plage. Des week-ends à la campagne, en amoureux. Ou simplement passer du temps ensemble, sans rien faire de particulier… Mais elle avait dû déchanter, Thierry n’aimant pas briser sa routine pour des vacances ou des week-ends, et trouvant toujours de quoi s’occuper dans l’appartement.
Elle commença à frissonner. Le temps s’était rafraîchit, et elle regrettait de ne pas avoir emporté une veste ou n’importe quoi d’autre pour lui tenir chaud. Elle se refusa cependant à rentrer chez elle, sachant que si elle le faisait Thierry lui demanderait des explications sur son départ soudain, que le ton monterait et qu’ils finiraient par se fâcher. Mélanie n’avait vraiment pas envie de ça ce soir.
Marchant ainsi dans la fraîcheur, elle se remémora son premier rendez-vous avec Thierry. Il avait eu lieu pendant une belle journée de printemps, mais rapidement la température avait baissé. Thierry, prévenant, avait alors placé sa veste sur les épaules de Mélanie, un geste qui l’avait touché même s’il était presque comique tant il est utilisé dans les films romantiques.

C’est sur cette pensée qu’elle arriva à l’entrée du métro. Elle descendit les marches de l’escalier, passa les portes en utilisant un billet qui traînait dans sa poche, et se rendit sur le quai ou elle se mit à attendre. Ce ne fut pas long, et une fois le métro arrivé, elle monta et s’assit dans le sens de la marche.
Mélanie se fit la réflexion qu’il n’y avait pas beaucoup de monde, ce soir, dans le métro. Tout juste une dizaine de personnes, la plupart les yeux baissés, s’évertuant à ne pas regarder les autres, afin d’éviter tout contact. Fabuleuse époque que nous vivons.
Ah, non, tout le monde n’avait pas les yeux baissés. Quasiment en face d’elle, de l’autre côté de la rame, se trouvait un jeune homme qui regardait dans sa direction. Quand il vit qu’elle avait tourné les yeux vers lui, il tourna la tête à gauche, comme si de rien n’était.
Elle se mit à le détailler : il avait environ son âge, dans les 25 ans, avec des cheveux bruns plutôt longs, assez grand et d’après ce qu’elle pouvait voir assez musclé. Et, à sa grande surprise, elle le trouva très attirant.
Alors qu’elle continuait à le regarder, il retourna la tête et lorsque leurs yeux se croisèrent, l’inconnu se mit à lui sourire. Mélanie soutint un instant son regard, ne sachant que penser, puis, rougissante, détourna la tête à son tour.
Elle ne savait plus quoi faire. C’était comme si ce jeune homme avait lu dans ses pensées, ce qui était très troublant. Elle lui jeta un coup d’œil rapide, et vit qu’il la regardait toujours en souriant. Elle se demandait si ce n’était pas un coup du Destin : alors que cela n’allait plus trop bien entre elle et Thierry, le hasard plaçait sur son chemin un bel inconnu et les faisait se plaire au premier coup d’œil…
Leur petit jeu continua ainsi un petit moment, pendant le trajet du métro : elle, lui jetant de petits regards furtifs, intimidée, et lui continuant à la regarder avec ce sourire intrigant, envoûtant. Les pensées de Mélanie s’entrechoquaient, elle se demandait si elle oserait terminer son histoire avec son fiancé actuel pour aller avec cet homme, s’il était doux, s’il était tendre…
Puis, tout à coup, l’inconnu se leva et commença à marcher vers elle. Le cœur de Mélanie commença à battre plus fort et plus vite alors qu’elle se préparait à entamer la conversation avec lui, ne sachant pas quoi dire à cet homme qui lui faisait tant d’effet, quand…
Il tourna, et se mit devant la porte de la rame, attendant visiblement que le métro s’arrête et que s’ouvrent les portes. Mélanie se sentit bête, voyant cela, d’avoir imaginé toutes ces choses sur lui. Un coup de pouce du Destin ? Ne rêvons pas.
Finalement, le métro s’arrêta et les portes laissèrent le passage au jeune homme qui descendit tout de suite, non sans jeter un dernier regard – et un dernier sourire – à Mélanie. Alors que cette dernière le regardait s’en aller, son regard se posa sur le nom de la station.
« Mais, c’est là que je dois descendre ! » pensa-t-elle. En effet, troublée par l’inconnu pendant le trajet, elle ne s’était pas rendu compte du temps qui passait, ni du nombre de stations qui défilaient. Elle eut tout juste le temps de se lever et de courir vers la sortie en se faufilant entre les portes qui se fermaient avant que le métro ne parte.

Elle se retrouva donc sur le quai, qui était étonnamment désert lui aussi, ce qui lui permit de voir le jeune homme du métro disparaître en haut de l’escalier vers la sortie.
« Quand on parle du Destin » se dit-elle. Elle monta à son tour les marches, ne le suivant qu’à moitié (car le cinéma était dans cette direction aussi), et une fois dans la rue elle le revit. Il était à une trentaine de mètre devant elle, allant dans la même direction. Elle se mit donc en marche, ignorant ce qui allait se passer. Il ne savait pas qu’elle le suivait, il ne ferait donc rien, et elle, oserait-elle l’aborder ?
Ils marchèrent ainsi, l’un derrière l’autre, pendant une dizaine de minutes. Mélanie était très étonnée qu’il suive le même chemin qu’elle, en effet quelles étaient les chances pour que cela se produise ? Elle se dit qu’il allait peut-être au cinéma aussi. Elle se fit une promesse : si jamais il allait voir un film, elle l’aborderai et lui proposerai d’aller le voir ensemble. Et ce qui se passerai ensuite… On verra bien.
Mais, à la grande déception de Mélanie, le bel inconnu tourna à droite dans une ruelle peu avant le cinéma. En passant, elle le vit passer par une porte et refermer derrière lui. S’il avait jeté un dernier regard dans la rue, il l’aurait aperçue, et…
Mais elle avait prise sa décision, et continua son chemin. Ce film avait intérêt à être bon ! Elle arriva bientôt devant le guichet du cinéma, où elle demanda une place pour ce fameux film. Le guichetier l’informa du prix, et c’est en fouillant son sac que Mélanie réalisa qu’elle avait oublié son porte-monnaie chez elle. C’est le comble.
Il ne lui restait plus qu’à rentrer chez elle retrouver Thierry (et sans doute Jérôme, qui adore s’incruster) pour passer la soirée dans le fauteuil du coin à mourir d’ennui.
« Ben quand ça veut pas… » C’est alors qu’elle réalisa qu’il y avait une alternative.

C’était quoi, encore, l’adresse où s’était rendu l’inconnu ?






Voilà, telle est la version que j’ai pondu. Envoyez les lettres d’insultes à Jerjerbirk@aol.com, et les lettres de félicitations à … Non mais, je rêve, ou quoi ? ‘faut même pas espérer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://riendetel.cultureforum.net
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Réponse : Roman à l'eau de rose (par Jérôme)   Mar 2 Mai - 17:29

"Il n’avait fallu que quelques mois à leur histoire pour passer du rêve au documentaire sur l’ennui."

-> C'est beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réponse : Roman à l'eau de rose (par Jérôme)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean RENART - Guillaume de Dole ou le roman de la rose
» La rose pourprée (roman fantastique de vampires
» [Moro, Javier] Le sari rose
» [Collection] Rose noire / NICEA
» King Stephen - Rose Madder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 1 : Exercices de style (Proposé par Orlamonde)-
Sauter vers: