AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ecrits personnels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Tchoumy

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 34
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 20 Juin - 18:48

Ah désolé mais vous avez tous les deux perdu... j'ai écrit le vendredi ! Et pour la note on a eu... 20 (sur 20) Very Happy En même temps c'est normal, c'était moi le chef de projet Razz

En tous cas merci pour les compliments ! Embarassed

A part un je ne crois pas que l'écriture les intéresse malheureusement. Je n'y avais pas pensé, je vais lui proposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Un premier texte (enfin!!)   Ven 3 Sep - 19:13

Je sais, je sais, je suis inscrit depuis des mois sans même poster plus d'un message, mais dites-vous plutôt que j'attendais de pondre quelque chose que je jugeais assez bien pour le forum...

Donc voici le lien :

Promenade en Forêt Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Sam 4 Sep - 16:32

Sympa comme tout cette petite ballade en photos.
C'est chouette de te voir de retour! Tu arrives pile pour le prochain sujet ! (tu as le droit de harceler Nouni d'ailleurs)
Et bravo pour les effets spéciaux, tu as utilisé quoi comme logiciel au fait ?
(je demande parce que moi je suis nulle pour ce genre de trucs)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 5 Sep - 0:43

Non, c'est vrai, j'ai le droit? Vraiment? Je peux?

Et puis, ben, les effets spéciaux, je les ai fait avec deux versions de Paint, un peu de patience et d'entraînement, tout simplement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
derzia

avatar

Nombre de messages : 82
Age : 27
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 5 Sep - 7:59

En faisant du rangement ce soir (sur mon pc bien sur !), je suis tombée sur un vieux texte et j'ai décidé de vous le faire partager. C'est LE premier texte que j'ai écrit pour le forum. Smile

C'était bien avant mon inscription, le sujet 22 m'avait alors fortement inspiré. Je suivais depuis plusieurs mois déjà le forum et j'avais hésité à m'inscrire pour vous le faire partager. Maintenant je m'y décide enfin ! (Tadam)

J'espère que vous me pardonnerez car il n'est vraiment pas très marrant; il est même franchement triste et assez prétentieux en le relisant aujourd'hui! Mais je n'avais que 17ans, j'étais en pleine crise d'adolescence pseudo existentielle... On oscille entre le pathos et le minimalisme pseudo artistique où je fais d'un mot une phrase.

Je le livre brut, je n'y ai pas retouché (il doit rester qqs fautes), je pense qu'il n'était pas fini d'ailleurs... :S
C'est donc normal si vs ne comprenez rien à l'histoire !

Ils ne savaient plus trop ce qu’ils faisaient là.

4 heures de vol au dessus de l’Europe pour arriver devant ce portail, cette ancienne porte des Enfers dont ils avaient tant entendu parler. Peur panique, excitation euphorique, tant de sentiments contraires se bousculent dans leurs têtes.
_« Bonjour, bienvenue à Auschwitz, le plus grand camp d’extermination nazi. »
_ « Je suis crevée, j’ai pas fermé l’œil dans l’avion, les garçons faisaient un bord** pas possible ! »
_ « Dites bonjour à la caméra ! »
_ « Un peu de calme, dépêchez-vous s’il vous plait nous n’avons que la matinée pour visiter. »
Bousculades et brouhaha presque indécents ; une cinquantaine d’objectifs s’avance vers l’entrée avec toute l’insouciance de leurs 14 ans
[…]
« Nous pénétrons maintenant dans les anciens blocs où sont exposés tous les effets personnels des déportés. »
Voyeurisme. Les flashs crépitent inutilement devant les vitrines où les « badauds » observent entre effroi et curiosité l’intimité des morts.
_ « Si on faisait fondre toutes ces fourchettes, on ferait fortune ! »
_ « Tous ces ch’veux, c’est un peu dégoutant quand même. »
_ « Je sais que vous êtes fatigués mais ne vous affalez pas n’importe où ! »
Pose pique-nique dans l’herbe. En ce début de mai, avec ce magnifique ciel bleu, on se croirait en vacances… si ce n’est cet immense portail dressé face à eux et exhibant avec impudence «Arbeit Macht Frei » (le travail rend libre). Ils jouent, flirtent et chahutent sur cette herbe verdie par le sang et les cendres de centaines de milliers de morts.
_ « Entrez tous, serez-vous, pressez-vous. C’est ici une chambre à gaz encore intacte. Observez les marques laissées dans la pierre par les gens étouffant. Mais continuons dans l’autre pièce, les fours crématoires »
Sentiment de malaise. Un geste insoutenable : une fille fatiguée s’est accoudée mollement à la porte d’un four, personne n’y a prêté attention.
[…]
_ « Nous sommes en direct de l’aéroport de Cracovie avec notre envoyé spécial, Guillaume Melange qui a suivit la classe de 3°2 du collège Emile Zola de Bordeaux dans leur apprentissage de la mémoire de la Shoah. »
_ « C’est bon, t’as filmé ? Énorme Guigui, tu fais trop bien le présentateur ! Il faudrait qu’on fasse des pubs pour faire un vrai journal télé ! »
_ « Embarquement immédiat pour le vol 316 en direction de Bordeaux, France »
Retour agité. 2h du matin, un calme plat s’est enfin installé dans l’appareil.
Deux insomniaques excités, leur premier voyage en avion :
_ « C’est vraiment magique la vue, quand il fera jour on devrait prendre quelques photos. »

L’œil derrière l’objectif, ils attendirent que le jour se lève.


Je ne cherche pas à ce qu'on me jette des fleurs, j'ai simplement voulu partager ce texte prise par un élan de nostalgie ! La semaine prochaine, je ressors des dossiers la trilogie martienne écrite quand j'avais 9ans sous Windows 95 ! Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlamonde

avatar

Nombre de messages : 886
Age : 37
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Lun 6 Sep - 22:30

Oh quel texte ! Pas facile en effet mais il fait réfléchir. Ca me rappelle que moi aussi j'avais visité un camps nazi un peu plus jeune... Tu as été inspiré par quoi pour écrire ce texte Derzia ?

Je suis épatée par le fait que tu lis déjà ce forum depuis si longtemps. Mais pourquoi avoir tant tardé à t'inscrire ? Enfin l'important c'est que tu aies finalement franchi le pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy

avatar

Nombre de messages : 671
Localisation : De retour chez les cigognes
Date d'inscription : 24/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mer 8 Sep - 11:28

Euh... Whaou !

* impressionnée quand même *

Bon, Derzia, pour me faire encore plus plaisir, ce serait chouette d'aller ranger ça à sa place. :p Dans le sujet 22 de Bibz.
Tu pourrais même en profiter pour lui écrire un mot et lui signaler que tu as répondu à son sujet. Ça lui fera probablement plaisir et ça pourrait éventuellement la motiver à revenir par ici. ^^
Je sais, je suis machiavélique ! Twisted Evil


Dernière édition par Amy le Mer 8 Sep - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy

avatar

Nombre de messages : 671
Localisation : De retour chez les cigognes
Date d'inscription : 24/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mer 8 Sep - 12:03

Florent a écrit:
Et puis, ben, les effets spéciaux, je les ai fait avec deux versions de Paint, un peu de patience et d'entraînement, tout simplement...
Avec Paint ?! Ça ?!

Ma geekitude en est toute impressionnée. Respect ! Chapeau ! Tout ça.
(Et pour le texte aussi, hein ? Chouette histoire. ^^)

Faudrait peut être aussi que je songe à re-pondre des trucs pour mettre par ici, moi.
Ou que je fouille dans mes placards... il y a de la récup' à faire.
Mais du frais, ça me plairait bien aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Jeu 9 Sep - 12:48

Ouaip, ce texte a sa place dans le sujet 22 (la vache, tu nous suis depuis tout ce temps? Et nous qui ne nous doutions de rien...)
J'attend avec impatience la trilogie martienne (je ne savais pas que c'était toi qui avait écrit Mars la Rouge, Mars la Bleue et Mars la Verte, ouah!)

En passant, ça ne te dit pas de tenter de répondre au sujet de Space Opera?


(Je ne ferai pas de louanges sur le post de mon frère, je les lui ai faites quand je l'ai reçu en avant-première mondiale :p)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouni

avatar

Nombre de messages : 496
Age : 34
Localisation : Krummes Elsass
Date d'inscription : 10/10/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 26 Sep - 15:02

N'empêche que c'est pas mal du tout !!!
Je suis déçu, Florent ne m'a même pas harcelé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Jeu 12 Mai - 15:16

Il y a quelques mois se produisait l'une des pires catastrophes écologique de l'histoire du siècle de la décennie de l'année. Je parle bien sûr de la fuite de pétrole causée par BP dans le golfe du Mexique. On ne vous a pas tout dit à ce sujet...



(Nous nous trouvons sur une plage du golfe du mexique. Le soleil se couche paresseusement par-delà l'océan - ignorant totalement que c'est le mauvais côté, quel con ce soleil - faisant magnifiquement ressortir le bleu des yeux des mouettes goudronnées pataugeant dans les flaques irisées. Quelques écolos - venus dans leurs SUVs flambants neufs - s'affairent encore à essuyer les rochers avec du détergent sans remarquer les nids d'oiseaux qu'ils piétinent en le faisant. Deux-trois Mexicains font le plein de leur camionette en pompant directement l'eau de mer, indice d'octane 102. Normal.
Ce tableau paisible n'est troublé que par l'arrivée d'une sorte de camionette hippie, peinte en motifs psychédéliques bleus et verts, cahotant à toute vitesse vers la plage. Le véhicule stoppe brutalement à quelques mètres de l'eau et ne manque d'écraser une tortue marine mazoutée que de quelques centimètres. On peut maintenant lire sur les flancs du véhicule "Mystery Machine".)

"Bon, nous y sommes!" déclare le conducteur en descendant de la camionette. "Sortez tous, qu'on se mette au boulot.
A notre grande surprise il ne s'agit pas de Fred, le chef du scooby-gang, mais du Chat du Voisin. Ah. Je vais devoir changer de scénario. Dommage, j'avais prévu de déguiser le directeur de British Petroleum en fuite fantôme et de le démasquer à la fin d'un épisode mouvementé. Tant pis.
"Enfin, je ne sens plus mes jambes!" annonce Orlamonde en sortant par la portière passager. "Après trois jours de route."
"Plains-toi, au moins tu avais un bon siège..." maugrée Amy en descendant par l'arrière. "Le mien ne faisait pas face à la route, avait des ressorts cassés..."
"Mais toi au moins tu n'avais pas besoin de te plier en huit pour tenir à l'arrière." l'interrompt Nouni en dépliant ses 3m40 de gigantisme par la double porte arrière.
"Mmmmouf." entend-on alors une voix étouffée dire, venant de sous le véhicule.
"Ah, oui, on oubliais Jérôme. On l'avait mis dans le tiroir à baggages parce que Nouni prenait toute la place." se rappelle Le Chat en ouvrant ledit tiroir.
"Bande d'enfoirés..." grogne Jérôme en en sortant. "Vous auriez au moins pu me sortir de là pendant les étapes de nuit. Ou me donner à boire. Ou faire des trous d'air. Ou..."
"Chut, on doit se mettre au boulot!" l'interrompt Amy d'un ton ferme. "Nous devons nettoyer cela grâce aux pouvoirs qui nous ont été confiés!"
"Oui!" clament alors les autres sauf Jérôme, qui tente de leur dire quelque chose entre deux gémissements (trois jours plié dans un tiroir, quoi...).
"Hey, j'ai eu du temps pour réfléchir à tout ça, et je me dit que les anneaux ne sont peut-être pas..."

Mais personne n'écoute jamais Jérôme. Tout le monde se met en position, face à la mer polluée, bien campés sur leurs jambes écartées et le poing tendu en l'air. Chacun porte un anneau de couleur à son majeur droit.
"Bon, tout le monde a le bon anneau? Qu'on ne fasse pas comme à Tchernobyl..." rappelle Amy.
"Rho, j'ai déjà dit que j'étais désolé." maugrée Nouni. "Mais ce petit truc vert m'avait filé cet anneau super cool en or et je voulais l'essayer. Et puis devenir invisible c'est 'achement bien!"
"Allez, on se concentre les Planétaires! Appelons le Captain Planet!" lance alors Amy.
"Ok." répond Orlamonde, portant l'anneau brun. "Terre!"
Et alors qu'elle crie son élément, un rayon brun sort de son anneau et file vers l'horizon, au-dessus de la mer endeuillée.
"Air!" hurle alors le Chat, et de son anneau vert sort un rayon émeraude qui file rejoindre le rayon de son aimée à l'horizon.
"Eau!" crie alors Nouni, en se disant que son anneau de bière est franchement mieux que son anneau d'eau. De son anneau bleu jaillit un rayon de la même couleur qui part rejoindre les autres.
"Feu!" crie ensuite Amy, et de son anneau rouge surgit un rayon enflammé qui... Embrase les vapeurs de pétrole flottant au-dessus de l'eau et provoque un incendie qui s'étend rapidement à tout le littoral.

"Woops..."
"Woops en effet. C'est ce que j'essayais de vous dire : en réfléchissant dans la soute, je me disais que le feu et le pétrole n'allaient peut-être pas ensemble, et qu'on ferait mieux d'appeler le Captain Planet à l'avance, genre 20km plus loin, et le faire venir ici après pour tout arranger."
"Meeeerde..."
"Dommage, on avait bien commencé cette fois."
"Je pensais vraiment qu'on y arriverait."
"On réessayera une autre... Jérôme! Lâche tout de suite cet oiseau!"
"Mais... C'est une mouette rôtie, je n'en ai jamais mangé avant... Avec un bon goût de pétrole flambé..."
"Lâche ça, tu fais pleurer Amy!"
"Rho, c'est pas moi qui ai foutu le feu, hein..."
"Bouhouhouh..."
"Cela dit, le problème est résolu." remarque Nouni. "Il n'y a plus de problème de marée noire ici. Par contre il faudrait peut-être trouver une solution à ce gigantesque brasier en train de détruire tout l'écosystème local..."
"Bouhouhouhouh!"
"Allons, allons, Amy, je suis sûr que Hulot ne t'en voudra pas." la rassure Orlamonde.
"Et si on foutait le camp?" propose le Chat. "Les locaux s'ammènent avec des fourches et des fusils pour nous lyncher."
"Pas de torches cette fois-ci?"
"Pas besoin."
"Ah, oui, le brasier. Bon, foutons le camp."




Quelques mois plus tard, au Japon...
La camionette que nous connaissons à présent s'arrête près d'une centrale atomique qui fuit, à Fukushima. On craint une pollution intensive à long terme, et donc les Planétaires du forum vont une fois de plus tenter d'améliorer la situation.
Pendant que Nouni se déplie et que Jérôme se désencastre, les autres font les dernières vérifications.
"Bon. Aucun risque d'incendie?"
"Non, tout est mouillé après le tsunami."
"Aucun anneau unique?"
"Nope."
"Aucun anneau des Nibelungs?"
"Vendu pour payer l'essence."
"Aucun anneau pénien?"
"Bah c'était la bonne taille pour MES doigts, je ne pouvais pas savoir..."
"Tout le monde a son bon anneau de Planétaire, de la bonne couleur?"
"Justement, si on pouvait rediscuter de ça..."
"Non Jérôme. Tu gardes l'anneau rose."
"C'est pas pour la couleur, c'est parce que je..."
"Tu gardes l'anneau rose."
"Il suffirait juste d'échanger avec quelqu'un, sinon on..."
"Tu gardes l'anneau rose!"
"Mais je dis juste que ça va pas ma-"
"TU GARDES L'ANNEAU ROSE BORDEL! On a tiré au sort, t'as gagné celui-là, comme nous on a tiré les nôtres. Allez hop, on invoque le Captain!"

"Terre!" crie Orlamonde, faisait jaillir de son anneau un rayon brun qui, euh, stoppe pile au-dessus du réacteur fuyant. C'est pas normal. Un rayon doit être physiquement stoppé. Je veux dire, ça...
"Air!" crie le Chat, faisant jaillir un rayon vert allant rejoindre celui de sa compagne, et simultanément m'interromptant. Mal élevé.
"Eau!" crie Nouni en mangeant une pizza kebab/choucroute, parce qu'en France il est midi et qu'on emmerde le décalage horaire. Un rayon bleu profond vient alors rejoindre les deux autres.
"Feu!" crie timidement (si, c'est possible de crier timidement) Amy, dont le rayon flamboyant ne boute cette-fois ci le feu à rien du tout.
Et enfin...
"Coeur!" crie enfin Jérôme, dont... Bah... En fait rien ne se passe.
"Coeur!" crie-t-il encore plus fort, toujours dans la posture jambes écartées/poing tendu vers le ciel.
"Coeur?" Il secoue la main portant l'anneau, la porte à son oreille, mais ne détecte rien de louche. "Coeur."
"Carreau? Trèfle?" tente Nouni pour aider son ami.
"Un autre organe peut-être? Rate, foie, poumon droit?" tente Orlamonde.
"Ou si on disait coeur tous en choeur?" propose Le Chat.

Mais rien n'y fait, l'anneau rose reste inerte et au bout d'un moment les autres cessent d'émettre leur rayon. Tout redevient calme dans la campagne radioactive.
"Mais qu'est-ce qui s'est encore passé cette fois?" demande Amy, son âme d'écologiste au bord de la dérive.
"Bah je vous avais prévenu, fallait échanger mon anneau avec un autre." explique Jérôme. "C'est pas un pouvoir adapté pour moi : je n'ai pas de coeur!"



Ainsi finissent les aventures des Planétaires du Forum, avec le Captain Planet absent.

...
A suivre?


Dernière édition par Jérôme le Lun 16 Mai - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thefreap

avatar

Nombre de messages : 59
Localisation : nez de la France
Date d'inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 15 Mai - 23:51

Bravo bravo Jérome; J'ai bien aimé ta prose et j'ai enfin des réponses aux injustices de ce monde. Tu es bien tel que tu le décris, la terre brulée du Conemara, Le rouge et le jaune à petits pois des chaussettes, Le big du bisou...
ce fut sympa à lire
kenavo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme

avatar

Nombre de messages : 1489
Age : 35
Localisation : Il n'y a que Maille qui Mayence.
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Lun 16 Mai - 13:27

Planétaires II : l'épilogue.


Quelques jours après la divulgation de documents secrets par Wikileaks, racontant les péripéties pseudo-écologiques d'un groupe de forumeurs, un lecteur anonyme (que nous appelerons The Freap pour conserver son anonymat) rencontre Jérôme pour lui poser quelques questions. Notamment "comment récupérer moi aussi un anneau" [1], "pourquoi le Captain Planet a-t-il confié ses anneaux à de tels clampins" [2], et "comment avez-vous fait pour aller du golf du Mexique au Japon dans un minivan de hippies" [3].


"Ah bon ah bon... Et alors, chacun a tiré au sort son pouvoir?"
"Oui. Sinon j'aurais plutôt choisi l'eau, vu que j'ai toujours soif. Et on aurait filé l'anneau du coeur à quelqu'un qui en a un."
"Et alors, comment ils vont faire à Fukushima, sans le Captain?"
"La dernière fois que j'en ai entendu parler ils prévoyaient de faire pousser des plantes cousines du cannabis. Elles capturent les métaux lourds et devraient décontaminer plus rapidement la zone."
"Et on ne risque pas de voir accourir des hippies qui viendraient fumer tout ça, pour crever ensuite de cancer?"
"Heh, d'une pierre deux coups."
"Pourquoi tu détestes autant les hippies?"
"Leurs sandales préférées ont mon nom de famille et ça me met en colère." [5]
"Enfin bref. C'est impressionnant de savoir que des gens que je connais ont des pouvoirs si impressionnants, même si le tien est..."
Après avoir dit cela, Freap se tait et prend un air gêné. Jérôme fini par le remarquer.
"Le mien est quoi?" s'étonne-t-il. "J'ai le pouvoir du coeur. C'est pas rien."
"Non mais je dis pas, comparé à moi qui n'ai pas d'anneau magique, c'est quelque chose. Mais si on compare à celui du feu ou de l'air, par exemple..."
"Comment ça?"
"Eh bien en se concentrant, le Chat des Voisins peut provoquer un ouragan, un cyclone, ou sécher ses cheveux sans consommer d'électricité. C'est vachement utile pour combattre les méchants pollueurs et pour avoir un brushing façon Hulot."
"Certes." concède Jérôme.
"D'un geste Amy peut embraser des régions entières..."
"Vachement pratique pour une super-héroîne écolo."
"Sans oublier Nouni qui peut provoquer des raz-de-marées d'un revers du doigt..."
"C'était d'actualité au Japon. D'ailleurs c'est la première fois que j'étais pourchassé par une foule avec fourches, torches, palmes et tubas."
"Et Orlamonde qui peut faire bouger les montagnes..."
"Et cependant qui n'arrive pas à nous faire répondre à temps."
"Enfin bref, comparé à tout ça, le pouvoir du "coeur", hein... C'est un peu minable. Quel genre de pouvoir c'est, je te le demande."
"Bah ça peut être cool. D'ailleurs mon incapacité à utiliser le pouvoir normal m'a fait essayer des variantes pas trop mal."
"Comment ça?"
"Eh bien, Freap, laisse-moi te montrer en nous mettant en situation. Mon pouvoir scénaristique nous téléporte sans effort sur le bateau des Polluards, ennemis jurés des touftoufs."
"Wouah, impressionnant. Plus que le pouvoir du coeur en tout cas." s'étonne The Freap, à présent à côté de Jérôme sur un bateau très sale dont les cheminées vomissent une épaisse fumée noire. Devant eux se trouve l'île paradisiaque des touftoufs, dernier bastion naturel intouché par la folie de l'homme blanc.
"Chut."
"Salut les mecs." leur lance Nouni.
"Tiens, Nouni? que fais-tu là?" s'étonne Jérôme.
"Eh bien ton pouvoir scénaristique te permet de te téléporter n'importe où du moment que ça te permet une blague ou de faire avancer l'histoire. Mon pouvoir à moi, c'est d'apparaître à chaque fois qu'on parle des touftoufs."
"Hein!?"
"Heh, touftouf. C'est rigolo, j'adore ce mot. Allez, à plus." leur dit encore Nouni avant de disparaître.
"Hum, J'avais oublié ça." marmonne Jérôme. "Enfin bref. Les polluards, c'est un dessin animé encore plus vieux que le Captain Planet, aussi centré sur la pollution et l'écologie. La différence c'est qu'ici les méchants polluent pour polluer, c'est leur but. Ca va me faire moins de peine de tester sur eux."
"Tester le pouvoir du... Coeur?" se moque gentiment The Freap.
"Ouaip. Regarde par exemple le grand benêt qui s'ammène, là..."
"Nouni est de retour?"
"J'ai dit benêt, pas dadais. Chut. Donc ce grand abruti, là, va nous fracasser la gueule avant de nous faire boire du mazout si on le laisse faire."
"Oué." acquiesce l'abruti en s'avançant.
"Donc, si je tente d'utiliser le pouvoir normal de la bague, on est foutus. Coeur!"
Rien ne se passe.
"En temps normal ça devrait me laisser parler télépathiquement avec lui, et même prendre le contrôle de son esprit. C'est un pouvoir d'empathie extrême, qui marche aussi sur les animaux. Dans l'absolu l'utilisateur de cet anneau peut devenir maître du monde en contrôlant les gens, mais dans la série animée le gars était une sorte de lopette pacifiste qui se contentait de parler aux dauphins."
"Et toi..."
"Et moi je ne peux absolument pas utiliser ce pouvoir d'empathie parce que je n'éprouve absolument aucune empathie. Je suis un asocial qui ne s'identifie pas aux autres et donc ne ressent pas leur peine. En un mot, je n'ai pas de coeur."
"En un mot j'aurais plutôt dit "sociopathe", mais ce n'est que moi."
"Bref, c'est pour ça que je ne peux pas invoquer le Captain, ni parler aux souris, ni contrôler con-con ici présent, ni même savoir si tu es réellement paniqué ou si tu fais semblant."
"Eh bien nous avons tellement reculé que nous sommes acculés au bastingage, et le grand truc est presque sur nous. Et sa tenue me fait penser à du banjo, j'ai peur. Très peur."
http://www.bide-et-musique.com/images/thumb200/5036.jpg
"Et je suis incapable de compatir. Mais par contre, comme j'ai dit, cet anneau peut parfois servir à d'autres trucs."
"Par exemple, dis-je d'un air absolument pas paniqué parce que nous sommes sur le point de nous faire sodomiser par un baril d'acide toxique?"
"Coeur!" s'exclame Jérôme d'un ton très ferme, pointant son anneau vers le polluard. Et, obéissant au pouvoir de l'anneau planétaire, le coeur du grand benêt... Bondi hors de sa poitrine dans un déluge de sang, avec un bruit dégoutant, et vient atterrir gentiment dans la main de Jérôme.
"Voilà. Alors, c'est toujours ridicule, le pouvoir du coeur?"
"Tu... Tu... Tu es effrayant..."
"Heh, et encore tu n'as rien vu. Par exemple, tu vois le gars mort devant nous?"
"Oui."
"Eh bien il déteste perdre. Là, je dirais même..." fini Jérôme en enfilant des lunettes de soleil, "Qu'il est écoeuré!"


YEAAAAAAAAAAAAAH!




[1] impossible, il n'en existe que cinq [4]. Il est cependant possible de trouver, parfois, d'autres anneaux de pouvoirs (surtout les trois elfiques, parce que les sept des nains ont été perdus et les neufs des hommes ont disparu avec les nazguls à la mort de William Sauron, gardien du Cassoulet Maléfique). Faites les antiquaires le long de la Seine et dites-moi si ça a marché.

[2] personne d'autre n'en voulait. L'écologie n'est plus à la mode. On n'a accepté de s'occuper de ces trucs là que pour faire plaisir à Amy.

[3] Nous avons roulé sur le nouveau continent flottant crée par la pollution. Les milliards de détritus plastiques agglomérés forment à présent une couverture quasi-solide sur la majorité du Pacifique, nous permettant ainsi de rouler à gué. Et si vous croyez ça c'est que je suis un meilleur menteur que je ne croyais. Oh, on a quand même trouvé des canards en plastique sympa, à mi-chemin...

[4] Quelqu'un me fait remarquer que dans certains épisodes il y a un Captain Planet maléfique invoqué par des anneaux que possèdent cinq pollueurs. Ce ne sont pas cinq autres anneux, mais les cinq mêmes anneaux volés. Eh ouais.

[5] Un jour paraîtra le texte "permis de chasse au hippy". C'est rigolo, si, si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mer 9 Mai - 22:57

Ceci est une petite histoire (enfin le début) que j'avais commencé à écrire en quatrième et que je continue tranquillement aujourd'hui. Et puis j'ai pas trouvé de nom pour le "héros" alors je suis attentif à vos idées Very Happy .



Lundi 19 mars 2012. 6 heures 45, Le réveil sonna. Après un soupir, j'éteignis la radio, je me levai lourdement. Je me dis : "Encore un lundi. Qu'est-ce que je déteste les lundis...", comme tous les lundis depuis quelques années maintenant. Je filai dans la salle de bains, me brossai les dents, m'habillai, je jetai un regard lassé sur le miroir, et quittai la salle d'eau. Je mangeai mes céréales, au goût toujours aussi fade et synthétique. Je mis ma veste, dis "A ce soir." à mes parents, tout aussi endormis que moi qui me répondirent quelque chose comme "Grmbl..." puis je sortis de chez moi et marchai jusqu'à mon arrêt de bus pour me planter devant, attendant que la silhouette du véhicule se dessine dans la brume matinale.
Une fois au bahut, les cours et les heures se succédèrent avec la même lenteur que les autres lundis. bilan de la journée : 16,5 en maths, 19 en physique, 14 en français, et... 2 en arts. Encore un de ces sujets incompréhensibles pour lesquels on travaille comme un dingue pendant une semaine pour se retrouver avec un deux à la fin. Je déteste les arts... Et les sports...
Une fois l'ultime sonnerie de la journée passée, et le portail de l'établissement avec, je me dirigeai vers mon bus, je montai, et quelques kilomètres plus loin, en descendis. Je marchais, fatigué de cette journée à bâiller d'ennui, en pensant aux différentes façons de détruire intégralement un professeur d'art.
Mais soudain, une sphère blanche apparut dans mon champ de vision, à peu près grosse comme une tête d'épingle. Je n'arrivais plus à marcher ni à bouger. D'un coup, je sentis une douce chaleur, m'enveloppant complètement, je ne paniquais pas, j'étais même un peu content que quelque chose de surnaturel survienne pour une fois. Mon environnement, excepté la sphère, se mit à disparaître dans un noir total, pendant que la boule lumineuse s'agrandissait lentement. Je ne sentais plus le sol, j'avais la sensation de flotter en apesanteur, c'était assez agréable. Je me sentis étiré de partout, comme si sous mes vêtements, on tirait ma peau vers l'arrière. La sphère s'agrandissait de plus en plus rapidement, je commençais à avoir un peu trop chaud. La boule, ayant grandit soudainement comme un éclair, disparut en un flash. Je vis des points brillants apparaître dans le noir total qui s'en suivit, qui se transforma en un ciel étoilé. Tout en étouffant de chaud, je sentis que ma peau était tirée à l'extrême, et je me rendis compte que je me déplaçais à grande vitesse en accélérant, parmi ce qui ressemblait à des étoiles.
Je planais de plus en plus vite, les étoiles filaient tellement vite que je ne vis plus que des traits lumineux, j'étais finalement en train de cuire dans cet enfer. Des sortes de nuages bleutés apparurent, tourbillonnants, lorsque que la lumière émanant des traits n'eut même plus le temps d'atteindre mes yeux. Je me crus dans un de ces voyages spatiaux, comme dans les films de science-fiction. Ma vitesse avait l'air de se stabiliser, mais je ne pouvais toujours pas bouger, et j'avais toujours l'impression de cuire comme un blouson de cuir noir en plein soleil à midi. C'était vraiment impressionant mais je n'étais pas paniqué, enfin pas vraiment. Les nuages se dissipèrent, je perçus de nouveau les traits brillants, qui se raccourcissaient. Je me sentis clairement décélérer, et les étoiles m'apparurent de nouveau normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mer 23 Mai - 0:19

Soudainement, je vis une étoile, pile dans ma trajectoire. J'essayai instinctivement de me protéger de mes bras de cette boule de gaz incandescent, réflexe idiot étant donné que je ne pouvais pas bouger, et qu'une paire de bras était inefficaces pour contrer une étoile fonçant à plusieurs millions de kilomètres à l'heure. L'étoile était si proche qu'elle englobait tout mon champ de vision, lorsque tout disparut dans un flash. Je restai un court moment dans l'obscurité, quand je sentis la lumière revenir, la température baisser, et la gravité réapparaître. Pouvant à nouveau bouger, je ne perçus aucun point d'appui sous mon corps, j'en conclus donc que je tombais et je me mis à crier et à me débattre dans le vide.
J'entendis un grand bruit, je ressentais quelque chose de mou et d'humide sous mon corps, j'ouvris les yeux. Une vive douleur envahit alors le bas de mon dos, pendant que je gémissais et que je regardais autour et sous moi : Une paroi circulaire métallique à une vingtaine de centimètres de mes yeux ; au-dessus, un ciel bleu, et dessous, plein de choses molles et humides. Mes autres sens me parvinrent de nouveau. J'entendis un bruit de rue, des voix, et des bruits de moteurs ainsi que des pas dans toutes les directions. Je sentis une odeur familière et désagréable. Soudainement je me rendis compte, et je bondis hors de la poubelle dans laquelle j'avais atterri.


Dernière édition par Florent le Mer 23 Mai - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mer 23 Mai - 0:21

C'était irréel. J'avais bondi maladroitement hors de cette poubelle bizarre, et une dizaine de personnes me regardaient bizarrement. J'étais étalé sur un trottoir bizarre, je voyais des véhicules bizarres, des bâtiments bizarres, seul le ciel me parraissait normal. Une personne, une jeune femme me présenta sa main. Je la saisis, et elle me releva. Les gens murmuraient, j'avais l'impression qu'ils parlaient français. Tous me regardaient d'une façon étrange, certains riaient. La jeune femme me souriait d'un sourire franc. Elle me demanda :
- Quel est votre nom, ami?
- [Nom], je m'appelle [Nom], dis-je timidement. (J'ai pas trouvé de nom je vous dis !)
- Ravie de vous revoir, [Nom].
- Merci, moi auss... Mais, attendez, pourquoi dites-vous me revoir? Je ne vous ai jamais vu auparavant. Et puis pourquoi portez-vous tous des vêtements si étranges? On est où là ?
Les murmures s'intensifièrent.
- Comment? Vous n'êtes pas capable de reconnaître une Énergétiste en habit de cérémonie? Quel affront! Vous insultez notre Caste, et même notre Dieu lui-même, [Nom]! D'ailleurs, quel curieux accoutrement vous portez, jamais dans ma vie je n'ai vu cela ; à quelle Caste appartenez-vous, [Nom]?
- Qu... Quoi? De quoi vous parlez, là? Vous êtes un gourou, un chaman? Et puis c'est quoi ces histoires de castes? Et puis où je suis tombé, moi? Et c'est quoi ces machins bizarres tout partout?
Les gens autour s'offusquaient littéralement de mes paroles.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Ven 25 Mai - 0:43

- Mais?! Auriez-vous absorbé quelque substance hallucinogène, [Nom]? Vous déblatérez de telles sottises, je devrais défendre l'honneur de notre Dieu Énatéus en vous tuant sur le champ, si la législation me l'autorisait...
- Mais qu'est-ce que j'ai fait? J'y comprends plus rien !!
La jeune femme, d'abord en colère, eut l'air de s'adoucir.
- Ne savez-vous vraiment pas qui je suis, où nous sommes, et ce que nous faisons?
- Non! Je marchais dans la rue, et puis une boule blanche est apparue, j'ai vu des étoiles, j'ai cuit comme dans un four, et je suis tombé dans cette poubelle, dans cet endroit bizarre!
- Suivez-moi, [Nom], vous allez éclairer ma lanterne sur la raison de votre présence, à l'abri des oreilles errantes.
Elle fit des signes des mains à un cortège arrêté de gens habillés de la même façon qu'elle, et ils repartirent lentement dans la rue. Elle m'entraîna dans une ruelle étroite, et s'engouffra dans un sous-sol, en me faisant signe de la suivre.
- Ici nous sommes en sécurité, [Nom] ; à l'abri des oreilles indiscrètes.
- Et où sommes-nous?
- Ceci est une pièce de charité : les personnes aisées laissent quelquefois une petite partie de leur logis ouverte à tous, pour offrir un abri temporaire à ceux qui n'en ont pas, parfois même elles leur apporte quelques vivres ; tout cela pour purifier leur habitation et en chasser l'Ombre.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mer 30 Mai - 21:24

- Heu, merci, mais je voulais dire : dans quelle pays, dans quelle région sommes-nous?
- Oh, nous sommes sur l'Île, au nord-ouest du "sanctuaire de sauvegarde" Atomiste.
- Mais de quelle île parlez-vous, enfin? Et qu'est-ce que le lieu dont vous parlez ?
- Mais enfin, ne connaissez-vous pas l'Île? et la Caste Atomiste ?
- Non, je ne connais rien de tout cela... Mais tout se mêle dans ma tête... En plus je ne connais même pas votre nom !
- J'éclaircirai les zones d'ombre de votre esprit, [Nom]. Avez-vous eu une perte de mémoire?
- Non, enfin je ne crois pas. Mais d'abord, quel est votre nom? Et qui êtes-vous?
- Je m'appelle Enmala, je suis une Énergétiste de rang deux et je participais à une cérémonie de célébration de la venue d'Enatéus, le Dieu-Roi dans notre Caste.
- Bon, maintenant expliquez-moi la signification de "énergétiste", de votre rang et de votre caste, dis-je de façon méthodique.
- Par où commencer... Notre planète est divisée en trois Castes. La première Caste est l'Énergie, dont les membres sont consacrés aux différentes formes d'énergie de l'Univers, et j'en fais partie. Comprenez-vous, [Nom]?
- Oui, je crois. Tout ça me rappelle mes cours de physique...
- Bien. La seconde Caste est la Matière, avec des membres dévoués à la matière.
- Je vois.
- Oui. La troisième et dernière Caste est le Cerveau, consacrée à l'esprit humain en générale. Que voulez-vous savoir d'autre de notre Monde, [Nom] ?
- Eh bien, lorsque vous m'avez relevé, avant, vous avez dit me revoir...
- Oui, c'est exactement cela. Pourquoi ?
- Justement, pourquoi ? Pourquoi dites-vous me revoir ?
- Ah, oui, j'oubliais que vous ne connaissez ma Caste que de nom. Selon les Révélations de notre Dieu-Roi Énatéus, tout Humain, tout être vivant se réincarne de façon aléatoire en une autre espèce que la précédente, et ce depuis la nuit des temps. Et, depuis tout ce temps, chaque âme a forcément déjà vu, croisé, ou interagi avec toutes les autres. Et donc, lorsqu'un Énergétiste croise un être jusque là inconnu sous cette forme, il dit le revoir car il l'a déjà vu en un autre lieu, en un autre temps.
- Ok.
- Vous avez compris ?
- Non.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 3 Juin - 1:22

- ...
- Mais... je ne crois pas venir de ce monde-ci.
- Mais je ne le savais pas quand je vous ai salué !
- Oui, c'est vrai. Mais je m'aperçois que suite à mon atterrissage dans cette sorte de poubelle, j'empeste le détritus.
- Vous voulez vous nettoyer, je pense ?
- Heu, ben oui...
- Venez.
Elle m'entraîna hors de la pièce de charité, dans la rue. Les gens me regardaient, je puais. Des véhicules étranges et ne faisant qu'un léger bruit circulaient à faible vitesse. Je m'attardai quelques secondes sur un de ces véhicules. Il y était inscrit, sur le côté, Quelque chose comme "[difficile à retranscrire ici]". Je rattrapai la gravitoniste.
- Enmala ?
- Oui ?
- Qu'y a-t-il d'inscrit sur ce... véhicule ?
- Lequel ?
Mais il avait disparu derrière les gens qui traversaient la rue.
- Il est parti...
- Qu'y avait-il d'inscrit ?
- Mais je ne sais pas, moi, c'était une inscription horizontale, dans un alphabet que je ne connais pas.
- Ça va m'être d'une grande aide... Nous y voilà. C'était une sorte de grosse cabine, très en retrait dans une ruelle qui faisait pile la taille de cet appareil. Ou peut-être était-ce l'inverse. Je demandai :
- Qu'est-ce que c'est ?
- Une simple cabine de nettoyage corporel. Vous entrez dedans, et la machine automatique vous lave, vos vêtements, votre peau, vos cheveux (sans rien enlever), grâce à la technologie.
Curieux de voir que la vie était si simple ici, je m'avançai, montai sur la marche de la cabine, et j'entendis un déclic. Une sorte de grillage tomba devant mon nez, et un message incompréhensible pour moi apparut juste devant le grillage. Je crois que c'était un hologramme, et qu'il disait que je n'avais pas de quoi payer. Je me faisais décidément des illusions quant à la simplicité de la vie ailleurs. J'essayai de toucher le grillage, et une décharge électrique me dissuada de faire davantage d'essais. Enmala me dit :
- Je suis désolée, vous n'avez aucune puce de transactions personnelle...
- De quoi ?
- Le plus souvent les gens se la font implanter dans le bras, et un détecteur permet d'effectuer la transaction.
Elle me montra son bras droit qu'elle pinça pour mieux faire ressortir un petit objet sous la peau de forme cylindrique. Elle pianota ensuite sur un clavier lumineux un peu spécial : il me semblait que chaque touche avait un petit écran LCD certainement pour afficher le clavier dans la langue désirée. Après avoir appuyé sur une quinzaine de touches, elle plaça son bras droit devant un panneau lumineux incurvé qui s'était illuminé quelques instants auparavant à côté de la machine. Le message holographique disparut, le grillage se rétracta comme il était sorti, et elle me fit signe d'entrer. Des empreintes lumineuses de pieds par terre, et de mains sur le mur. Je fis correspondre mes membres avec les empreintes lumineuses, ma silhouette avait l'air d'un T. La gravitoniste me dit de ne pas bouger, et une paroi métallique se déploya devant moi, me séparant de la rue et me laissant uniquement éclairé par la lumière blanche et faiblarde des empreintes. De l'eau fut projetée de partout, elle avait un goût horriblement amer. Enmala m'entendit tousser et me lança :
- Ne buvez pas, si vous avez soif vous pourrez boire, mais pas ici !
Les jets d'eau s'arrêtèrent. Un flux d'air chaud envahit la cabine. J'avais l'impression d'être dans un cyclone tellement le vent était fort. Peu importe, l'air se coupa. Je sentais bon désormais. Après quelques secondes je me sentais sec, la paroi métallique se replia, je sortis.
- Voilà, vous avez désormais une hygiène acceptable.
- Je suis encore déboussolé, il me faut reprendre des repères, je crois...
- Oui, il vous faut un temps d'adaptation. J'ai pris du temps libre auprès de mes confrères, je peux vous accompagner dans ce Monde.
- Oh, vous savez, ce n'est pas la peine... Enfin si. Merci. Mais, toutes ces choses en si peu de temps... Je dois faire le point.
- Oh, oui bien sûr, venez.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Lun 4 Juin - 19:07

Nous traversâmes quelques rues, et Enmala s'arrêta devant une porte à la forme un peu spéciale. Elle était hexagonale. Elle approcha à nouveau son bras droit d'un creux dans le mur. De la lumière en jaillit, et une voix annonça : "Enmala Gartho, bienvenue chez vous !". La porte s'ouvrit à partir du centre, comme un iris mais avec six pétales. Nous entrâmes, une douce lumière s'alluma, révélant à mes yeux le logis d'Enmala. Un parquet de bois, quelques meubles majoritairement métalliques, un lit rattaché par la tête au mur, et ne touchant pas le sol. Ça donnait un effet aérien à l'appartement qui n'excédait pas 30 m². Enmala eut l'air un peu gênée en me disant :
- Bon, ce n'est pas une villa, mais le parquet a coûté une fortune...
- Une fortune ?
- Il ne fait que quelques millimètres d'épaisseur, mais le bois est très cher, nous tentons de préserver la Nature de la folie consommatrice humaine, mais avec les guerres qui accablent le Monde, c'est quelquefois difficile.
- Des guerres ?
- Oui, les guerres qui font rage depuis la nuit des temps entre les différentes Castes. Ainsi est la nature humaine.
- Mais pourquoi ?
- La peur de la différence.
- Je connais ça. Chez moi des gens s’entre-tuent souvent pour une simple histoire de couleur de peau. Mais comme vous dites, c'est dans la nature humaine.
- Et les contrées où la guerre fait rage n'obéissent plus vraiment aux traités intercontinentaux, donc ils saccagent leur environnement.
Elle disparut derrière une cloison. J'élevai la voix :
- Que sont vos traités intercontinentaux ?
Sa réponse fut retransmise par des hauts-parleurs dissimulés. Sûrement un dispositif qui permet à deux personnes de discuter même s'ils sont à l'autre bout de l'habitation. Sûrement plus utile dans les grandes villas.
- Vous savez, pas la peine de parler plus fort, des microphones et des hauts-parleurs assurent la discussion quand les interlocuteurs sont trop loin. Les traités intercontinentaux... Commençons par dire que nous sommes sur l'Île, située... Attendez... Ici.
En même temps qu'elle parlait, un vidéo projecteur s'activa et projeta l'image d'un planisphère sur un mur devant moi. C'était une carte de la Terre ! Un point rouge au large de l'Afrique en plein Océan Atlantique clignotait.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Sam 9 Juin - 14:34

- C'est une carte de ma planète !
- Comment ?
- Mon monde, c'est une carte terrienne.
- Non, c'est une carte du Monde, enfin du mien !
- Mais... Je n'ai donc pas quitté la Terre ?
- Je ne sais pas, mais je peux vous assurer que ce que vous voyez est un planisphère de ma planète, avec notre position globale en rouge.
Je sortis mon smartphone. j'ouvris l'application Atlas, et je vis que le point rouge au mur correspondait à l'Île de l'Ascension.
- L'Île de l'Ascension...
- Comment ? Quelle ascension ?
- C'est le nom de cette île chez moi.
- D'accord.
Elle réapparut de derrière le mur. Elle tenait deux verres remplis d'une sorte de liquide orange.
- Tenez, cela devrait vous faire du bien. Asseyez-vous, je vous en prie !
- Merci.
Cette boisson, composée de glace très fine et de liquide mélangés, avait une saveur fantastique. Rafraîchissante, avec un goût de confiserie sucrée élaborée. Et le fauteuil dans lequel j'avais pris place semblait être un bout de nuage tellement il était doux et moelleux.
- Donc, l'Île est un havre de paix dans le Monde. Depuis que des humains habitent dessus, jamais la guerre n'y est née à l'intérieur. On s'en sert aujourd'hui comme lieu de rencontre politique, là rien ne peut arriver aux dignitaires. La sécurité est très renforcée, et automatisée pour éviter les problèmes de corruption. Ce sont d'imposants bateaux couverts de canons, stationnant au large de l'Île. Ils jouent un important rôle de dissuasion, et si une attaque survient ils peuvent s'arracher à la Mer pour mieux nous défendre, mais ils ne le font que quand l'attaque est trop importante pour être contenue à partie des eaux. Quant au logement, quelques chanceux comme moi ont eu l'occasion d'en acheter un ici, le dernier occupant de cette habitation avant moi est mort de vieillesse, ce qui n'est pas commun sur cette planète.
- Je comprends. Et le reste du Monde, comment s'organise-t-il ?
- Il est divisé par continents de superficie à peu près égale, en trois donc, un pour chaque Caste.
Elle appuya à divers endroits d'un panneau lumineux sur un mur, et le vidéo-projecteur se réactiva, afficha de nouveau la carte mondiale, le point rouge disparut et les continents apparurent en couleurs, avec des inscriptions incompréhensibles pour moi dans les étendues colorées. Allons, un peu de géo : l'Afrique et l'Australie étaient en vert, les deux Amériques en bleu et l'Eurasie en rouge. Les trois couleurs principales composant la lumière blanche ! L'Antarctique et les îles d'Océanie étaient en blanc.
- Donc, ces deux continents en bleu appartiennent à la Matière, ceux-ci, en vert, au Cerveau et le continent en rouge appartient à l'Energie. Les îles proches des continents sont attribués à la Caste qui occupe le continent en question ; les îles au large des continents, comme celle sur laquelle vous vous trouvez, remplissent des fonctions spéciales inter-Castes, comme celle-ci qui fait office de lieu de rencontres inter-Castes. Le groupe d'îles ici (l'Océanie clignota) et le continent polaire (l'Antarctique) sont attribués comme réserves naturelles ou comme centres de recherches. Et voilà pour le découpage du monde.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Dim 24 Juin - 16:45

    - Avez-vous une base lunaire ?
    - "lunaire" ? De quoi parlez-vous ?
    - Heu, notre satellite naturel, la Lune...
    - Ah, c'est comme ça que vous l'appelez. Nous le nommons en générale l'Astre Nocturne pour éviter les problèmes de culture inter-Castes. Et donc vous croyez que nous avons bâti des installations sur ce satellite ?
    - Ben, oui, avec votre niveau de technologie, je pensais que...
    - Que nous n'avions rien d'autre à faire que d'aller sur l'Astre Nocturne ? Mais pour quoi faire ? De plus nos scientifiques ont fait des calculs : cet astre n'est pas assez massif pour retenir une atmosphère vivable, ni aucune protection contre les radiations solaires ; il est fréquemment bombardé par des astéroïdes, et la force nécessaire à arracher un humain (avec toutes les protections nécessaires pour résister au vide spatial) à l'attraction terrestre est tellement grande... Non, cela serait de la pure perte... Et nous sommes en guerre, nous ne pourrions nous le permettre.
J'eus soudain une idée de génie.
    - Mais cet exploit pourrait réunifier les trois Castes !
    - Après ces millénaires de guerre globale, vous croyez vraiment que quelques personnes sautillant joyeusement sur l'Astre Nocturne serviraient à quelque chose ?!? 
    - Vu comme ça...
    - Pardonnez-moi mais je ne crois pas que du haut de votre quinzaine d'années d'expérience de la vie vous soyez en mesure de proposer une réelle solution à une guerre vieille de plus de sept mille ans.
    - Mais comment tout cela a-t-il commencé ?
    - À dire vrai la date de début de cette guerre n'est qu'une approximation, les archives étant souvent détruites lors d'attaques, on ne peut pas être exact quant à l'histoire du Monde. La raison originelle précise de ces combats ne peut pas non plus être retrouvée mais la plupart s'accorde sur le prétexte de la peur de l'inconnu et de la différence, ce qui semble probable vu la haine qui s'est installée entre les Castes.
J'avais fini ma boisson, c'était vraiment succulent ; un bout de nuage sur mon palais, et un autre sous moi. Je devais avoir une tête bizarre, car Enmala me demanda :
    - Vous allez bien, [Nom] ?
    - Oh, oui oui, c'est cette boisson, elle est si génialement élaborée...
À ce moment précis, nous sentîmes une secousse très violente, si bien que mon hôte fut projetée à terre. Les lumières s'éteignirent soudainement, et de petites diodes rouges s'allumèrent peu après.
    - On nous attaque ! Vite !


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Mar 26 Juin - 9:53

Je peinais à réaliser ce qui se passait. Je me levai du fauteuil et suivis Enmala sous le lit. D'autres secousses suivirent.
    - Mais qu'est-ce qui se passe ?!?
    - Des opposants à l'Union tentent souvent de raser l'Île ! Restez sous ce lit, normalement ils devraient être matés par la sécurité !
Nous attendîmes plusieurs minutes. Les secousses étaient de plus en plus violentes mais nous n'entendions rien à cause de l'isolation sonore du logis. Soudain une voix masculine, grave et pressée se fit entendre via les hauts-parleurs de tout l'appartement : "Ici Rhiwan Harkoma, votre Gouverneur. L'Île est sévèrement attaquée, nous allons débuter l'évacuation. Dirigez-vous vers les transports de secours au point de ralliement Est, selon la procédure d'évacuation standard." Tout de suite, Enmala me dit :
    - On est tout près, vite, suivez-moi !
Nous sortîmes de sous le lit, on courut jusqu'à la porte qui s'était ouverte toute seule après le message du Gouverneur, faisant se déverser dans l'appartement un flot ininterrompu de cris, d'alarmes diverses et d'explosions lointaines. Nous quittâmes l'habitation d'Enmala... précipitamment, et une vision d'horreur s'offrit à nos yeux : l'Île étant en pente, on voyait vers l'Est en bas de la pente un énorme hologramme au-dessus d'un bâtiment nous indiquant les transports d'urgence, jusqu'ici rien d'horrible, mais à l'Ouest, de hauts bâtiments s'effondraient chaque seconde sous les tirs de centaines de petits aéronefs se faufilant entre les défenses de l'Île qui étaient les énormes bateaux dont Enmala avait parlé, et qui, pour l'attaque, avaient pris leur envol et qui tiraient de tous leurs canons, mais ils peinaient à atteindre leurs ennemis à cause de leur petite taille et de leurs manœuvres d'esquive. Quelques canons se trouvaient sur les tours les plus hautes mais leur puissance était dérisoire face à l'ampleur de l'attaque. En regardant vers le sol, on voyait les cadavres par dizaines sous les morceaux des tours qui tombaient les unes après les autres, parmi les gens qui couraient entre les débris pour rejoindre les transports. J'étais pétrifié de peur. 


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Jeu 5 Juil - 18:54

Enmala me sortit de la torpeur en m'empoignant et en me tirant violemment vers l'hologramme. Nous courions, quand un missile frappa un bâtiment à vingt mètres seulement. Nous fûmes projetés à terre, je vis des pans de murs écraser des gens, on se releva, et on continua à courir. L'explosion m'avait laissé un sifflement aigu, je n'entendais rien d'autre. On arriva sous l'hologramme, on entra dans un bâtiment composé essentiellement d'escaliers, qui descendaient vers des transports sous-marins vers un des continents de la Matière, l'Amérique du Sud. Pendant que nous descendions, mon ouïe me revint, un message dictait en boucle la marche à suivre.
Je m'aperçus que nous courions dans du sang humain, des personnes avaient été piétinées dans la panique. Enmala était devant moi, elle se retournait frénétiquement pour savoir si je la suivais, elle avait un regard désespéré, des larmes coulaient le long de ses joues.
Nous avions atteint le bas des escaliers et nous nous précipitâmes vers des sortes de capsules à six places dans des tubes qui disparaissaient derrière un mur. Je m'installai devant elle, d'autres personnes nous suivirent dans la capsule de sauvetage. Un couvercle se rabattit, et l'engin fut propulsé brusquement dans le tube opaque. J'étais soulagé. Enmala me demanda : 
    - Vous allez bien, [Nom] ?
    - Oui, ça va... Je crois. Et vous ?
    - Non. J'ai perdu ma maison, mes souvenirs, mais je suis entière, et je devrais m'en estimer heureuse.
Quelqu'un devant moi demanda :
    - S'il vous plaît, un tir au plasma a arraché la main de ma femme, ne parlez pas d'intégrité physique.
En effet, une femme tentait de se retenir de crier de douleur pour nous éviter de subir cela mais elle ne pouvait pas retenir des gémissements. Je vis avec horreur un moignon encore fumant à son bras gauche. J'entrepris d'arracher un pan de mon T-shirt pour lui permettre de se faire un garrot mais Enmala me retint :
    - Le plasma a cautérisé sa blessure, elle ne saignera pas, elle ne peut que souffrir maintenant.
    - Quelle horreur.
    - La guerre.
Une personne tout devant vomit. Il ne manquait plus que ça pour compléter le tableau.
Quelques instants après, la sixième personne dans la capsule remarqua un bouton permettant de libérer des masques à oxygène en cas de manque d'air. Nous pûmes ainsi échapper à l'odeur, mais ni aux gémissements insupportables qui à force m'arrachèrent une larme, ni au traumatisme encore tout chaud.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Sarreinsming
Date d'inscription : 15/03/2009

MessageSujet: Re: Ecrits personnels   Ven 3 Aoû - 18:35

Après cela le temps passa relativement vite (pour moi en tous cas), grâce aux jeux de mon smartphone et à cette femme qui avait réussi à étouffer son râle ce qui provoqua chez moi une certaine admiration quant à son altruisme (j'avais l'air indifférent à côté à jouer mais puisque je pouvais rien faire, autant me changer les idées) ; j'entendis Enmala sangloter doucement, probablement à cause de tous ces évènements qui s'étaient enchaînés à une vitesse infernale et qui avaient abouti à la perte de presque tous ses biens.
Mon téléphone me fit remarquer que sa batterie approchait de zéro lorsque nous approchions enfin du continent. Une diode rouge au plafond s'alluma pour nous faire remarquer un message imprimé qui disait selon Enmala de nous préparer à la décélération de la capsule, ce que nous fîmes.
Le choc fut assez violent et surprenant car la paroi étant opaque on ne pouvait pas savoir exactement quand on allait freiner, ce qui fit que mon nez vint s'écraser sur le métal du siège d'en face. Je saignais mais je n'avais vraiment pas à me plaindre.
Des bouons explosifs firent sauter les attaches du couvercle de la capsule, et des mains s'introduisirent dans l'habitacle pour le soulever, nous dévoilant des hommes et des femmes en uniforme, ainsi qu'une pièce semblable à celle dans laquelle on avait embarqué. Une femme nous cria :
- Allez, vite, sortez, pas de temps à perdre !
La femme blessée eut de l'aide pour sortir, et nous suivîmes un officier qui montait d'un pas pressé des escaliers semblables à ceux de l'Île, mais sans la mare de sang heureusement. Quand nous débouchâmes à l'extérieur du bâtiment, je constatai que nous étions sur un continent. Je demandai à Enmala lequel, elle me répondit :
- C'est le continent de la Matière, à l'Ouest de l'Île, plus précisément une des deux positions de repli en cas d'attaque sévère.
- Celui-ci ? Demandai-je en montrant les Amériques sur mon smartphone.
- Le continent du Sud, oui. Ici, dit-elle en me montrant la pointe Est du Brésil.
Juste après cela mon smartphone s'éteignit faute de batterie. Je transportais une brique de verre et de métal désormais. Les personnes qui étaient dans les autres capsules se rassemblaient sur une place rectangulaire à l'extérieur des bâtiments de réception des capsules, les blessés étaient pris en charge par des infirmiers humains et robotiques, mais tous les gardes étaient humains ici. À ce propos Enmala me dit qu'ici comme partout la robotique est onéreuse.
Un attroupement se forma autour de quelques responsables, qui affirmaient que c'était une attaque de grande envergure lancée par une coalition de factions séparatistes extrémistes, avec quelques autres termes techniques en plus, mais leurs propos n'apportaient rien de plus que ce que l'on savait déjà. Restant sur leur faim, les rescapés se dispersèrent comme ils se rassemblèrent.
Le soleil commençait à décliner derrière les terres, quelques gardes s'activaient pour monter de larges tentes pour abriter les lits de camp pour la nuit. Les rescapés se rassuraient mutuellement, et certains essayaient de contacter des proches avec des bornes sur le bord de la place.
D'autres gardes sortirent d'un bâtiment à plusieurs étages avec des antennes sur le toit (probablement le centre de la base, et les dortoirs des gardes). Ils demandèrent aux gens de s'approcher pour se faire identifier à l'aide de leur puce intra-corporelle.
Chacun était occupé, j'observais le complexe. Enmala était dans la file pour se faire identifier. Je restai plusieurs minutes à observer cette fourmilière du haut d'un petit bâtiment au toit plat, quand je vis quelques points noirs dans le ciel, au-dessus de la mer. Intrigué, je rejoignis Enmala et lui demandais si c'était normal. Elle se retourna, observa les points qui semblaient se rapprocher pendant une dizaine de secondes.
Elle me regarda, m'empoigna et me somma de m'abriter. Elle courut chercher ce qui avait l'air d'être le chef des gardes et avait l'air de lui parler violemment en lui montrant les points noirs qui effectivement se rapprochaient. Un peu hébété, je m'exécutai et commençai à chercher un abri. Je le trouvai sous un escalier métallique et je le montrai à Enmala. Elle vint me rejoindre. Le garde parlait dans un bracelet attaché à son avant-bras gauche, tous les autres avaient le leur collé à l'oreille et regardaient fixement les points qui grossissaient dans le ciel. Soudain, ayant probablement reçu tous les ordres de leur supérieur ils formèrent un cercle autour des gens et les rassemblèrent vers le bâtiment central. Quatre gardes montèrent les étages, et bientôt quatre tourelles se déployèrent au-dessus du toit. Les points qui étaient désormais des formes reconnaissables se séparèrent et formèrent un arc de cercle autour de la base. Un homme dans la foule cria : "Ils reviennent !" et les autres gens qui n'avaient pas vu les ennemis auparavant tombèrent dans la même panique que sur l'Île, et firent tout pour rentrer dans la tour. Cachés sous notre escalier, Enmala et moi regardions la scène, médusés. Quand tout le monde fut rentré dans le bâtiment, un bouclier énergétique se déploya. Surpris je demandai à Enmala si les installations de l'Île étaient équipées des mêmes systèmes. Elle me répondit brièvement que oui, mais que les attaquants avaient dû trouver la faille dans les systèmes car les fiers édifices tombaient les uns après les autres comme s'ils étaient faits d'allumettes. Le bouclier, qui luisait à son activation était désormais à peu près invisible.
Les premiers aéronefs passèrent à l'attaque. Ils fondirent sur le bâtiment central et l'assaillirent à coups de missiles explosant à la surface du bouclier formant un nuage de fumée, ainsi qu'avec des projectiles et ce qui ressemblait à des décharges d'énergie. Les tourelles touchèrent à travers la nappe opaque chacun des deux appareils qui vinrent s'écraser eux aussi sur le bâtiment. La fumée se dissipa, le bâtiment était intact. Au sol en revanche, une sorte de liquide grisâtre inidentifiable couvrait le sol. Tandis que tous les autres aéronefs continuaient de se rapprocher, deux gros appareils (certainement des canonnières) se détachèrent de la formation et accélérèrent. De loin je vis un canon étrange se déplier sur le toit des deux vaisseaux. Pendant que les quatre tourelles tiraient de toutes leurs munitions sur les canonnières ces dernières commencèrent à émettre une intense lumière depuis le bout du canon du toit. Une tourelle parvint à toucher ledit canon, qui explosa violemment, faisant tomber la canonnière dans la mer. Aussitôt deux des vaisseaux restés en retrait vinrent la remplacer, et commencèrent eux aussi à émettre une lumière aveuglante depuis leur canon à la forme particulière.
Enmala s'écria :
- Ce sont des armes à énergie sombre ! Ils sont condamnés !
- Énergie sombre ?
- La force qui fait enfler l'Univers tout entier depuis des milliards d'années.
La première canonnière fit feu. La lumière disparut, et une sorte de sifflement intense, strident et incroyablement fort se fit entendre. Aussitôt le bouclier du bâtiment commença à se déformer, à s'incurver lentement vers la paroi métallique du mur. Les tourelles réussirent à abattre un des appareils venus remplacer la canonnière détruite, mais le second appareil fit feu à son tour. Les deux sifflements étaient à peine supportables tellement ils étaient puissants. Le bouclier se déformait de plus en plus de chaque côté, la mer elle aussi s'incurvait sur le chemin du rayon invisible.
Le principe de ce bouclier hybride est de briser les liaisons entre les molécules des objets qui la traversent, ce qui fait que le bâtiment se faisait arroser d'une fine soupe depuis un moment, et en même temps l'énergie gravitationnelle générée par le bouclier protégeait l'édifice du rayon énergétique des vaisseaux ennemis, ou du moins il empêchait le rayon de pulvériser directement la bâtisse ; il la protège aussi de la vitesse mortelle des missiles en les ralentissant. En effet s'il ne faisait que briser les liens entre les molécules, le rayon toucherait directement le bâtiment (comme la lumière d'une lampe torche à travers une moustiquaire) et les objets même liquéfiés frapperaient le mur à une vitesse destructrice. Le bouclier s'était maintenant tellement incurvé qu'il en vint à toucher le mur de l'édifice du côté de la première canonnière. Cela ne stoppa en rien la déformation du bouclier : le mur se liquéfiait à mesure que la paroi énergétique avançait. De l'autre côté aussi, le bouclier rentrait désormais dans le bâtiment. Le mur fut totalement transpercé, et nous pûmes voir les gens, entassés et horrifiés, tentant d'éviter tout contact avec le bouclier, qui du fait de son invisibilité rendait son appréhension difficile. Les réfugiés étaient donc pris en tenaille par leur propre protection qui était devenu une menace de mort imminente. En plus, les tourelles cessèrent d'un coup de tirer, peut-être l'arrivée d'énergie avait-elle été liquéfiée.
Enmala et moi ne sachions que faire, on était impuissants devant ce triste spectacle. Les gens à l'intérieur savaient bien que s'ils sortaient ils allaient être pulvérisés par les vaisseaux. Certains tentèrent quand même le coup, et leur sort correspondit aux prédictions. Certains, par désespoir, se lancèrent dans le bouclier, retombant au sol en une bouillie rouge.
La paroi invisible liquéfiant tout sur son passage, la structure du bâtiment se trouvait fragilisée. Parmi les sons stridents des canons à énergie sombre, on pouvait entendre les craquements de l'édifice, rendant la survie des réfugiés peu probable. Les gens étaient serrés, entassés, comprimés, mais cela ne suffisait plus : une première victime se fit liquéfier le dos, ce qui conduisit son corps à des spasmes violents la menant droit dans le bouclier. D'autre commençaient à hurler de douleur.
Cela ne dura plus longtemps : la structure subit le craquement de trop, et tous les étages au-dessus de celui où le bouclier avait percé - le second - s'effondrèrent sur eux-mêmes. Les gens se trouvant dans ces étages tombèrent avec le bâtiment dans le bouclier, et ceux qui étaient en-dessous reçurent soit un torrent d'humain liquide, soit des débris ou des gens et moururent écrasés.
Certains de ces débris avaient traversé le sol, et continuaient à tuer. L'un d'entre eux a dû heurter le générateur de bouclier, car soudain la liquéfaction stoppa. Privés de la protection relative face au rayon d'énergie sombre, les gens et des pans entiers du bâtiment furent soudainement projetés si violemment qu'ils franchirent le mur du son et pulvérisèrent les abords de la base. Les canonnières changèrent l'orientation de leur rayon, et la scène se déroula comme si on détruisait une fourmilière avec un jet d'eau sous pression, si bien qu'en une minute il ne resta rien du bâtiment, ni des gens qui s'y trouvaient.
Le son strident s'arrêta, la mer reflua dans le vide laissé par la proximité du rayon, le calme revint. Les deux canonnières firent demi-tour, rejoignirent les autres aéronefs restés en retrait, et l'armada repartit vers l'horizon. Nous étions pétrifiés de terreur, Enmala et moi, médusés devant les restes des rescapés, éparpillés un peu partout autour de la base. Nous étions seuls.


Dernière édition par Florent le Lun 22 Oct - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecrits personnels   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecrits personnels
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ouverture des espaces personnels
» Blogs personnels
» Quai des Ecrits
» Leanne Shapton : pièces importantes et effets personnels de la collection Lenore Doolan et Harold Morris...
» Comment gérez vous vos effets personnels dans les attractions ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Discussions passionnantes (ou pas)-
Sauter vers: