AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Trente Cinq (par Ana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 34
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Trente Cinq (par Ana)   Lun 3 Jan - 19:23

TRENTE CINQ.

Parce qu’un jour il semble nécessaire de commencer, lorsque l’on sent que tout est enclin à dériver, que le monde chavire irrémédiablement…
En ces temps lugubres de Toussaint, en cette basse terre délavée où les saints paraissent encore de circonstance, circoncis de même, concis rarement, scission sûrement...
Rousse arrière automne, cet homme émerge en travers d’une ruelle, sombrant au sein de cette ville à l’agonie, embrumée par l’absurdité, tristesse quotidienne de ce monde moderne. Epoque accouchée d’une dernière guerre, laissant la jeunesse errante et éreintée de culture où une éducation et un intellectualisme allaient être assassinés immodérément et en toute obscénité par cette mafia politique arithmétique ouvertement corrompue. Trône de la prostitution, bon goût et instruction déplorés car déplorables.
L’énigme meurtrière émane de cette sombre société, pâle reflet fictionnel de cette dégénérescence accrue. Seul perdure l’invraisemblable et irréversible irrévérence. En toute incongruité, ce commissaire au gré de son existence, tel Magritte, fumait une pipe qui n’en était plus une mais son livide reflet, issu d’un lointain souvenir évanescent de cette ancienne éducation assassinée par la pègre ordurière que représente la modernité dirigée.
Autrefois, de libertaires paroliers peuplaient les fumoirs d’indécents hôtels. A grandes saccades d’illusoires alcools, ceux-ci faisaient naître, tous azimuts, un monde pourvu de bon sens, de salutaires révoltes face à l’absurdité d’un système rodé, usé et usant, dont l’homme semble être créateur tout autant que victime, asservi par son propre vice de forme. Etablissement d’une forme en dépit d’un fond. Toute apparence confondue, Magritte merci, la pipe fumante est fumeuse, tel un bel indice de ce crime, immondice, chiée de l’homme, pour l’homme, par l’homme.
Certains aiment en rechercher la trace, l’origine et la cause. L’origine est la cause ! La cause, le motif légitime, car la légitimité semble un principe immuable à l’homme qui, dans tout acte ou pensée, en recherche la légitimité afin d’aboutir à sa consécration.
Les villes se transforment en d’éparses ruelles sombres, l’homme n’y accouche plus, il ne devient qu’illusoire et illusion. Prostitution de son essence ultime. Les journalistes veillent, ne sont plus en éveil mais veillent car, comme toutes machines, l’arrêt n’est plus possible, tout se met, se soumet en état de veille, illuminé ou, du moins, éclairé par une unique diode rouge, couleur de l’interdit : prohibition d’arrêter, prohibition de s’éveiller…
Monsieur le commissaire aimerait donner dans la nostalgique poésie provinciale sicilienne, composée de ces chantants patronymes désuets… mais tout héritage, parrainage, ascendance et condescendance ont été assassinés et échangés pour (ou contre) un impudique asservissement au sombre recoin de travail. Chaque ville ne s’est transformée qu’en glauque bordel d’oublis, oubli des autres et de soi par la condition, le conditionnement que l’abrutissement instaure en vous fumant à chaque détour de crasseuses ruelles.
Mon cher commissaire, commis des années cinquante puis dépouillé en cette saison de Toussaint, la rutilante traction noire a cédé à l’attraction putréfiante de la quotidienne et banale banalisée pornographie. Le rythme cadencé de la vie enchaîne dorénavant l’humain chaviré dans ce charivari moderne. Le meurtre n’est que probant, l’humain d’hier ne sera jamais plus, ni aujourd’hui…

Reste-t-il à fumer la pipe,
Reste la fumée de la pipe,
Ou peut-être la fumée de feu la pipe ?...

C’est à se perdre, mais tout n’est il pas perdu d’entrée de jeu ?

Tout ceci n’a ni queue ni tête en tant que récit,
Mais je ne connais que les hommes pour être dotée de queue et, parfois, tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 34
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Trente Cinq (par Ana)   Lun 3 Jan - 19:25

Magnifique texte !!!
Très symbolique !

J'adore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trente Cinq (par Ana)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il y a trente cinq mille ans...
» Il y a trente cinq mille ans...
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» La grande énigme du Club des Cinq
» Comparaison traduction La boussole du club des cinq

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 35 : Hommage au commissaire Maigret (par Nouni)-
Sauter vers: