AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Maigret fête Noël (par Orlamonde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Maigret fête Noël (par Orlamonde)   Sam 5 Mar - 23:29

Le jour de l’enterrement de sa tante Maigret ne pleura pas.

Le commissaire était arrivé la veille, le soir du 24 décembre, pour fêter Noël en famille. Il était venu seul, sa chère épouse Louise participant à un gala de bienfaisance et ne devant le rejoindre que le lendemain. Comme à l’habitude, il pleuvait sur Saint fiacre. Le commissaire avait garé sa Peugeot 403 dans la rue des pinsons, face à la maison de sa tante. A l’intérieur celle-ci attendait avec impatience son petit Jules chéri, son presque fils. La mère du commissaire en mettant au monde sa sœur cadette Suzanne ; Maigret n’avait alors que huit ans. Son père la confia à la garde de sa tante Raymonde et Jules ne vit plus son père, sa sœur et sa belle mère que quelques dimanches dans l’année. Ces dimanches si précieux, le petit Jules les entourait en vert sur son calendrier et les attendait longtemps à l’avance. Pourtant son père était un homme sérieux, avare en sourire et en compliments mais l’enfant l’adorait par-dessus tout. Quand à sa tante Raymonde elle eut beau l’élever avec tendresse et avec toute l’affection possible, elle ne remplaça jamais sa maman dans le cœur du petit Jules.

A peine franchit-il la porte qu’une odeur mêlée de lavande et de blanquette lui sauta à la gorge. Puis c’est sa tante qui lui sauta au cou en le couvrant de deux baisers sonores et trop mouillés. Jules dût se maîtriser pour ne pas céder à son vieux réflexe d’enfant consistant à s’essuyer la joue juste après. Puis il sourit en se rappelant qu’il s’était longtemps demandé d’où sa tante tenait son odeur de lavande. Avait-elle une liaison avec le fleuriste du quartier ? En cueillait-elle le soir en rentrant du travail ? Jusqu’à ce qu’il découvre un jour dans sa penderie la multitude de petits sachets désodorisants. Ce jour là il fut fier d’avoir résolu sa première énigme et c’est peut-être là que naquit sa vocation de commissaire.
Après avoir rassuré sa tante sur sa forme physique malgré les kilomètres parcourus, Maigret s’installa à la table du salon où l’attendaient déjà sa sœur Suzanne, son beau-frère André et le petit Antoine âgé de neuf ans à peine. Il y avait là aussi Clément le frère ainé de Raymonde, vieux célibataire taciturne. D’un accord tacite on laissait toujours vacant un fauteuil usé en moleskine noir : c’était le fauteuil du mari de Raymonde, l’oncle boulanger qui avait lui aussi participé à l’éducation de Jules et était décédé quelques années plus tôt.

Malgré le poids des absents la soirée fut dans l’ensemble joyeuse et animée. Le petit Antoine égaya l’assemblée de ses anecdotes d’école (le mime de sa maîtresse réussit même à dérider le vieux Clément). Maigret, qui savait que sa tante se plongeait toujours dans un bon roman avant de s’endormir interrogea celle-ci sur sa lecture du moment. La vieille dame était en train de lire les caves du Vatican d’André Gide, auteur révélé au grand public trois ans plus tôt grâce à son prix de Nobel de Littérature. Maigret qui l’avait déjà lu en profita pour lancer un débat sur l’acte gratuit. Existe-t-il des actes gratuits ? Peut-on commettre un crime gratuitement comme le fait le héros du livre Lafcadio ? Il finit par mettre tout le monde d’accord en décrétant qu’il n’en avait jamais vu de toute sa longue carrière. « A l’évidence, tout crime a son mobile » conclue t’il « mais encore faut-il trouver le coupable » ajouta t’il en haussant les sourcils.
Ils passèrent ensuite à table où Suzanne s’enquit de la santé de Raymonde, celle-ci ayant été victime de deux infarctus au cours des mois précédents. La vieille tante devait prendre garde à éviter toute émotion violente si elle ne voulait pas que la troisième fois fut la bonne. Heureusement la conversation bascula bientôt sur un sujet beaucoup plus joyeux : la proche retraite du commissaire Maigret. Le mercurey blanc était délicieux et il ne manquait qu’un soupçon de sel à la blanquette pour que la soirée fût parfaite. Personne ne remarqua que le commissaire s’était éclipsé durant le café pour aller déposer une petite surprise dans la chambre de sa tante.

Vers vingt-deux heures chacun alla se coucher afin d’être en bonne forme pour l’ouverture des cadeaux le lendemain matin. Le petit Antoine ne dormit pas tout de suite, trop occupé à tendre l’oreille pour ne pas rater le père Noël. Peu après s’être couché il entendit un cri en provenance de la chambre de sa tante puis un bruit de pas en provenance de la chambre d’Oncle Maigret. Il imagina que son oncle était allé rejoindre sa tante en secret afin de discuter tous les trois en catimini avec le père Noël. La conversation ne fut visiblement pas bien longue puisqu’à peine cinq minutes plus tard Maigret avait déjà regagné son lit. « Normal, se dit Antoine, le Père Noël a encore des tas de choses à faire cette nuit».
Le lendemain, au premier cri du coq, le galopin entreprit d’aller frapper à chaque porte pour réveiller la maisonnée. Comme sa tante ne répondait pas à ses appels, il entra et la découvrit, l’air épouvanté, son livre de chevet ouvert devant elle. C’est en voyant ses yeux révulsés que le petit bonhomme comprit que quelque chose n’allait pas… L’enfant mit quelques trop longues secondes avant de parvenir à crier pour avertir ses parents. Pour lui, Noël ne serait jamais plus synonyme de fête.

Que la vieille tante décéda le 25 décembre ne surprit personne. « Trop d’émotions » conclurent les uns, « Au moins elle est partie heureuse au milieu des siens » affirmèrent les autres.
Le jour de l’enterrement de sa tante Maigret ne pleura pas.
Au fond de la poche de son veston, notre homme cachait deux photos.
Celle d’une araignée répugnante et celle de Mathilde : prostituée avec qui il entretenait une relation privilégiée depuis cinq ans déjà. L’arme du crime et son mobile.

Deux semaines plus tôt Mathilde avait fait au commissaire une confidence qui l’avait bouleversé : il serait bientôt papa. Avec l’argent de l’héritage il allait pouvoir libérer Mathilde du joug de son maquereau Fernand le borgne et ensemble ils formeraient une vraie famille. Tant pis pour la bonne Louise avec qui il n’avait jamais pu avoir d’enfant. Il faudrait d’ici quelques semaines, le temps que les braves gens oublient la mort de la vieille, lui faire subir l’opprobre d’un divorce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: Maigret fête Noël (par Orlamonde)   Sam 12 Mar - 1:08

haahhahaah bravo bravo bravo!!! enfin!

n'empêche qu'il aurait pu aller travailler à l'usine, le commissaire, pour libérer, par l'argent durement gagné à la sueur de son front, sa douce prostituée enceinte, ou, qu'à défaut de tuer la vieille, il aurait pu tuer le maq, finalement c'est un lâche qui, devant une obligation , et pour se sentir un peu homme , va abandonner sa femme, tuer celle par qui il avait été élevé et aimé afin d'enterrer son complexe oedipien. car finalement cet enfant à venir il ne l'a même pas désiré, il n'est qu' une excuse pour le commissaire qui fuit une vie qu'il n'a pas choisie afin d' en vivre une autre qu'il n'a toujours pas choisie (d'ailleurs l'enfant est il reelement de lui??)



Orlamonde il ne te reste plus que le sujet suivant et celui à venir! sans alibi possible!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thefreap

avatar

Nombre de messages : 59
Localisation : nez de la France
Date d'inscription : 11/02/2011

MessageSujet: RIP   Lun 27 Juin - 8:02

Franchement balèze, vous avez fait un sujet sur un garsquiétaitpasmortencoremaisquiestmortmaintenant. Vous fûtes juste un peu en avance sur l'heure de sa disparition alzameirienne (????) mais bien joué quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Maigret fête Noël (par Orlamonde)   Mar 28 Juin - 21:37

Je ne comprends pas, de quel interprète de Maigret parles-tu ?
Parce que Bruno Cremer venait de mourir lorsque le sujet a été lancé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thefreap

avatar

Nombre de messages : 59
Localisation : nez de la France
Date d'inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Maigret fête Noël (par Orlamonde)   Mar 5 Juil - 13:50

Mais, euuuuh, j'ai confondu avec Peter Faulk, le Columbo des salons... Mine de rien, y a de moins en moins de ces mythiques (et chiant, si si, il faut le dire) inspecteurs du PAF. RIP Maigret, RIP Columbo, RIP Derrick... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Maigret fête Noël (par Orlamonde)   Lun 11 Juil - 15:31

Gnéhéhéhéhé, plus qu'à tuer Angela Lansburry et tous les meilleurs détectives du mondes auront disparu! Et ainsi... A moi les joyaux de la couronne! Plus personne ne pourra m'arrêter!

(Le grand moff Tarquin qui jouait si bien Sherlock était déjà mort depuis longtemps...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maigret fête Noël (par Orlamonde)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maigret fête Noël (par Orlamonde)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maigret est mort
» MAIGRET ET LE MARCHAND DE VIN de Georges Simenon
» Série "Maigret" avec Bruno Cremer
» Rowan Atkinson est Maigret
» Dora Doll

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 35 : Hommage au commissaire Maigret (par Nouni)-
Sauter vers: