AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Der de Maigret par Nouni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 35
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: La Der de Maigret par Nouni   Mar 28 Déc - 0:40

Jeudi 25 décembre 1952. Noël. L’édition du soir de France Soir titrait « La première greffe de rein réussie ! ». Un jeune charpentier de 17 ans chute d’un toit et son unique rein éclate. Le professeur Louis Michon, de l’Hôpital Necker à Paris, et son équipe ont prélevé un rein de sa mère pour le lui transplanter et l’opération est un succès. En étant attentif, on pouvait voir dans le carnet rose la naissance de Claudie Fritsch-Mentrop qui deviendra célèbre sous le nom de Desireless. Mais revenons à ce pauvre charpentier.

Deux jours plus tôt, mardi matin, Marius Renard aidait son patron à monter la charpente d’une maison d’un quartier de Paris quand une poutre sur laquelle il était a cédé. Il est tombé de plusieurs mètres et a dû être emmené en ambulance à l’hôpital. Le commissaire Jules Maigret s’est rendu sur place pour constater l’accident, une enquête de routine, quoi… A priori rien d’anormal… Si ce n’est que la poutre avait été sciée partiellement, tout comme plusieurs autres. Marius avait eu la malchance d’être le premier sur l’édifice. C’est tout.
Allumant sa pipe, Maigret engagea la conversation avec le patron de Charpentes Poulier, Désiré Poulier, dit Dédé. Ce dernier était bien trop à l’aise lors de cet interrogatoire informel. Ses réponses étaient trop… calculées et préparées… Maigret décida de l’emmener au commissariat pour le mettre au frais et le cuisiner un peu. Question après question, Maigret se convainquit que Dédé cachait quelque chose. Des indices ? Aucun… Une intuition ? Nul doute… Le soir Maigret alla boire un blanc gommé à la Brasserie Dauphine avant de rentrer et se souvint d’une conversation avec une prostituée quelques jours auparavant. Elle lui avait dit que Francis le Borgne et Lulu la Prune, qui étaient sorti de prison, voulaient régler leurs comptes avec Marcel l’Embrouille et récupérer leur territoire où justement Désiré avait son échoppe. Peut-être une intimidation qui tourne mal ? Autant en avoir le cœur net. Maigret remit son vieil imperméable et se rendit au Minou qui rit, gargote mal famée où Gigi officiait. Situé au bout de l’impasse des oubliés, rue mal éclairée, l’établissement ne donnait pas envie de s’y rendre. Mais il fallait reconnaître un certain talent de ses pensionnaires et les basses couches de la société s’y rendaient parfois et se retrouvaient soulagées, au sens propre, comme au sens financier de la chose. Gigi était chambre 27, deuxième étage, au bout du couloir à gauche. Le dernier client n’avait pas fini son affaire et au milieu des cris dus à diverses situations : plaisir, colère, alcool… Maigret patienta. Remettant sa ceinture un ouvrier avec un marcel troué et un pantalon douteux sortit de la chambre. Gigi vit le commissaire et le fit entrer.
« Alors Commissaire, on vient pour une petite gâterie ? Je te fais la totale ou alors une petite pipe ?
- Je viens plutôt aux nouvelles concernant l’accident de Marius Renard, l’apprenti de Dédé Poulier.
- Dédé Poulier, l’a des ennuis c’est sûr…
- Tu connais ?
- Pour sûr, il devait 50.000 francs (anciens) à Lulu la Prune et il s’est mis sous la protection de Marcel l’Embrouille pour éviter de les payer.
- Je comprends mieux, un règlement de comptes… Mais c’est l’apprenti qui a trinqué et qui est entre la vie et la mort en ce moment…
- Tout juste…
- Bon, je vais pas te retarder, y a des gens qui attendent.
- Comme si ce boulot, dans ce bouge mal famé était un sacerdoce.
- Je passerai te voir en fin de semaine, comme tous les samedis…
- Je sais, sous-vêtements en dentelle et la totale…
- A samedi… »
Rentrant au commissariat pour essayer de tirer les vers du nez de Dédé, Maigret se heurta à un journaliste qui lui demanda des nouvelles de Marius pour parfaire son article. Maigret lui répondit, mais sans dévoiler ses dernières informations. Le journaliste parti, Maigret alla dans la cellule où Dédé ronflait déjà. Sur les murs étaient écrit toutes sortes de choses qui allaient de « Poulet t’es grillé » à « Mort aux flics »… Maigret le réveilla d’une claque magistrale et le prit au collet.
« Bon Dédé, maintenant je veux savoir pourquoi les poutres ont été sciées ! C’est un coup de Francis le Borgne ou de Lulu la Prune ? Tu leur doit de l’argent et tu veux pas payer, c’est ça hein !
- Vous pouvez pas comprendre !
- Je comprends juste qu’un gamin est peut-être en train de mourir par ta faute !
- Je… J’ai joué… Beaucoup. Et j’ai perdu…
- 50.000 francs ?
- Oui, et quand le Borgne et la Prune sont venus chercher l’argent, je l’avais pas. Ma femme était en train d’accoucher, ils ont attendu et ils ont tué mon bébé. Je l’ai enterré dans le jardin. Ils ont promis de me faire la même chose si je disais quelque chose aux flics. Quelques jours plus tard, ils sont tombés pour meurtre, j’y suis pour rien, je vous jure… J’ai reçu des menaces peu après. J’ai tellement peur d’eux que quand Marcel Plufiard est venu me proposer sa protection, j’ai pas hésité une seule seconde…
- Je comprends, mais maintenant Marius paie pour tes erreurs mon coco.
- Si je vous aide à les arrêter, vous me protégerez ?
- Je peux rien garantir, mais on fera le maximum pour que ces truands aillent en prison pour très longtemps…
- Laissez moi réfléchir… »
Le lendemain Désiré dit tout aux policiers. L’Embrouille, la Prune et le Borgne ont été arrêtés. Le premier pour racket, les 2 autres pour meurtre (Marius était mort 21 jours après l’opération). L’histoire ne dit pas si Dédé vécut heureux le reste de sa vie, mais le commissaire Maigret prit sa retraite le mois suivant, usé par ce milieu hostile. Il continua un temps ses visites à Gigi, mais un samedi il ne vint pas. Le dimanche, France Soir titrait « Le Commissaire Maigret a cassé sa pipe ».
Chapeau bas.

Quelques précisions historiques :
- Le 25 décembre 1952 est bien un jeudi et c’est la date de naissance de Desireless
- L’histoire de la greffe de Marius Renard est vraie
- Les circonstances et l’enquête ne sont que pure fiction
- Maigret a pris sa retraite dans les années 70
- Simenon n’a jamais fait mourir Jules Maigret
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le chat des voisins

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: La Der de Maigret par Nouni   Ven 31 Déc - 2:22

J'ai bien connu "la prune" et j'ai essayé la pipe, mais y a rien de tel qu'un bon meurtre bien ficelé. Gare à vos miches.

Paulot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 35
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: La Der de Maigret par Nouni   Ven 31 Déc - 13:24

Mais il est malade ce type ?
Il connait pas Raoul !
Je vais lui faire une ordonnance ! Et une sévère.
Dans les 4 coins de Paris qu'on va le retrouver éparpillé façon puzzle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Der de Maigret par Nouni   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Der de Maigret par Nouni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maigret est mort
» MAIGRET ET LE MARCHAND DE VIN de Georges Simenon
» Série "Maigret" avec Bruno Cremer
» Rowan Atkinson est Maigret
» Dora Doll

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 35 : Hommage au commissaire Maigret (par Nouni)-
Sauter vers: