AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réponse : version épistolaire (par Stou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 135
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Réponse : version épistolaire (par Stou)   Lun 1 Mai - 17:50

Lettre à Pascal,


Bien cher monsieur,

Je prends mon courage à deux mains et ma plume dans la droite pour vous transmettre ce petit billet. Ne croyez pas que j´aborde scripturalement toute personne au physique apollonien que je rencontre dans la rue. Ne croyez pas que je suis à la trace tous les beaux jeunes hommes au regard perdu et tellement émouvant. Simplement, vous avez fait naître en moi cette sensation étrange, faite de tout et de rien, de chaud et de froid, d´envie de vous revoir et de peur de vous froisser. Vous n´êtes pas qu´un nom qui me plait, qu´un visage qui m´attire, qu´un corps qui me fait frissonner... Votre regard, oscillant entre tous les films proposés hier, teinté de larmes, m´a envoûté. Votre départ précipité, sitôt le guichet atteint, m´a intrigué. Votre retour, pas précipités, talons bas, moi sur les vôtres, m´a harassé. Ma joie, vous découvrant être mon nouveau voisin, fut indescriptible. Cette missive, composé fiévreusement dans la précipitation et l´émotion, n´est que le début, je l´espère, d´une longue et tumultueuse correspondance. Si vous commenciez par m´expliquer pourquoi vous ave fui, dans le vent et le froid, un cinéma pourtant si accueillant ?

Céline, voisine si féline

Lettre à Céline,

Mademoiselle,

C´est avec un sourire non dissimulé que j´ai parcouru votre douce et néanmoins si directe lettre. Joie après une si douloureuse fin d´après-midi, partagerez-vous cette douleur avec moi ?
Dans le doute, en voici les plus sombres aspects. Je quittai hier ma demeure aux environs des 16 heures, légèrement perturbé par une dure journée de travail. A mi-chemin entre notre résidence et la station de métro que nous empruntons usuellement, je me rendis compte que j´avais oublié mon manteau au travail. Diantre ! Il faisait si froid... Néanmoins, l´appel du cinéma étant si fort, je ne pris pas la peine de revenir sur mes pas et je pénétrai dans la station de métro.
Quelques minutes plus tard, je me retrouvai devant le cinéma, transi de froid, mais aussi intrigué par le regard insistant et charmeur d´une bien jolie demoiselle - vous. Perdu dans mes pensées, je vous imaginais fée, gorgone, libellule, femme aimante, femme aimée... lorsque je me retrouvais face au guichetier, l´oeil perdu. Un simple geste le long de mon corps, à la recherche de la poche du manteau que je ne portais pas, et je pouvais repartir, triste et sec... à sec aussi... Je ne perdais pas tout dans cette affaire, vous voyant me poursuivre avec cette volonté si intense, si intense...
Alors aujourd´hui, je n´ai qu´une chose à vous proposer... Demain, un petit ciné ?

Pascal, mâle.. point final
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://riendetel.cultureforum.net
 
Réponse : version épistolaire (par Stou)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la Version Original de cyrano de bergerac edmond rostand
» Link version fille
» les version RMNET et PPP
» [AIDE] passage version 2.1 update 1 vers froyo
» affiches de films version minimaliste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rien de tel que jouer aux jeux ! :: Sujet 1 : Exercices de style (Proposé par Orlamonde)-
Sauter vers: